Wang Zhiming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wang Zhiming
Wang Zhiming, abadía de Westminster, Londres, Reino Unido.jpg

Statue de Wang Zhiming parmi les Martyrs de l'abbaye de Westminster.

Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
王志明Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Les martyrs du XXe siècle sur le portail de l'abbaye de Westminster : Maximilien Kolbe, Manche Masemola, Janani Luwum, Élisabeth de Russie, Martin Luther King, Óscar Romero, Dietrich Bonhoeffer, Esther John, Lucian Tapiedi et Wang Zhiming.

Wang Zhiming (王志明) (1907 – 29 décembre 1973) est un pasteur miao, peu connu en dehors de sa région natale du comté de Wuding, dans le Yunnan, en Chine, au moment de son exécution le .

En 1981, il est devenu le seul martyr chrétien de la Révolution culturelle chinoise à avoir un monument érigé sur son lieu d'inhumation. En 1988, il est l'un des dix martyrs chrétiens du XXe siècle représentés sur le Grand Portail de l'abbaye de Westminster à Londres. Ces statues représentent ceux qui ont perdu leur vie au nom du Christ pendant le siècle qui a vu le plus grand nombre de martyrs de l'histoire de l'Église.

Vie[modifier | modifier le code]

Wang Zhiming est né à Wuding en 1907, un an après l'arrivée des missionnaires chrétiens Samuel Pollard, Arthur G. Nicholls, George E. Metcalf et Gladstone Porteous. En 1949, 130 000 protestants, environ 20 % du total alors en Chine, se trouvaient parmi les minorités du Yunnan.

Wang a fait sa scolarité dans les écoles chrétiennes avant d'enseigner lui-même dans l'une d'entre elles pendant dix ans. En 1944 il était élu principal du conseil paroissial de Wuding, où il a été ordonné en 1951 à l'âge de 44 ans[1]. Pendant les années 1950, Wang a été l'un des six leaders chrétiens miao qui ont accepté certaines des demandes du nouveau gouvernement en signant le Manifeste des Trois Autonomies[2].

Néanmoins Wang Ziming refusait de participer aux réunions de délation qui avaient pour objet d'humilier les propriétaires terriens, en disant : « Mes mains ont baptisé de nombreux convertis et ne doivent pas être utilisées pour des péchés. » C'est sans doute pourquoi, bien avant la Révolution culturelle, Wang fut dénoncé comme contre-révolutionnaire.

Martyre[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution culturelle (1966–1976), au moins 21 responsables chrétiens de Wuding ont été emprisonnés, et de nombreux autres ont été envoyés dans des camps, dénoncés ou frappés.

En 1969, Wang Zhiming, sa femme et ses enfants sont arrêtés. Le , Wang est exécuté dans un stade devant plus de 10 000 personnes. La foule, en grande partie chrétienne, s'en prend aux officiels qui dirigent l'exécution.

Héritage[modifier | modifier le code]

Après la Révolution culturelle, les officiels du parti ont tenté d'apaiser les Miao en offrant une compensation de 1 300 (alors 250 USD) à la famille de Wang.

Quand Wang Zhiming a été arrêté, il y avait environ 2 795 chrétiens à Wuding. En 1980, l'église compte 12 000 fidèles et Wuding compte aujourd'hui 30 000 chrétiens dans plus de 100 lieux de culte. Des persécutions sporadiques de chrétiens continuent à avoir lieu à Wuding.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joakim Enwall : A myth become reality : history and development of the Miao written language (Un mythe devenu réalité : histoire et développement de l'écriture Miao) 1995 – 241. « Dans le comté de Wuding, dans la province de Chuxion Yi, il y a en tout 40 églises et 17 000 pratiquants. …Après le départ de Arthur G. Nichols en 1944, Wang Ziming prit en charge les églises de Wuding, Luquan, Fumin, Yuanmou ».
  2. Le mouvement des trois principes d'auto-gouvernance, d'auto-suffisance et d'auto-développement, fut créé en 1951 par Y. T. Wu (吴耀宗, 1893–1979), un leader chinois chrétien ; ce mouvement promouvait une stratégie d'auto-gouvernance afin d'affaiblir l'influence étrangère sur les Églises chinoises et d'assurer au gouvernement chinois que les églises qui suivaient ces principes étaient nationalistes et fidèles au régime. Le « mouvement des trois autonomies (en) » (Three-Self Patriotic Movement) est une manière chinoise de désigner ce mouvement.
  • Hattaway, Paul. Operation China, Piquant, 1990. (ISBN 978-0-9535757-5-6).
  • Wickeri, Philip L. « The Abolition of Religion in Yunnan: Wang Zhiming », dans The Terrible Alternative: Christian Martyrdom in the Twentieth Century. Mowbray, 1998. (ISBN 978-0-304-70287-9).
  • Tien Ju-Kang, Peaks of Faith : Protestant Mission in Revolutionary China. Brill, 1993. (ISBN 978-90-04-09723-0).