Waleed Abu al-Khair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Waleed Sami Abu al-Khair
arabe : وليد أبوالخير
Description de l'image Waleed Abu Alkhair.jpg.
Naissance (39 ans)
Djeddah (Arabie saoudite)
Nationalité Drapeau : Arabie saoudite Saoudienne
Profession

Waleed Sami Abu al-Khair (arabe : وليد أبوالخير) est un avocat saoudien et un militant des droits de l'homme qui dirige l'organisation Monitor of Human Rights in Saudi Arabia (MHRSA). Le 6 juillet 2014, il a été condamné à quinze ans de prison par une cour criminelle spéciale[1].

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Waleed Abu al-Khair est né le 17 juin 1979 à Djeddah. Il obtient un baccalauréat universitaire en arabe à l'Université du roi Abdulaziz en 2003[2]. Il commence sa carrière d'avocat en 2007 dans le cabinet d'Essam Basrawi[3] à Djeddah[4]. En 2009, il prend la défense des victimes des inondations de Djeddah[5] et crée une page Facebook suivie par 20 000 utilisateurs[6]. Il obtient en 2009 une maîtrise universitaire à l'Université Yarmouk (en) en Jordanie[3]. La même année, il crée l'organisation Monitor of Human Rights in Saudi Arabia (MHRSA)[7],[8]. La même année encore, il défend le militant saoudien des droits de l'homme Abdul Rahman Al Shumari dans le cadre d'une plainte portée contre le ministre de l'intérieur saoudien[9].

Affaire Samar Badawi[modifier | modifier le code]

Samar Badawi en 2012 lors de la remise du prix international Femme de courage.

Samar Badawi est une militante saoudienne pour les droits de la femme, emprisonnée en 2010 pour désobéissance envers son père. Waleed Abu al-Khair organise en 2010 la défense de Badawi[10], en particulier sous forme d'une campagne de communication sur internet[11]. Le 19 avril 2011, il épouse Samar Badawi[12].

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

En 2011, l'édition moyen-orientale du magazine Forbes inclut al-Khair dans une liste des cent Arabes les plus influents sur Twitter[13]. En 2012, il prend la défense d'Hamza Kashgari, un blogueur saoudien emprisonné, notamment en publiant dans le Washington Post un article[14] et en organisant un salon de discussion hebdomadaire dans son appartement[15]. La même année, il est finaliste du programme Middle East Partnership Initiative’s Leaders for Democracy Fellowship organisé par le département d'État des États-Unis[16]. Selon la société Portland Communications, il est un des dix saoudiens les plus suivis sur Twitter[17]. Le prix Olof Palme lui est décerné en 2013, mais il ne peut se rendre en Suède pour le recevoir, un visa de sortie lui étant refusé[18]. En 2012, al-Khair prend la défense du blogueur Raif Badawi[19].

Le 12 juin 2015, il a été désigné comme le lauréat du Prix International des Droits de l'Homme Ludovic-Trarieux décerné chaque année à « un avocat sans distinction de nationalité ou de barreau, qui aura illustré par son œuvre, son activité ou ses souffrances, la défense du respect des droits de l'Homme, des droits de la défense, la suprématie du droit, la lutte contre les racismes et l'intolérance sous toutes leurs formes ». Le prix doit lui être remis à Genève en novembre 2015[20]

Procès[modifier | modifier le code]

Waleed Abu al-Khair fait l'objet de deux procédures judiciaires. La première concerne la signature en 2011 d'une pétition demandant des réformes politiques[21]. Le 5 février 2014, la cour d'appel de La Mecque a confirmé sa condamnation en première instance[22] à trois mois de prison pour outrage, mais en le laissant libre[23].

