Waldemar Hoven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoven.
Waldemar Hoven
Hoven témoignant durant son procès pour crime contre l'humanité
Hoven témoignant durant son procès pour crime contre l'humanité

Naissance 10 février 1903
Fribourg, Allemagne
Décès 2 juin 1948 (à 45 ans)
Landsberg am Lech, Allemagne
Origine Allemagne
Grade SS-Hauptsturmführer
Années de service 19341945
Conflits Seconde Guerre mondiale

Waldemar Hoven (10 février 1903 Fribourg2 juin 1948, Landsberg am Lech) était un médecin nazi qui fut condamné à mort pour crimes contre l'humanité en 1948 pour avoir été le responsable de l'euthanasie massive de déportés par injections à Buchenwald durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 32 ans, il commence des études de médecine aux États-Unis. Il les termine en Allemagne en 1939, à la faveur d'une session spéciale qui lui vaut son entrée dans la Waffen-SS, pour devenir Hauptsturmführer (équivalent de capitaine dans l'armée française)[1].

Arrivé à Buchenwald en 1939, il est l'adjoint de Lolling puis de Lagerartz en 1941. il devient le médecin-chef du camp de concentration en 1942, où il fut le responsable de l'euthanasie de déportés par injection de phénol et d'hydrocarbure, ainsi que des expériences sur le typhus[2].

En 1943, il fut également responsable d'injections létales d'aconitine données à différents anciens officiers SS qui étaient des témoins dans les enquêtes contre Ilse Koch avec qui il avait une relation. Arrêté pour meurtre sur les personnes de ces officiers SS, il fut reconnu coupable par les SS et condamné à mort pour ses crimes, mais sa peine fut commuée en 18 mois de captivité à Buchenwald.

À la suite de la chute du Troisième Reich en 1945, il fut traduit devant la justice lors du procès des médecins. Il y fut reconnu coupable de crimes de guerres, crimes contre l'humanité et reconnu membre d'une organisation criminelle pour sa participation à l'extermination massive de déportés avant sa captivité. Il fut condamné à mort et pendu le 2 juin 1948 à la prison de Landsberg en Bavière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Y. Ternon, Histoire de la médecine SS, Casterman, , p.210 et 213-214
  2. Historia, n°361bis, "Médecins SS"

Article connexe[modifier | modifier le code]