Waldemar Bonsels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Waldemar Bonsels
Waldemar Bonsels.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Conjoint
Cläre Brandenburg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Bernd Holger Bonsels (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Waldemar Bonsels, né le et mort le , est un écrivain de livres pour enfants allemand.

Il est surtout célèbre par sa création du personnage de Maya l'abeille.

Il reste controversé par ses sympathies avec le parti Nazi durant la Seconde Guerre mondiale, en partie par opportunisme. [réf. souhaitée]

Biographie[modifier | modifier le code]

Waldemar Bonsels à l'âge de 15 ans.

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Waldemar Bonsels naît le [1], à Ahrensburg.

Il est le deuxième de cinq enfants. Son père Reinhold Bonsels (1848-1923) abandonne sa pharmacie à Ahrensburg en 1884 et étudie la l'odontologie à Berlin. De 1890 à 1897, il a son propre cabinet dentaire à Kiel, en 1898, il s'installe à Von Bodelschwinghsche Stiftungen Bethel (de) à Bielefeld-Gadderbaum.[réf. souhaitée]

Voyages et travaux[modifier | modifier le code]

À l'âge de 17 ans, Waldemar Bonsels s'enfuit de la maison de ses parents et du lycée de Kiel : il sort de ses liens bourgeois et se retrouve dans la liberté d'une vie de nature et d'aventure[2]. Il passe par l'Allemagne, de nombreux pays européens, plus tard principalement l'Inde, l'Égypte et l'Amérique[2]. Pendant un certain temps, il travaille comme éditeur à Munich, pendant la Première Guerre mondiale, il est reporter sur le front de l'Est et en 1925, il entreprend une expédition cinématographique avec Adolph von Dungern dans la région amazonienne[2]. Ses efforts littéraires le conduisent vers un succès rapide[2]. Ses deux livres pour enfants Die Biene Maja (1912) et Himmelsvolk (1915) lui valent une renommée mondiale[2]. Ils reprennent les motifs des contes de fées romantiques de fleurs, d'animaux et d'elfes, les portent avec imagination et les relient à des intentions discrètement instructives[2]. Le cycle de romans Mario (1938) met l'accent sur la préoccupation idéologique en plus de la représentation individuelle[2]. Comme dans de nombreux autres récits et récits de voyage, en particulier les Notes d'un vagabond (cycle, 1930) et le Voyage en Inde (1917), il traite de la relation de l'individu à la grande et complète unité de la nature, qui lui confère un droit de domination inconditionnel[2]. Le mental et le spirituel de l'homme se fondent dans la nature en tant que partie intégrante de celle-ci[2]. Détaché de toute exigence éthique, le mal apparaît comme un pouvoir d'action aussi nécessaire que le bien[2]. À partir d'éléments du christianisme et de diverses religions orientales, il développe une croyance en la lumière dans laquelle son mysticisme de la nature devrait trouver sa plus haute expression[2]. Enfin, dans le roman Das vergessene Licht (1951, nouvelle édition de "Dositos", 1948), il transfère ses idées idéologiques de base au monde matériel biblique et historique, aspirant à une union de l'esprit grec avec le christianisme et une foi naturelle sans démon[2].

Stylistiquement, Waldemar Bonsels est influencé par le nouveau romantisme et le mysticisme de la nature. Ses observations vives et sensibles de la nature au cours de ses nombreux voyages[3] et son désir de théâtre et d'aventure se reflètent dans ses contes pour enfants[4].

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le [1].

Publications[modifier | modifier le code]

