Waris Dirie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Waris Dirie
Desert Flower 66ème Festival de Venise (Mostra) cropped.jpg
Waris Dirie en août 2010 au 66e Mostra de Venise
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Région de Gallacio, Drapeau de la Somalie Somalie
Nom dans la langue maternelle
Waris DiriyeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Taille
1,75 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Waris Dirie (somali : Waris Diiriye ; arabe : واريس ديري), née en 1965[réf. souhaitée] dans la région de Gallacio en Somalie, est une écrivaine, ancienne mannequin et actrice. Elle a été, durant plusieurs années, ambassadrice de l'ONU, chargée des questions de mutilations sexuelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Excisée à l'âge de trois ans[1], elle n'a que treize ans lorsqu'elle s'enfuit du camp nomade où vivent ses parents, ses frères et sœurs, pour échapper à un mariage arrangé. Après plusieurs jours d'errance dans le désert somalien, elle gagne Mogadiscio (capitale de la Somalie)[2].

Elle rejoint ensuite Londres. Elle y travaille pour l'ambassadeur de Somalie à Londres, qui est alors son oncle. Le renversement du gouvernement somalien force l'ambassadeur et sa famille à repartir en Somalie. Waris se retrouve seule à Londres, ne parlant pas anglais. Après quelques mois de travail dans un resto-rapide et logeant dans un YMCA, elle est repérée par le photographe britannique Terence Donovan qui la fait poser pour la couverture du renommé calendrier Pirelli en 1987. Une carrière internationale de top model commence[2].

Au milieu des années 1990, lors d'une entrevue pour le magazine Marie Claire, elle témoigne de son excision et des mutilations sexuelles subies encore par des millions de fillettes en Afrique. Elle est alors contactée par le Fonds des Nations unies pour la population et devient « ambassadrice de bonne volonté » de l'ONU contre les mutilations génitales féminines[3]. Elle a toutefois abandonné ces fonctions depuis 2003, préférant continuer son action au travers de sa fondation[4].

Le film Fleur du désert, de Sherry Hormann, a été tourné d'après sa biographie[2].

En 2005, elle est naturalisée autrichienne et le , elle a été élevée au titre de chevalier de la Légion d'honneur pour son travail humanitaire[5]. Elle habite à Gdansk en Pologne[6].

Elle est aussi membre d'honneur du Club de Budapest[7].

Lutte contre l'excision[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Waris Dirie fonde la Waris Dirie Fondation dont le siège est en Autriche.
  • 2005 : Elle rencontre 25 ministres d'État pour discuter des mesures à prendre pour lutter contre les mutilations génitales féminines.
  • 2006 : L'Union européenne décide de combattre officiellement l'excision pour la première fois de l'histoire.
  • 2007 : Waris Dirie commence une campagne de prévention avec Scotland Yard et la BBC en Grande-Bretagne. Quatorze États africains dont le Kenya, le Ghana, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Togo ont déclaré la pratique de l'excision totalement illégale.
  • 2007 : Waris Dirie reçoit le titre de chevalier de la Légion d'honneur pour son travail.
  • 2009 : Elle devient membre du conseil d'administration de la nouvelle fondation PPR pour la dignité et le droit des femmes, soutien d'une vingtaine de projets en partenariat avec les ONG locales et internationales, notamment au Mali, en Inde, au Pakistan, au Nicaragua et en France.

« Les gens doivent comprendre que la mutilation génitale féminine n’a rien à voir avec la tradition, la religion ou la culture. C’est une forme perverse d’abus infligé aux enfants. Tous les pays du monde devraient prendre de sérieuses et drastiques mesures contre ceux qui commettent ces crimes. »

— Waris Dirie, BBC, 29 septembre 2010.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Fleur du désert : du désert de Somalie à l'univers des top-models (Desert Flower) en collaboration avec Cathleen Miller
  • 2002 : L'Aube du désert (Desert Dawn) en collaboration avec Jeanne d'Haem
  • 2005 : Desert Children (non traduit en français)
  • 2007 : A letter to my mother
  • 2013 : Saving Safa - Rescuing a little girl from FGM

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme figurante[modifier | modifier le code]

Film sur sa vie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :