Warren Farrell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Warren Farrell
Description de l'image Warren Farrell photo.jpg.
Nom de naissance Warren Thomas Farrell
Naissance
Queens, New York (États-Unis)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais
Genres

Œuvres principales

Warren Thomas Farrell est un auteur, sociologue et activiste américain s'intéressant aux problématiques du sexisme, de la condition féminine et de la condition masculine.

Initialement féministe et membre de la National Organization for Women (NOW), Warren Farrell a quitté le mouvement dans les années 70 et s'est progressivement consacré à la promotion de problématiques liées à la condition masculine, au couple et à la famille en général au travers d'une série de livres mêlant sociologie, psychologie et économie.

Il s'est aussi impliqué en politique aux États-Unis dans le cadre des élections présidentielles de 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Warren Farrell est né le à New York d'un père comptable et d'une mère femme au foyer. Il est l'ainé de trois enfants et a grandi dans le New Jersey. Warren Farrell a suivi ses cours de lycée à l'American School of The Hague puis au lycée Midland Park jusqu'en 1961.

Warell Farrell obtint une licence en Sciences Sociales de la Montclair State University en 1965. Dans le cadre de ses études universitaires, Warren Farrell était vice-président de la Student-National Education Association.

En 1966 Warren Farrel a obtenu un Master en Sciences Politiques de l'UCLA et en 1974 il a soutenu sa thèse de Sciences Politiques à la New York University. En sus de son travail de thèse, il a servi d'assistant au président de la New York University.

Carrière d'enseignement[modifier | modifier le code]

Warren Farrell a enseigné dans un cadre universitaire pour des cours de psychologie, condition féminine, sociologie, sciences politiques et problématiques de genre et de parentalité. Ces cours ont pris place dans plusieurs universités américaines dont l'Université de Californie, l'Université de Georgetown et le Brooklyn College.

Combat féministe[modifier | modifier le code]

Rôle au sein du NOW[modifier | modifier le code]

Dr. Warren Farrell au Mike Douglas Show, vers 1976

Warren Farrell a fait partie du groupe féministe National Organization for Women (NOW) à la fin des années 60 et au début des années 70. Il a été élu à trois reprises au bureau du mouvement[1]. En particulier, Warren Farrell a organisé dans le cadre du NOW des présentations et sessions pratiques pour renverser les rôles entre hommes et femmes, dénonçant ainsi les préjugés sur leurs rôles respectifs[2].

Rupture avec le mouvement féministe[modifier | modifier le code]

Warren Farrell prend ses distances avec le NOW et le mouvement féministe à la fin des années 70, en raison de désaccords idéologiques sur la notion de la place du père[1] et sur la question de l'inceste. Le discours féministe qu'il tient le rend progressivement mal à l'aise : "Lorsque les femmes critiquaient les hommes, je parlais de 'perspicacité'... Lorsque les hommes critiquaient les femmes, je parlais de 'sexisme' et de 'rejet'. (...) Je ne poussais pas à l'égalité mais à l'opportunisme !"[3].

Extension des études de genre aux hommes[modifier | modifier le code]

À travers ses livres, Warren Farrell s'intéresse aux problématiques :

Ses livres, en particulier Le mythe de la domination masculine, obtiennent un certain succès en librairie selon Jack Fereday: "Il y a vingt ans, aux États-Unis, The Myth of Male Power a fait l’effet d’une bombe dans les librairies américaines, catapultant son auteur, Warren Farell, vers une célébrité teintée de controverse."[7].

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Warren Farrell a proposé la création d'un comité rattaché à la Maison Blanche pour l'amélioration de la condition masculine en réponse à la création du White House Council on Women and Girls en 2009[8]. Dans le cadre de ce comité, il suggère de mettre l'accent sur l'éducation, l'emploi, la paternité et la santé (physique et psychique)[9].
  • Dans le cadre des primaires à l'élection présidentielle américaine de 2016, il s'est fait porte parole de la condition masculine auprès des candidats[10].
  • Warren Farrell est interviewé par Cassie Jaye dans le documentaire The Red Pill, réalisé en 2016, qui porte sur les mouvements masculinistes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'homme libéré (The Liberated Man) - New York: Berkley Books. (ISBN 0-425-13680-9). (1974)
  • Pourquoi les hommes sont ce qu'ils sont : la dynamique homme-femme (Why Men Are The Way They Are: The Male-Female Dynamic) - New York: Berkley Books. (ISBN 0-425-11094-X). (1988)
  • Le mythe de la domination masculine (The Myth of Male Power: Why Men Are The Disposable Sex) - New York: Berkley Books. (ISBN 0-425-18144-8). (1993)
  • La réunion du père et de l'enfant (Father and Child Reunion: How to Bring the Dads We Need to the Children We Love) - New York: Jeremy P. Tarcher Inc. (ISBN 1-58542-075-1). (2001)
  • Pourquoi les hommes gagnent plus ? (Why Men Earn More: The Startling Truth Behind The Pay Gap—And What Women Can Do About It) - New York, N.Y: American Management Association. (ISBN 0-8144-7210-9). (2005)
  • Le féminisme discrimine-t-il les hommes ? (Does Feminism Discriminate Against Men?: A Debate) - W. Farrell, J.P. Sterba et S. Svoboda - Oxford [Oxfordshire]: Oxford University Press. (ISBN 0-19-531283-X). (2008)
  • La crise des garçons (The Boy crisis) - BenBella Press (2018)

Réception critique[modifier | modifier le code]

La réception des ouvrages de Warren Farrell a souvent suscité le débat[11]. Le livre Le mythe de la domination masculine, en particulier, obtenant des critiques mitigées : le Washington Post[12] ou le journal britannique The Independent suggérant par exemple que Warren Farrell se complait dans l'accusation plutôt que l'analyse ("Farrell, however, just like some of his female opposite numbers, prefers accusation to self-examination.")[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L’homme blanc se sent incompris. Trump a puisé dans ce sentiment » - Corine Lesnes - Le Monde, 13 janvier 2017
  2. (en)Mad Men: Inside the Men’s Rights Movement—and the Army of Misogynists and Trolls It Spawned - Mariah Blake - Mother Jones, janvier/février 2015
  3. (en)A New Role for Men: Victim : Former feminist Warren Farrell says he's sick and tired of guys getting bashed. - Pamela Warrick - Los Angeles Times, 9 août 1993
  4. (en)How 'dad deprivation' could be eroding modern society - Martin Daubney - The Telegraph, 22 juin 2016
  5. Y a-t-il un sexisme anti-hommes ? - Elle, 4 août 2012
  6. (en)Men, Power, Money, and Sex : An interview with men's advocate, Warren Farrell - Marty Nemko - Psychology Today, 17 juillet 2014
  7. Sur Warren Farell, Le mythe de la domination masculine - Jack Fereday, Journal français de psychiatrie (n° 40) - ERES (janvier 2011)
  8. (en)The Need to Create a White House Council on Boys to Men - Rahim Kanani - Forbes, 5 septembre 2011
  9. (en)Warren Farrell - Ira Israel - HuffPost, 21 octobre 2015
  10. (en)Which Presidential Candidates Will Support a White House Council on Boys and Men? - Rachel Alexander - The Townhall, 20 avril 2015
  11. (en)Are Women Responsible for Their Own Low Pay? - Claudia H. Deutsch, The New York Times - 27 février 2005
  12. (en)Challenging the male mystique - Washington Post, 1993
  13. (en)Book Review / Hapless underdogs in a bitchy world: 'The Myth of Male Power' - Warren Farrell: 4th Estate, 6.99 - Robert Winder, The Independent, 11 mars 1994