Waichi Tsutaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Waichi Tsutaka
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Waichi Tsutaka est un peintre abstrait, japonais du XXe siècle, né en 1911 à Nishinomiya (ville de la préfecture de Hyōgo au Japon) et mort en 1995[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études au Centre d'Art occidental Nakanoshima d'Osaka de 1942 à 1944. Puis il voyage à l'étranger, tout d'abord au Canada, aux États-Unis, en Amérique centrale et Amérique du Sud en 1959-1960, puis en Italie, Suisse France et Angleterre en 1962-1963.
Depuis 1947, il participe à de nombreuses expositions collectives :

en 1956, Six Artistes Japonais Contemporains à l'Institut Smithsonian de Washington.
en 1957 et 1959, à la Biennale de São Paulo.
en 1960, Exposition Internationale du prix Guggenheim à New York, où il reçoit le prix.
en 1961, Peintures japonaises contemporaines à l'Académie des arts de Berlin.
en 1963, Art Abstrait du Japon Contemporain au Musée d'art moderne de Tokyo.
en 1962-1963, 1973, 1981 et 1982, Musée d'art moderne de Tokyo.
en 1970, Trois Pionniers de la peinture abstraite dans le Japon du XXe siècle exposition itinérante aux États-Unis avec Okada Kenzo et Toko Shinoda.
en 1983, Foire d'Art contemporain d'Osaka; etc.

Depuis 1950, il montre ses œuvres dans des expositions personnelles à Osaka, Tokyo, Hamamatsu, Hiroshima, Kōbe, São Paulo et autres villes étrangères.

en 1962, il écrit : « Dans mon travail j'utilise exclusivement la brosse. Elle me permet d'exprimer mon intensité et le poids de mes sentiments. Je ne fais jamais de croquis sur la toile. je fais face à ma toile blanche et je laisse ma brosse me guider pour la pénétrer. Il me devient impossible de peindre si j'ai la moindre idée préconçue. Lorsque l'esprit et le corps sont en harmonie, on peut commencer à peindre parce qu'on est incapable de les dissocier. C'est pour moi le point de non-retour, et le peintre peut à ce moment réaliser une vraie création ».

Il reçoit commande pour la décoration murale de plusieurs édifices tels que le Centre de Santé Nishinimiya de Hyogo en 1955, le théâtre Kansai de Kōbe en 1956, le Kobe Branch Building et la Compagnie d'Électicité de Kansai en 1964 et il dessine un relief mural pour l'Institut d'Études Supérieures Shiobara à Kōbe[2].

Musées[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont conservées dans différents musées :

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 13, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030230), p. 839.

Notes et références[modifier | modifier le code]