Wanda Davanzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wanda Davanzo
Wanda Davanzo.jpg
Wanda Davanzo
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Wanda Davanzo, née en 1920 à Naples et décédée à Paris le est une artiste peintre appartenant au mouvement de l'abstraction lyrique.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Née d'une mère italienne et de père suisse d'origine zurichoise, elle passe son enfance et sa jeunesse à Paris où son père, peintre de facture classique, l’initie à la peinture. Elle complète cette formation par l'enseignement de la Grande Chaumière, parallèlement à ses études. En, 1940, elle s'installe à Cagnes-sur-Mer[1] où elle rencontre de nombreux artistes dont Bram Van Velde, la famille Renoir, Jean Villeri et Marie Raymond. Elle découvre alors les possibilités illimitées de la peinture abstraite. Wanda Davanzo part en 1947 en Argentine où elle restera jusqu'à son retour en France en 1964.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Wanda Davanzo se marie et part en 1947 en Argentine.

En 1978, elle épouse le sculpteur Jean Campa et s'installe à Sèvres où son travail s'intensifie

Œuvre[modifier | modifier le code]

À Buenos Aires elle évolue dans un milieu médical et littéraire plutôt que pictural. Elle fait la connaissance du Docteur Aldo Pellegrini avec qui elle traduit Paul Éluard et René Daumal. Elle rencontre l'écrivain Ernesto Sábato. En marge des courants esthétiques pratiqués en Amérique latine, l'abstraction géométrique et l'art cinétique, elle élabore sa conception plastique de l'espace plein.

En Argentine, elle rencontre Michel Tapié qui lui apporte la certitude que sa recherche rejoint un courant de pensée qui commence à naître dans différents points du monde. En 1964 elle revient à Paris où elle vit désormais. Elle rencontre à nouveau Michel Tapié qui la fait participer à de nombreuses expositions. Consciente de la multiplicité des tendances de l'art contemporain, elle ressent la nécessité de réunir des artistes effectuant des recherches similaires, c'est la création du "groupe V" avec les peintres Roberto Altmann, Victor Laks, James Pichette, Zenderoudi, Se liant d'amitié avec le peintre Gérard Schneider et le poëte Guillevic elle participe depuis lors au courant de l’abstraction en lui apportant sa personnalité et l’énergie d’une vie entière. Ses nombreuses expositions à travers le monde ont jalonné les différentes étapes de cette peinture en mouvement.

Wanda Davanzo fait jaillir de cette quête incessante ces témoins de vérité et d’universalité que sont ses toiles. Fusionnant littéralement avec sa peinture qui devient l’expression même de sa vie intérieure, qu’elle traduit avec une rigueur dépouillée de toute superficialité et toute recherche esthétique.[réf. nécessaire]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Galeria Galatea, Buenos Aires, Argentine.
  • 1957 : Galeria Van Riel, Buenos Aires, Argentine.
  • 1958 : Galeria de los Independientes, Buenos Aires, Argentine.
  • 1960 : Galerie Peuser, Buenos Aires, Argentine.
    • Setur, Porto Alegre, Brésil.
    • Galeria Pez Pirrot, Buenos Aires, Argentine.
  • 1962 : Musée d’Art Moderne de Buenos Aires,Argentine.
    • Université de la Plata, Argentine.
  • 1963 : Galeria “H”, Buenos Aires, Argentine.
  • 1965 : Galerie du Haut Pavé, Paris, France.
  • 1971 : Institut National d’Éducation Populaire, Vincennes, France.
  • 1972 : Institut National d’Éducation de Marly.
  • 1973 : Galerie Camille Renault, Paris, France.
  • 1974 : Galerie de l’Université, Paris, France.
  • 1975 : Centre d’Art et de Communication, Vaduz, Liechtenstein.
  • 1976 : Galerie Forum, Paris, France.
  • 1977 : Théâtre de la Renaissance, Paris, France.
  • 1979 : FIAC, Paris, France.
  • 1980 : SFGM, Paris, France.
    • Galerie Koryo, Paris, France.
    • Syn’Art, Paris, France.
  • 1983 : Le Soufflet Vert avec Guillevic, Paris, France.
  • 1987 : Galerie Suisse, Paris, France.
  • 1988 : Fondation du Grand-Cachot-de-Vent, Neuchâtel, Suisse.
  • 1989 : Galerie Suisse, Paris, France.
  • 1990 : Galerie Françoise Bologneni, Thionville, France.
  • 1992 : Galerie Françoise Bologneni, Thionville, France.
  • 1993 : CETAD, Paris, France.
  • 1993 : Musée Pierre Von Allmen, La Tène (Thielle-Wavre), Suisse.
  • 1996 : J.-P. Chirié : Rétrospective, Paris, France.
  • 2001 : Rétrospective - Chapelle St Louis de la Salpétrière, Paris, France.
  • 2002 : Salon d’Art de St Laurent de Lolmie, invitée d’honneur.
  • 2004 : Galerie Claire de Villaret, Paris, France.
  • 2005 : MaatGallery, Paris, France.
  • 2007 : Galerie Claire de Villaret, Paris, France.
  • 2009 : Tour Navarre, Langres, France.
  • 2014 : Galerie BOA, Paris, France
  • 2016 : Galerie Cour16, Paris, France
  • 2017 : Galerie Arnoux, Paris, France

