Walther Gerlach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Walther Gerlach
Walther Gerlach.JPG

Portrait de Walther gerlach sur une plaquette commémorative

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Conflit
Distinctions
Liste détaillée
Ordre bavarois du Mérite
Grand officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Ordre Pour le Mérite
Médaille Harnack (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Walther Gerlach (né le à Biebrich am Rhein ; † à Munich) était un physicien allemand. Il découvrit la quantification du spin avec Otto Stern en 1922 (expérience de Stern et Gerlach).

Biographie[modifier | modifier le code]

Gerlach s'inscrivit en 1908 en physique à l’Université de Tübingen[1] et devint membre de la sodalité étudiante Corps Borussia Tübingen[2]. Diplômé docteur ès Sciences physiques en 1912, il soutint sa thèse habilitation en 1916[1]. Reçu en 1917 privat-docent de l’Université de Göttingen, il obtint en 1921 la chaire de physique de la toute nouvelle université de Francfort-sur-le-Main[1]. En 1922, il parvint avec Otto Stern à mettre en évidence l'effet d'un champ magnétique sur des atomes de moment cinétique nul, démontrant ainsi la quantification d'un nouveau degré de liberté des atomes, le spin.

En janvier 1925, Gerlach suivit son maître Friedrich Paschen à l’Université de Tübingen[1], puis en 1929, il se vit confier la chaire de physique expérimentale de l’Université Louis-et-Maximilien de Munich, qu'il conserva jusqu'en 1957, année où il reçut la consécration de professeur émérite. En 1943, il devint directeur du Département de Physique du Conseil de la Recherche du Reich et du groupe de travail des recherches nucléaires, d'abord comme ministre plénipotentiaire de Goering pour le « Projet Uranium », puis en 1944 comme directeur de la recherche nucléaire.

Suspecté d'avoir travaillé au développement d'armes nucléaires, il fut conduit en 1945 au Royaume-Uni pour être interrogé et détenu (opération Epsilon). De retour dans la Zone d'occupation américaine en Allemagne, il fut de 1948 à 1951 recteur de l’Université Louis-et-Maximilien de Munich, puis de 1949 à 1951 premier président de la Fraunhofer-Gesellschaft. De 1951 à 1961 il fut vice-président de l'Association de la Recherche Allemande (DFG), et de 1956 à 1957 Président de l'Union des Physiciens Allemands (Deutsche Physikalische Gesellschaft, en abrégé DPG).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d D'après la notice de Helmut Rechenberg, « Walter Gerlach », sur Université Goethe de Francfort-sur-le-Main,‎ (consulté le 1er février 2014).
  2. D'après la nomenclature des Kösener Corpslisten (1930), année 127, p. 340; dissout sous l'occupation française d'après-guerre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]