Walking to New Orleans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Walking to New Orleans

Single de Fats Domino
Face B Don't Come Knocking
Sortie juin 1960
Enregistré juin 1960
studio de Cosimo Matassa (en), sur Rampart Street
Genre rhythm and blues
Auteur Bobby Charles
Label Imperial Records 5675

Walking to New Orleans est une chanson de Bobby Charles, écrite pour Fats Domino et enregistrée par ce dernier en juin 1960.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fats Domino avait déjà enregistré Before I Grow Too Old de Bobby Charles. Quand Domino, au cours d'une tournée, passa par Lafayette, Louisiana, il invita Charles dans sa loge, et au cours de la conversation, invita Charles à venir le voir à New Orleans. Charles répondit qu'il n'avait pas de voiture et qu'il devrait marcher pour y aller[1]. La phrase lui resta dans l'esprit et il écrivit la chanson en 15 minutes.

Lors de sa visite à New Orleans, Charles chanta Walking to New Orleans à Domino. Domino fut enthousiaste et fit quelques modifications, comme ajouter une citation de Ain't That a Shame. Dave Bartholomew fit l'orchestration, et Domino enregistra avec l'orchestre de Bartholomew au studio de Cosimo Matassa (en), sur Rampart Street.

Après l'enregistrement, Bartholomew décida de réenregistrer une section de cordes du New Orleans Symphony. L'usage des cordes classiques était peu répandu aux débuts du rock 'n' roll. Domino fut un peu surpris quand Bartholomew lui fit entendre la version avec les cordes, mais en apprécia la "douce mélancolie". Les cordes furent arrangées par Milton Bush, tromboniste et arrangeur du studio de Cosimo Matassa (en). Bush écrivit l'arrangement debout en 10 minutes sous la supervision de Domino. Il fit simplement répéter aux cordes la mélodie de la phrase précédente. Domino demanda alors à Bush combien il voulait être payé pour l'arrangement ; Bush réclama 1 dollar par minute, soit 10 dollars. La chanson se vendit au-delà de 2 000 000 copies. Le disque fut un hit, sur le label Imperial Records, qui atteignit la 6e place sur le pop chart et la 2e du R&B chart[2].

Références[modifier | modifier le code]

  • Blue Monday Fats Domino and the Lost Dawn of Rock 'N' Roll, by Rick Coleman, Da Cappo, 2006
  1. « I don't have a car. If I'd go, I'd have to walk »
  2. (en) Joel Whitburn, Top R&B/Hip-Hop Singles: 1942-2004, Record Research, , p. 168

Lien externe[modifier | modifier le code]