La seconde procédure[24] pour avoir tenu le « salon » organisé chez lui[25], commencée le 4 novembre 2013, après qu'al-Khair ait été emprisonné puis libéré sous caution[26],[27], concerne des accusations de défaut d'allégeance au roi, de manque de respect aux autorités, de création et direction d'une association interdite (la MHRSA), de contribution à l'établissement d'une autre association interdite (la Saudi Civil and Political Rights Association) et d'incitation de l'opinion publique[23]. Le 15 avril 2014, il est arrêté en pleine audience de la cour criminelle spéciale qui examinait son cas[23],[28],[29]. Le 22 avril 2014, une semaine après son arrestation, son épouse Samar Badawi déclare qu'il est torturé[30]. Le 7 juillet 2014, al-Khair est condamné à quinze années de prison, suivies de quinze années d'interdiction de voyager à l'étranger, ainsi qu'à une amende de 200 000 riyals, la cour criminelle spéciale de Djeddah l'ayant jugé coupable d'avoir « sapé le régime et les personnalités officielles », « incité l'opinion publique » et « insulté l'appareil judiciaire »[3],[31]. Ce jugement a été critiqué par le département d'état américain[32],[33] et par le Haut Commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme[34]. Il est proposé en 2015 pour le prix Nobel de la paix[35]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Saudi Arabia: 15-Year Sentence for Prominent Activist », Human Rights Watch,
  2. (en)« Saudi Arabia », Hractivists.org
  3. a, b et c (en) Lydia Smith, « Waleed Abulkhair Given 15 Years for Activism: Who is the Influential Saudi Human Rights Lawyer? », International Business Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en)« Essam Hassan Basrawi Attorneys & Counselors at Law », Essam Basrawi
  5. (en) « Saudi in an uproar », Kippreport,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Caryle Murphy, « Saudi Arabians use Facebook to vent fury over Jeddah flood deaths », Christian Science Monitor,‎ (lire en ligne)
  7. (en)Rori Donaghi, « Human rights lawyer arrested in Saudi Arabia », Middle East Eye,
  8. (en) Joanna Paraszczuk, « Saudis use social media to celebrate, criticize National Day », Jerusalem Post,‎
  9. (en) Christoph Wilcke, Human Rights and Saudi Arabia's Counterterrorism Response: Religious Counseling, Indefinite Detention, and Flawed Trials, Human Rights Watch, (lire en ligne), p. 17
  10. (en) Maggie Michael, « Saudi women sue male guardians who stop marriage », AP online,‎ (lire en ligne)
  11. (en)« Saudi woman jailed for disobeying father freed », Middle East online,
  12. (en)« Samar Badawi: Litigating for Women’s Rights », Human Rights Watch,
  13. (sv) Bitte Hammargren, « Saudiarabien ökar förtrycket », Svenska Dagbladet,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Waleed Abu Alkhair, « Steadfast in pursuing a freer Saudi Arabia », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  15. Jacob Templin, « In Saudi Arabia, Dissent Is Alive and Well, but Only Online or in Private », Time,‎ (lire en ligne)
  16. (en)« Saudi Arabian human rights lawyer banned from travelling to US », Amnesty International,
  17. (en)« How the Middle East twwets: Saudi Arabia's more connected », Porland Communications
  18. (en)« Saudi Arabia / Sweden- Human Rights Defender Waleed Sami Abu Al-Khair Awarded the 2012 Olof Palme Prize », Gulf Center for Human Rights,
  19. (en) « Lash and jail for Saudi web activist Raef Badawi », BBC News,‎ (lire en ligne)
  20. « Walid Abu al-Khair (Arabie Saoudite) lauréat du Prix International des Droits de l'Homme "Ludovic-Trarieux" 2015. », sur www.ludovictrarieux.org (consulté le 14 juin 2015)
  21. (en) « Saudi Arabia Is Not Driving Freedoms Forward », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « Group: Saudi activist imprisoned for rights letter », Al Ahram,‎ (lire en ligne)
  23. a, b et c (en)« Saudi Arabia: Free Prominent Rights Activist », Human Rights Watch,
  24. (en) Eman Al Nafjan, « Saudi Arabia's duplicitous legalism », New York Times,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « Saudi activist Waleed Abu Al Khair arrested over ‘unauthorised’ meetings », Gulf News,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « Group: Saudi activist held after hosting forums », New Zealand Herald,‎ (lire en ligne)
  27. (en) « Saudi Activist Abu Al Khair Released on Bail », BBC on line,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « Saudi arrests rights lawyer, says his wife », Gulf News,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Saudi Authorities Detain Activist After Court Appearance: Wife », New York Times,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « Saudi rights activist detained, allegedly tortured », Aljazeera,‎
  31. (en) « Saudi jails rights activist for 15 years: relatives », Gulf News,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « US 'troubled' by jailing of Saudi rights activist », Yahoo! News,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « US ‘troubled’ by jailing of Saudi human rights activist », Gulf News,‎ (lire en ligne)
  34. (en)« Saudi Arabia: Pillay concerned by harsh sentences against human rights defenders », Office of the High Commissioner for Human Rights,
  35. (en) « Saudi Blogger Raif Badawi Nominated for Nobel Peace Prize 2015 », Morocco World News,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]