Warren Elliot Henry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Warren Elliot Henry
Description de cette image, également commentée ci-après
Henry effectuant des recherches cryogéniques à des installations du Naval Research Laboratory.
Naissance
Décès (à 92 ans)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Activité principale

Warren Elliot Henry (né le - mort le ) est un physicien et professeur américain. Il a fait des contributions significatives dans les domaines du magnétisme et de la supraconductivité[1].

Henry a enseigné dans plusieurs institutions et travaillé pour des agences telles le Naval Research Laboratory et le Lockheed Missiles and Space Co.. Il a terminé sa carrière comme professeur de physique à l'université Howard. Il a également travaillé plusieurs années pour le programme Minorities Access to Research Careers[2].

Membre de la Société américaine de physique et de l'Association américaine pour l'avancement de la science, Henry a remporté le Lifetime Achievement Award in the Community de la National Science Foundation ainsi que le Technical Achiever Award of the Year (1997) de la National Technical Association[1].

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Warren Elliot Henry naît à Evergreen (Alabama) en 1909. Tout comme ses parents avant lui, il fréquente le Tuskegee Institute et obtient un baccalauréat universitaire ès sciences en 1931[1].

Henry entame des études graduées à l'université d'Atlanta (en) et obtient une maîtrise en sciences spécialisée en chimie organique en 1937. À la même époque, il enseigne au Spelman College (en) et au Morehouse College. En 1941, il obtient un PhD en chimie physique de l'université de Chicago[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après ses études, Henry retourne au Tuskegee Institute pour y enseigner. Certains de ses étudiants joindront 99th Pursuit Squadron des Tuskegee Airmen[1].

De 1943 à 1946, Henry travaille au MIT Radiation Laboratory (en)[1]. De 1948 à 1960, il travaille comme physicien au U.S. Naval Research Laboratory (NRL) et comme ingénieur et scientifique au Lockheed Missiles and Space Co. jusqu'en 1969. Il devient alors professeur de physique à l'université Howard[3].

Henry prend officiellement sa retraite en 1977, mais continue à se consacrer à la recherche par la suite. Il meurt le [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Physicists of the African Diaspora: Warren Henry »
  2. (en) « Pioneering NRL Physicist had Tuskegee Ties », Naval Research Laboratory
  3. a et b (en) « Warren Elliot Henry: Professional Career Highlights », Howard University Library (consulté le 7 mars 2015)
  4. (en) Wolfgang Saxon, « Warren E. Henry, 92, Physicist and Educator »,

Liens externes[modifier | modifier le code]