Warren W. Smith Jr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smith et Warren Smith.
Warren W. Smith Jr
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
Nationalité
Activité

Warren W. Smith jr , né le , est un spécialiste des relations internationales, historien[1],[2],[3],[4] et écrivain américain travaillant pour le service en tibétain de Radio Free Asia. Il a plus de 25 ans d’expérience en études tibétaines[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a résidé au Népal de 1970 à 1981. En 1982, il fut l’un des premiers Occidentaux à être autorisés à se rendre au Tibet[5].

En 1994, il obtient un doctorat en relations internationales de la Fletcher School of Law and Diplomacy (en)[5],[6],[7],[8]. Sa thèse a porté sur le nationalisme tibétain[5].

Depuis 1997, il est journaliste au service en tibétain de Radio Free Asia, où il a abordé tous les aspects de la politique et de l’histoire tibétaines, les relations sino-tibétaines, la politique chinoise et les relations sino-américaines[5].

Il est décrit comme étant un chercheur indépendant habitant Alexandria en Virginie[9],[10],[11],[12],[13].

Ses travaux se focalisent sur l'histoire et la politique tibétaine. Il est l'auteur de Tibetan Nation : A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations et coauteur du rapport de 1997 de la Commission internationale de juristes intitulé Tibet: Human Rights and the Rule of Law [14].

Il a traduit du tibétain en anglais un ouvrage en 15 volumes sur la résistance tibétaine, écrit par l'ancien résistant tibétain Lhamo Tsering en collaboration avec Tashi Tsering et l'Institut Amnye Machen à Dharamsala en Inde[15].

Il est aussi le président de l'association Cultural Survival-Tibet Project [16],[17].

Après avoir passé cinq mois au Tibet en 1982, il décrit les Chinois comme des chauvins qui se considèrent supérieurs aux Tibétains. Il affirme que les Chinois ont utilisé la torture, la contrainte et la famine pour contrôler les Tibétains[18].

Smith pense qu'une autonomie du Tibet sous gouvernement chinois n'est pas possible, et que seule l’autodétermination permettrait de sauvegarder l’identité tibétaine[19].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Patrick French affirme que Warren W. Smith Jr (qui a étudié les déficits de croissance de la population) a écrit que les statistiques chinoises « confirment les thèses tibétaines d'un nombre massif de morts et réfutent les dénégations chinoises ». Selon ses estimations plus de 200 000 Tibétains « manqueraient » à la population de la Région autonome du Tibet. Le nombre de morts tibétains semble aussi élevé dans les régions du Gansu, du Sichuan et du Qinghai, trois régions où les taux de mortalité au début des années 1960 sont élevés et vérifiables. Il estime qu'« environ un demi-million de Tibétains sont directement morts en raison de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine »[1].

