Wang Can

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom, le nom de famille, Wang, précède le prénom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wang (patronyme).

Wang Can

Naissance 177
Décès 217
Langue d'écriture chinois
Genres fu, yuefu

Wang Can (chinois 王粲, EFEO Wang Ts'an), né en 177, mort en 217, est un poète chinois. Il est l'un des Sept Lettrés de Jian'an.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une grande famille du Shandong, Wang Can est un enfant précoce. La première de ses Sept Tristesses a été écrite à l'âge de quinze ans. En 192 il part dans le Sud se mettre sous la protection de Liu Biao, et il y reste jusqu'en 208. Il se met ensuite au service de Cao Cao[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Wang Can est réputé pour être le meilleur poète de l'ère Jian'an après Cao Zhi. Il subsiste de son œuvre une vingtaine de poèmes, environ quarante fu et de la prose.

Sa série de poèmes intitulée Les Sept Tristesses (Qi ai shi) évoque la fin de la dynastie des Han[2]. Le premier de ces poèmes, qui s'inspirent des ballades populaires (yuefu), et qui a sans doute été écrit à son départ de Chang'an, décrit les malheurs qui accompagnent la chute de la dynastie[1].

La grand-ville de l'Ouest [Chang'an] sombre dans le chaos.
 Tigres et loups, voici venus les ravageurs…
[…]
Sur la route, poussée par la faim, une femme
 Emporte un nouveau-né qu'elle abandonne aux champs.

(Wang Can, Tristesse, trad. Jean-Pierre Diény (extrait))

Durant son séjour dans le Sud, il écrit le Denglou fu (En montant la tour), qui exprime le regret de son pays natal. Cette pièce est un chef-d'œuvre du genre xiao fu (fu courts). Il écrit ensuite, au service de Cao Cao, des œuvres de circonstances, des yuefu de cérémonie ou des ballades (Congjun xing, En campagne) louangeant Cao Cao et sur les heurs et malheurs des soldats[1].

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Paul Demiéville (dir.), Anthologie de la poésie chinoise classique, Paris, Gallimard, 1962, rééd. coll. « Poésie »
    Wang Ts'an, p. 144-145
  • Jacques Pimpaneau, Anthologie de la littérature chinoise classique, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2004
    Wang Can, p. 263-264

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D. Holzman, dans André Lévy (dir.), Dictionnaire de la littérature chinoise, Presses universitaires de France, « Quadrige », 1994, rééd. 2000, p. 308-309
  2. Paul Demiéville (dir.), Anthologie de la poésie chinoise classique, « Poésie », Gallimard, 1962, p. 145.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :