Wakan rōeishū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wakan rōeishū
Chronologie
Poèmes du Wakan rōeishū par Fujiwara no Kintō.

Le Wakan rōeishū (和漢朗詠集?, Collection de poèmes chinois et japonais à chanter) est une anthologie de poèmes chinois (japonais : kanshi, 漢詩) et de poèmes waka à 31 syllabes (japonais : tanka, 短歌) à chanter sur des mélodies données, mélodies disparues de nos jours[1]. L'anthologie a été compilée par Fujiwara no Kintō vers 1013.

Ce texte contient 588 poèmes chinois écrits par quelque trente poètes chinois dont Bai Juyi (Po Chü-i ; 772-846), Yuan Zhen (Yüan Shen ; 779-831) et Xu Hun (en) (Hsü Hun ; fl[Quoi ?] vers 850) avec quelque cinquante poètes japonais versés en poésie chinoise tels que Sugawara no Michizane, Minamoto no Shitagau (911-983), Ōe no Asatsuna (886-957), Ki no Haseo (845-912) et autres. Les 216 poèmes wakas de la collection sont de la plume de quatre-vingt poètes réputés tels que Kakinomoto no Hitomaro, Ki no Tsurayuki, Ōshikōshi no Mitsune avec d'autres illustres noms.

Le Wakan rōeishū est divisé en deux livres : le premier recueille des « Poèmes de saison » tandis que le second contient des « Miscellanées ». Les poèmes sont classés en sous catégories autour d'un même sujet (dai, 題) ; un kanshi alterne avec un waka sur le même thème. Le livre Uncovering Heian Japan: An archaeology of sensation and inscription[2] propose une discussion théorique en profondeur sur le texte (cf. l'index).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Thomas Rimer et al., Japanese and Chinese Poems to Sing: The Wakan rōei shū, New York, Columbia University Press, (ISBN 9780231107020).
  2. Thomas LaMarre, Uncovering Heian Japan: An archaeology of sensation and inscription, Durham, NC, Duke University Press, (ISBN 9780822325185).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]