Pour Barry Sautman, qui qualifie Warren W. Smith de « propagandiste professionnel œuvrant pour la radio Radio Free Asia du gouvernement américain » [20], ou, plus concisément, de « propagandiste de RFA »[21], la monographie Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations est un travail d'érudition polémique en faveur de l'indépendance tibétaine dans lequel Smith ne prend même pas la peine de dissimuler le lien entre ses opinions politiques et son travail de recherche[22].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) 1978, avec Manabajra Bajracharya, Mythological History of Nepal Valley from Svayambhu Purana, Ed. Avalok
  • (en) The Nationalities Policy of the Chinese Communist Party and the Socialist Transformation of Tibet. In (en) Robert Barnett et Shirin Akiner, Resistance and Reform in Tibet, C. Hurst & Co. Publishers, (ISBN 1850651612, lire en ligne).
  • (en) 1996 Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations, Westview Press, (ISBN 978-0813332802)
  • (en) 2003, The transformation of Tibetan national identity p. 207–214 in Tibet and Her Neighbours : A History, McKay Alex (éd.), Londres, Edition Hansjörg Mayer, 239 p.
  • (en) 2004, China's policy on Tibetan autonomy East-West Center Washington
  • (en) 2008 China's Tibet - Autonomy Or Assimilation?, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-0742539891)
  • (en) 2009, Tibet's Last Stand? The Tibetan Uprising of 2008 and China's Response, Rowman & Littlefield, (ISBN 0-7425-6685-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick French, Tibet, Tibet : une histoire personnelle d'un pays perdu : « L'historien Warren Smith, travaillant sur les déficits dans la croissance des populations, a écrit que les statistiques du gouvernement chinois « confirment les thèses tibétaines d'un nombre massif de morts et réfutent les dénégations chinoises ». D'après ses estimations, ce sont plus de 200 000 Tibétains qui « manqueraient » à la population de la Région autonome du Tibet. Avec les taux élevés et vérifiables de mortalité dans le Ganzou, le Sichuan et le Qinghai, au début des années soixante, il semble que le nombre de morts tibétains ait été aussi élevé dans ces régions que dans le Tibet central. Si cela est vrai, on peut avancer avec un certain degré de probabilité qu'environ un demi-million de Tibétains sont directement morts à cause de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine. Chiffre de toute façon terrifiant, en conséquence, et qui ne diminue en rien l'horreur de ce qui a été fait au Tibet. »
  2. (en) Mikel Dunham, Buddha's Warriors: The Story of the CIA-backed Tibetan Freedom Fighters, the Chinese Invasion, and the Ultimate Fall of Tibet, Penguin Books India, 2005, p. 104.
  3. (en) Clare Harris, The Museum on the Roof of the World: Art, Politics, and the Representation of Tibet Buddhism and Modernity, University of Chicago Press, 2012, p. 186.
  4. (en) India International Centre (en), Culture, Politics and Management, p. 3.
  5. a b c d et e (en) Mikel Dunham, Who Owns Tibet?, Tricycle Magazine, 11 août 2008 : « Warren W. Smith Jr. has more than twenty-five years of experience in Tibetan studies. From 1970 to 1981 he was a resident of Nepal. In 1982 he was one of the first Westerners allowed in Tibet. In 1994 he received a Ph.D. in international relations from the Fletcher School of Law and Diplomacy, with a dissertation on Tibetan nationalism. [...] Since 1997 he has been a researcher and writer with The Tibetan Service of Radio Free Asia, where he has written more than seven hundred short programs on all aspects of Tibetan history and politics, Sino-Tibetan relations, Chinese politics and Sino-U.S.relations. »
  6. (en) Warren W. Smith : « Warren W. Smith has a PhD from the Fletcher School of Law and Diplomacy ».
  7. (en) Tibet Under Chinese Communist Rule
  8. (en) Who Owns Tibet? Mikel Dunham reviews Warren W. Smith's China's Tibet. Autonomy or Assimilation?, par Mikel Dunham.
  9. Tibetan Nation: A History Of Tibetan Nationalism And Sino-tibetan Relations, « Warren W. Smith Jr., an independent scholar in Alexandria, Virginia, received his Ph.D. in international relations from the Fletcher School of Law and Diplomacy. »
  10. (en) Warren W. Smith Jr , US Congress to investigate China's theft of Tibetan art, 28 juin 2005, Times of Tibet
  11. (en) Warren Smith's profile in The Guardian.
  12. (en) Global Source Education, « Tibet Education Network » (consulté le 2 mars 2011) : « The author is a well-known independent scholar, currently working for the Tibet Service of Radio Free Asia ».
  13. (en) « The Tibet Journal – Winter 2003, v. XXVIII no. 4 » (consulté le 24 février 2009).
  14. La situation ne s'améliorera pas.
  15. (en) Mikel Dunham, Mystery behind Dalai Lama’s Lord Chamberlain Solved: Lhamo Tsering’s History, 20 mai 2010.
  16. (en) Cultural Survival-Tibet Project.
  17. (en) The Cultural Survival-Tibet Project.
  18. (en) John Powers, History as Propaganda: Tibetan Exiles versus the People's Republic of China, Oxford University Press, 2004, p. 23–24 (ISBN 978-0195174267).
  19. Tibet and Her Neighbours : A History : « Warren Smith (pp. 207-214) s’oppose à l’opinion du dalaï lama pour qui la question essentielle est le bonheur des Tibétains. Pour l’auteur, c’est le problème de l’identité des Tibétains qui est crucial. Revenant sur les différentes lignes politiques suivies par le gouvernement chinois depuis l’invasion, il démontre qu’une autonomie tibétaine sous gouvernement chinois est impossible et que seule l’autodétermination pourrait garantir la survie de l’identité tibétaine. »
  20. (en) Barry Sautman's response to Jamyang Norbu's opinion piece "Running-Dog Propagandists", sur le site Phayul.com, August 04, 2008 : « Warren Smith, a professional propagandist for the US government's Radio Free Asia ».
  21. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009, note 69 : « Warren Smith, the RFA propagandist ».
  22. (en) Barry Sautman, review of Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations by Warren W. Smith Jr. and The Dragon in the Land of Snows by Tsering Shakya, in The China Quarterly, vol. 171 (Sept. 2002), 774 : « [...] international relations specialist and writer for Radio Free Asia Warren W. Smith Jr.'s monograph, Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations, draws fire for being "an erudite polemic for Tibetan independence in which Smith disdains to conceal the link between his politics and his sholarship". »

Liens externes[modifier | modifier le code]