Wangerooge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant la géographie de l'Allemagne
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire et la géographie de l'Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Wangerooge
Vue aérienne de Wangerooge.
Vue aérienne de Wangerooge.
Blason de Wangerooge
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Lower Saxony.svg Basse-Saxe
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Frise
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Holger Kohls
Partis au pouvoir indépendant
Code postal 26486
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
03 4 55 021
Indicatif téléphonique 04469
Immatriculation FRI
Démographie
Population 868 hab. (31 décembre 2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 47′ 27″ Nord 7° 53′ 57″ Est / 53.7908, 7.89917
Altitude 3 m
Superficie 794 ha = 7,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Wangerooge

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Wangerooge
Liens
Site web www.wangerooge.de
Carte de la Frise orientale

Wangerooge est une île et une commune allemande d'environ 8 km2 et 1 036 habitants (31 décembre 2004). C'est la plus orientale des Îles de la Frise-Orientale à l'est de Spiekeroog. Elle appartient en tant que commune à l'arrondissement de Frise (Landkreis Friesland) au Land de Basse-Saxe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme les autres îles frisonnes, Wangerooge est un long banc de sable, et dérive à cause des vents d'ouest[1] ; l'île a dérivé plus rapidement que les autres, et s'est déplacée de 2 kilomètres vers le sud et 2,5 kilomètres vers l'est en trois siècles[1]. La tour à l'ouest de la ville, près du port, est par exemple au même emplacement que l'était l'église-phare qui était au milieu de l'île en 1623[1]. À l'heure actuelle, on continue de prélever du sable sur la plage à l'est pour le remettre sur la plage au nord, d'où il est chassé par le vent[1] ; cependant, l'île est plus stable depuis les travaux et aménagements entrepris après la tempête de 1962[1].

Wangerooge est recouverte de dunes, blanches sur le littoral, brunes au milieu de l'île[1]. Elles sont couvertes de bruyères, d'argousiers, et d'oyats, qui fixent les dunes ; des structures triangulaires en boix parsèment le littoral pour indiquer les passages à emprunter dans les dunes, afin d'éviter de piétiner les oyats, qui périraient et cesseraient de fixer la dune[1]. L'île est classée comme parc national, mis à part le village au centre de l'île[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, à l'inverse des autres îles de l'archipel, elle n'appartenait pas à la principauté de Frise Orientale mais à la petite seigneurie de Jever, qui a été en possession des Tsars entre 1793 et 1818. En conséquence, entre 1818 et 1947, elle ne faisait pas partie du Royaume de Hanovre ni, à partir de 1866, de la province prussienne de même nom, comme les autres îles. En effet, elle appartenait au Grand-duché d'Oldenbourg, qui est devenu en 1918 l'État libre d'Oldenbourg.

Transports[modifier | modifier le code]

À l'heure actuelle, les voitures ne sont pas autorisées sur le territoire de l'île pour la tranquillité des habitants et vacanciers, à l'exception des véhicules d'urgence et de quelques véhicules électriques qui servent de taxi ou de transport de marchandises.

Wangerooge possède un aéroport (code AITA : AGE). L'île peut donc être rejointe par avion au départ de Brême ou Hambourg.

Il y a également une voie ferrée sur l'île, qui sert de navette entre le débarcadère des ferrys et le village ; la voie ferrée passe par une ouverture en hauteur dans la digue sud, qui protège le quartier résidentiel[1]. Le trajet depuis Harlesiel (de) (ferry + train) dure environ une heure et demie[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Etienne Brouillard, Îles de rêve sans voitures : 34 îles en Europe et 10 îles en France, Hachette Tourisme, , 192 p. (ISBN 978-2-01-244069-2)

Voir également[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :