Walter Berns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Walter Berns
BushBerns.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
BethesdaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Walter Berns () était un professeur américain de droit constitutionnel et de philosophie politique, chercheur résident à l'American Enterprise Institute et professeur émérite de l'université de Georgetown.

Biographie[modifier | modifier le code]

Walter Berns a grandi à Chicago, puis a suivi le cours général de la London School of Economics et les sciences politiques puis reçu son diplôme de baccalauréat de l'université de l'Iowa. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il a servi dans l'US Navy de 1941 à 1945. Après la guerre, il vivait et travaillait comme serveur au Nouveau-Mexique, où il se lia d'amitié Frieda von Richthofen, qui l'a persuadé qu'il n'avait pas d'avenir comme un écrivain. Il a étudié pour son doctorat sous Leo Strauss à l'université de Chicago puis enseigné la philosophie politique à l'université d'État de Louisiane (1953 à 1956) et de l'université de Yale (de 1956 à 1959)[1]. En 1959, il a rejoint le département de l'université Cornell[1].

Il s'est fait connaître pour sa dénonciation des excès des mouvements estudiantins lors de la guerre du Viêt Nam ou des émeutes liées aux mouvements pour les droits civiques, même s'il a ensuite pardonné à leurs auteurs[1]. Ce combat en a fait plus tard une figure intellectuelle des mouvements conservateurs américains, selon Jacob Heilbrunn, éditeur du magazine The National Interest et auteur du livre They Knew They Were Right: The Rise of the Neocons[1]. Ses recherches ont mis en avant le rôle moteur de penseurs comme Thomas Hobbes, John Locke et Adam Smith dans la recherche d'un idéal démocratique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Walter Berns, Whose Ideas Fueled Neoconservative Movement, Dies at 95 », nécrologie par Sam Roberts dans le New York Times du 15 janvier 2015.