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1962 : Musée d’Art Moderne de Buenos Aires, Argentine.
    • Exposition d’Art Moderne Martinez, Argentine.
  • 1964 : Festival Méditerranéen, France.
  • 1966 : Galerie Cimaise Bonaparte, Paris, France.
  • 1969 : Galerie Cortina, Sapazi Astratti, Milan, Italie.
  • 1971 : Galerie Symposium, Manheim et Cologne, Allemagne.
    • Interférences Européennes, Musée de Céret, France.
    • Symposium de Künste, Allemagne.
    • Galerie de l’Université, Paris, France.
  • 1972 : Galerie de l’Université, Groupe V, Paris, France.
    • Galerie Cyrus, Espaces Autres, Paris, France.
    • Galerie Vercamer, Paris, France.
    • Espaces Abstraits II, Milan, Italie.
    • Maison de la Culture de Grenoble, Groupe V, France.
  • 1973 : Centre Culturel de Toulouse, Groupe V, France.
    • Galerie II Giorno, Milan, Groupe V, Italie.
    • Galerie Del Leone, Groupe V, Tradate, Italie.
  • 1974 : Palazzo del Diamanti di Ferrara, Groupe V, Italie.
  • 1976 : Athénée du Luxembourg, Luxembourg.
    • Galerie de Maître Albert, Paris, France.
  • 1977 : Maison de la Culture des Hauts de Belleville, Paris, France.
    • Galerie Christiane Collin, Paris, France.
  • 1978 : Hauts de Belleville, Paris, France.
    • Musée de Dunkerque, France.
    • Musée de Saint Omer, France.
    • Signes et Espace, Crédit Chimique, Paris, France.
    • Galerie Lucia, Paris, France.
    • Galerie de Maître Albert, Paris, France.
    • Galerie de l'Université, Paris, France.
    • Université de Pavie, Italie.
    • Villa Cassati, Colonio Monzese, Italie.
  • 1979 : Galerie Simone Badinier, Paris, France.
    • Hauts de Belleville, Paris, France.
    • Mairie du IIIe Arrondissement, Paris, France.
  • 1980 : Galerie Koryo, Paris, France.
    • Galerie Spazio, Naples, Italie.
  • 1981 : Galerie Luca Valencia, Italie.
  • 1982 : Musée de Narbonne, France.
  • 1985 : Mairie du VIe Arrondissement, Paris, France.
  • 1999 : Galerie Petronas, Kuala Lumpur, Malaisie.
  • 2000 : Ariane-Essor, Biarritz, France.

Acquisitions des musées et fondations[modifier | modifier le code]

Réalisations monumentales[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Mosaïque 6 m, Haut de Cagnes, France.
  • 1980 : Mosaïque 8 m, Sèvres, France.
  • 1980 : Vitrail 6 m, Société Vallourec, Paris, France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1961 • Aldo Pellegrini.
  • 1969 • Michel Tapié – Espaces Abstraits.
  • 1972 • Jacques Bussy – revue Esprit.
  • Michel Tapié _" Telle W. Davanzo se devient "[2].
  • 1973 • Robert Marteau _ " W. Davanzo, Écriture et errances".
  • 1974 • Mario Radice _ "Il geroglifice ".
  • Paul Gauthier
  • 1975 • Jean-Jacques Levèque- Une écriture libérée”[3].
  • 1978 • “La danse devant le chevalet”, Nouvelles littéraires.
  • 1979 • Jean-Jacques Levèque, FIAC 79.
  • Lucien Curzi, “Maquis de buissons”[4].
  • 1980 • Jean-Jacques Levèque – “Gestes et construction”, Nouvelles littéraires.
  • Henri Raynal – “Les propos espacés que nous tient la constance”[5].
  • 1982 • Jean-Marie Dunoyer, Le Monde.
  • 1983 • Elisabeth Couturier – “Les Voix Intérieures”.
  • 1983 • Hubert Juin – préface “Espaces verts”.
  • Parution de “Nuit”, poèmes de Guillevic et lithographies de W.Davanzo.
  • 1984 • Gérard Xuriguéra –“Regards sur la peinture contemporaine, Les Années 50”.
  • 1985 • Michel Faucher – “W. Davanzo”[6].
  • 1987 • Jacques Lèbre – “L’écume de la peinture”
  • Henri Raynal – “Wanda Davanzo”
  • 1988 • Robert Marteau, “Davanzo”
  • 1989 • Pierre von Allmen – “Offrande lyrique”[7].
  • 1990 • Gérard Xuriguéra, “Davanzo”, Editions Paréo[8].
  • 1994 • Jacques Lèbre, “La forme encore souple…”, Erda Editions.
  • 1998 • Parution de “Bûcheron du vent” poèmes de Jean Campa, gravureW.Davanzo.
  • 2000 • Victor Laks, “Peindre selon WD”[9].
  • 2001 • Jacques Lèbre, “Période bleue”, Erda Editions.
  • Lydia Harambourg, Monographie, Erdra Edition[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Wanda Davanzo », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  2. Gérard Xuriguiera, « Article », .,‎ , Wanda Davanzo par Gérard Xuriguiera, 1990
  3. Jean- Jacques Lévêque, « L'entre », .,‎
  4. Lucien Curzi, « Maquis de buissons », .,‎ .
  5. Henri Raynal, « Les propos espacés que nous tient la constance : les tableaux de Wanda Davanzo », .,‎ .
  6. Michel Faucher, « . », .,‎
  7. Pierre Von Allmen, « Offrande lyrique », .,‎ .
  8. Gérard Xuriguiera, « . », .,‎
  9. Victor Laks, « . », .,‎
  10. Lydia Harambourg, « . », .,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]