Walter Stennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Walter Stennes
Image dans Infobox.
Fonction
Député au Reichstag sous la république de Weimar
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Fürstenberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
LüdenscheidVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Walter Franz Maria StennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Arme
Grade militaire
Conflit

Walter Stennes ( à Bad Wünnenberg[réf. nécessaire] à Lüdenscheid) était un homme politique allemand. Il a été l'un des principaux commandants des Sturmabteilungen (SA) de Berlin, avant de passer dans l'opposition à la NSDAP.

Biographie[modifier | modifier le code]

Walther Stennes est le fils du bailli et officier Fritz Stennes et de son épouse Louise, née Bering. De dix à quinze ans, il étudie à l'école des cadets du château de Bensberg, près de Cologne. En 1910, il passe à l'école principale prussienne des cadets de Berlin-Lichterfelde, où il compte parmi ses condisciples Hermann Göring et Gerhard Roßbach.[réf. nécessaire]

Ancien combattant décoré à de nombreuses reprises durant la Grande Guerre, il devient à la fin des années 1920 responsable en chef de la SA pour Berlin, le Brandebourg, la Prusse orientale et la Poméranie. Il est ainsi responsable de près d'un tiers des effectifs totaux de la SA en Allemagne[1].

Walther Stennes appartient clairement à « l'aile gauche » de la NSDAP, et il reproche à Hitler d'avoir choisi la voie légale pour arriver au pouvoir, au détriment d'une ligne plus « révolutionnaire ». La crise va connaître son acmé le , quand les partisans de Stennes occupent par la force le siège berlinois du parti et les locaux de son organe de presse régional, Der Angriff[1].

Walter Stennes est exclu du Parti en . Il fonde alors son propre mouvement politique, le Nationalsozialistische Kampfbewegung Deutschlands (NSKD). Il appuie, fin 1932, les manœuvres du chancelier Kurt von Schleicher destinées à former une « grande coalition » pour faire barrage à Hitler et à la NSDAP[1].

Après l’arrivée au pouvoir de Hitler, Stennes s'exile au printemps 1933 avec sa femme et sa fille, gagne d'abord les Pays-Bas, puis la Grande-Bretagne et enfin la Chine. Il y devient conseiller des nationalistes chinois du Kuomintang[1], tout comme un autre déçu du nazisme, Hermann Kriebel, qui avait déjà participé au putsch de la Brasserie. Stennes devient l'instructeur-chef des gardes du corps de Tchang Kaï-Chek[2].

À partir de 1941, le NKVD prend contact avec lui et l'embauche en tant qu'agent de renseignement[3]. Il aurait notamment informé les services soviétiques du déclenchement de l'opération Barbarossa[4]. Il se lie également avec l'agent soviétique Richard Sorge, sans qu'ils connaissent toutefois leur allégeance commune à l'URSS[5].

Après 1949, il revient en Allemagne de l'Ouest. Il tente de se faire reconnaître comme victime du nazisme mais sa requête est rejetée en 1957 par la cour fédérale de la RFA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Philippe Baillet, L'Autre Tiers-mondisme : des origines à l’islamisme radical : Fascistes, nationaux-socialistes, nationalistes-révolutionnaires entre « défense de la race » et « solidarité anti-impérialiste », Saint-Genis-Laval, Akribeia, , 475 p. (ISBN 978-2-913612-61-7), p. 97-98
  2. (en) Odd Arne Westad, Restless Empire : China and the World Since 1750, New York (N. Y.), Hachette UK, , 544 p. (ISBN 978-0-465-02936-5, lire en ligne).
  3. (en) I. C. Smith et Nigel West, Historical Dictionary of Chinese Intelligence, Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of Intelligence and Counterintelligence », , 392 p. (ISBN 978-0-8108-7370-4, lire en ligne), « Succor Delight », p. 251.
  4. Rémi Kauffer, Le siècle des quatre empereurs, Perrin, , 471 p. (ISBN 978-2-262-04766-5, lire en ligne).
  5. Rémi Kauffer, Les maîtres de l'espionnage, Perrin, , 550 p. (ISBN 978-2-262-07492-0, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]