Himmelsvolk
  • Mein Austritt aus der Baseler Missions-Industrie und seine Gründe: Ein offener Brief an die Baseler Missions-Gemeinde in Württemberg und der Schweiz. E. W. Bonsels Verlag, München 1904
  • Ave vita morituri te salutant. E. W. Bonsels Verlag, München 1906
  • Mare. Die Jugend eines Mädchens. F. Fontane & Co., Berlin 1907
  • Kyrie eleison. E. W. Bonsels Verlag, München 1908
  • Blut. Janssen, Hamburg 1909
  • Don Juans Tod. Carl Friedr. Strauß, München 1910
  • Das Feuer. Carl Friedr. Strauß, München 1910
  • Der tiefste Traum. Schuster & Loeffler, Berlin 1911
  • Die Toten des ewigen Krieges. Schuster & Loeffler, Berlin 1911
  • Die Biene Maja und ihre Abenteuer (Maya l'Abeille). Schuster & Loeffler, Berlin 1912[5]
  • Das Anjekind. Schuster & Loeffler, Berlin 1913
  • Himmelsvolk (Peuple du ciel). Schuster & Loeffler, Berlin 1915
  • Indienfahrt (Voyage en Inde). Rütten & Loening, Frankfurt am Main 1916
  • Der Pfarrer von Norby. Schmidkunz, München 1916. Ab 1919 als Norby – Eine dramatische Dichtung bei Schuster & Loeffler neu aufgelegt
  • Menschenwege. Aus den Notizen eines Vagabunden. Rütten & Loening, Frankfurt am Main 1917
  • Don Juan. Schuster & Loeffler, Berlin 1919 (epische Dichtung, begonnen 1906; die letzten vier Gesänge erschienen 1910 bei Carl Friedrich Strauß in München als Don Juans Tod; die Arbeit wurde 1914 beendet). Erstauflage: 3000 Exemplare
  • Leben ich grüße dich. Otto Janke, Berlin 1921
  • Eros und die Evangelien. Aus den Notizen eines Vagabunden. Rütten & Loening, Frankfurt am Main 1921
  • Narren und Helden. Aus den Notizen eines Vagabunden. Rütten & Loening, Frankfurt am Main 1923
  • Der Wanderer zwischen Staub und Sternen. Deutsche Buch-Gemeinschaft, Berlin 1926
  • Mario und die Tiere. Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart 1928
  • Brasilianische Tage und Nächte. (mit Adolph von Dungern) Berlin 1931.
  • Tage der Kindheit. Ullstein, Berlin 1931
  • Der Reiter in der Wüste. Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart 1935
  • Marios Heimkehr. Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart 1937
  • Die Reise um das Herz. Cotta, Stuttgart 1938
  • Begegnungen. West-Ost, Berlin 1940
  • als Herausgeber: Der Hüter der Schwelle. Die Welt des Novalis, 1941
  • Dositos. Ein mythischer Bericht aus der Zeitenwende. Münchner Buchverlag, München 1943
  • Mortimer. Der Getriebene der dunklen Pflicht. Kissner, Hamburg 1946
  • Runen und Wahrzeichen. Abendland, Wuppertal 1947
  • Die Herrschaft des Tieres. Gustav Spielberg Chronos Verlag, Berlin 1949
  • Gesamtausgabe. Deutsche Verlagsanstalt 1992, (ISBN 3-421-06482-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Waldemar Bonsels », sur allocine.fr (consulté le 7 juillet 2019).
  2. a b c d e f g h i j k et l Elschenbroich 1955.
  3. Aurélie Choné, « Le message de l’animal dans Indienfahrt de Waldemar Bonsels », Recherches germaniques, no HS 10,‎ , p. 129–148 (ISSN 0399-1989 et 2649-860X, DOI 10.4000/rg.876, lire en ligne, consulté le 19 novembre 2019)
  4. (en) « Bonsels, Waldemar », dans The Oxford Companion to Fairy Tales, Oxford University Press (ISBN 9780191769504, lire en ligne)
  5. Volltext im Projekt Gutenberg

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Fritz Adler: Waldemar Bonsels. Sein Weltbild und seine Gestalten. Rütten & Loening, Frankfurt am Main 1925.
  • Günther Becker: Bonzel – Geschichte des Dorfes Bonzel (Stadt Lennestadt) und des Geschlechtes von Bonslede. Lennestadt 1979, (de) « Publications de et sur Waldemar Bonsels », dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale allemande (DNB)..
  • (de) Adalbert Elschenbroich, « Bonsels, Waldemar », dans Neue Deutsche Biographie, vol. 2, (lire en ligne), p. 449-450. 
  • Lini Hübsch-Pfleger: Waldemar Bonsels. Eine biographische Studie. In: Waldemar Bonsels. Gesamtwerk, herausgegeben von Rose-Marie Bonsels. Stuttgart 1992, Band 1, S. 11–65.
  • Lini Hübsch-Pfleger: Briefe und Dokumente zur „Indienfahrt“. In: Indien als Faszination: Stimmen zur „Indienfahrt“ von Waldemar Bonsels. Ambacher Schriften Nr. 6, herausgegeben von Rose-Marie Bonsels. Wiesbaden 1990, (ISBN 3-447-03125-5), S. 94–119.
  • Karl Rheinfurth: Waldemar Bonsels. Eine Studie. Schuster & Löffler, Berlin 1919.
  • Karl Rheinfurth: Der neue Mythus. Waldemar Bonsels und sein Werk. Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart 1930.
  • Jürgen Schwalm: Eine Reise um das Herz. Der Schriftsteller Waldemar Bonsels (1880–1952). Verlag Literarische Tradition, (ISBN 3-86672-026-2).
  • Volker Weidermann: Das Buch der verbrannten Bücher. Kiepenheuer & Witsch, Köln 2008, (ISBN 978-3-462-03962-7), S. 87f.
  • Sven Hanuschek (Hrsg.): Waldemar Bonsels. Karrierestrategien eines Erfolgsschriftstellers. Harrassowitz, Wiesbaden 2012, (ISBN 978-3-447-06571-9).
  • Bernhard Viel: Der Honigsammler. Matthes & Seitz, Berlin 2015, (ISBN 978-3-95757-148-9)
  • Harald Weiß: Der Flug der Biene Maja durch die Welt der Medien. Buch Film, Hörspiel und Zeichentrickserie. Harrassowitz, Wiesbaden 2012, (ISBN 978-3-447-06572-6).
  • Harald Weiß: Waldemar Bonsels’ literarischer Beitrag zum Ersten Weltkrieg. In: Claudia Glunz / Thomas F. Schneider (Hrsg.): Literarische Verarbeitungen des Krieges vom 17. bis zum 20. Jahrhundert (= Krieg und Literatur, Jahrbuch XVI, 2010), V&R unipress, Göttingen 2010, (ISBN 978-389971-637-5), S. 47–60.

Liens externes[modifier | modifier le code]