Wąbrzeźno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wąbrzeźno
(Briesen)
Blason de Wąbrzeźno
Héraldique
Drapeau de Wąbrzeźno
Drapeau
Wąbrzeźno
L'église de Wabrzezno, classée monument historique
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Couïavie-Poméranie
District Powiat de Wąbrzeźno
Maire
Mandat
Leszek Kawski
2010-2015
Code postal 87200
Indicatif téléphonique international +(56)
Indicatif téléphonique local 95
Immatriculation CWA
Démographie
Population 13 830 hab. (2007)
Densité 1 621 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 17′ 20″ nord, 18° 57′ 00″ est
Altitude 99 m
Superficie 853 ha = 8,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Wąbrzeźno

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Wąbrzeźno
Liens
Site web http://www.wabrzezno.com

Wąbrzeźno [vɔmˈbʒɛʑnɔ] (en allemand Briesen) est une ville polonaise d'environ 13 800 habitants. Elle se trouve à 40 km au nord-est de Toruń et est chef-lieu du Powiat de Wąbrzeźno dans la voïvodie de Couïavie-Poméranie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques ont montré que la colonisation slave de la région remonte au VIIIe siècle, avec notamment les vestiges d'un campement protégé d'une palissade et quelques maisons isolées trouvés sur la bande de terre séparant le lac de Friedeck et le lac du château (Schlosssee), desservis par un chemin. Ce campement fut plus tard appelé Wambrez, ce qui en vieux-slave signifie à peu près « entre les bouleaux[1]. »

Au Xe siècle, la Cujavie, pays auquel était rattachée la colonie slave de Wambrez, fut conquise par le duc Mieszko Ier et devint ainsi un fief polonais. Au début du XIIIe siècle, des tribus baltes s’abattirent sur la Cujavie et pillèrent les villages. Comme le duc de Pologne Conrad Ier de Mazovie ne pouvait seul contenir cette invasion, les Borussiens envahissant simultanément plusieurs régions, il appela à la rescousse les Chevaliers teutoniques. En contrepartie, l'Ordre teutonique obtint la cession en 1231 de la Cujavie, région qui lui servit de base arrière pour combattre et finalement subjuguer toute la Prusse. Un diplôme du 28 juillet 1243 signé du légat Guillaume de Modène stipule que deux tiers des régions reconquises par les chevaliers leur reviendront en propre, le tiers restant étant désormais administré par les évêques de Cujavie. Au terme de ce décret, le pape Innocent IV exigea par un décret du 19 avril 1246 que les évêques de Cujavie deviennent, entre autres terres, les seigneurs temporels de Wambrez : il s'agit là de la première mention écrite de cette ville[2].

L’église Saint-Simon et Juda de Wambresin fut érigée en 1251, et simultanément la ville de Friedeck (le nom donné à l'endroit par l’ordre Teutonique) était fondée.

Au début du XIVe siècle, on reconstruisit l'église en pierre et l'évêque de Cujavie Herman von Prizna fit ceindre la ville de remparts, avec un donjon au nord-ouest de. Au cours de la guerre de Treize ans (1454–1466) qui mit aux prises les Polonais et les chevaliers teutoniques, la ville, son château et les villages alentour furent détruits. Le château, reconstruit, sera jusqu'en 1773 la résidence des évêques de Cujavie.

Par le traité de Thorn (1466) la ville, en tant que territoire du Royaume de Prusse, fut annexée à la Pologne-Lituanie. En 1655, elle fut ravagée par l'armée suédoise lors de la Première guerre du Nord. En 1700, un incendie dévastateur détruisit la ville en grande partie.

Lors du Premier partage de la Pologne en 1772, la ville échut au Royaume de Prusse, fut entre 1807 et 1815 sous domination du Grand-duché de Varsovie avant de redevenir prussienne. En 1788, on la rebaptisa Briesen, puis on y ajouta l'épithète de Prusse-Occidentale. Un nouvel incendie, en 1792, amena les habitants à démanteler le château pour récupérer les pierres et reconstruire les quartiers.

Les habitants de Briesen vivaient largement de la menuiserie et de leur brasserie. Vers le milieu du XIXe siècle la Révolution industrielle toucha Briesen à son tour, privilégiée par sa situation de carrefour, accentuée depuis 1848 par la construction d'une chaussée pavée et l'arrivée du chemin de fer. La Kreisbahn Briesen réalisa le raccordement à la ligne ferroviaire ToruńTcherniakhovsk. En 1900 il y avait ainsi à Briesen déjà plusieurs cimenteries, des usines de céramique, de construction mécanique et de construction automobile. À cela s'ajoutait une brasserie moderne, une laiterie, des moulins à farine et plusieurs briqueteries. Depuis 1887, Briesen était chef-lieu de l’Arrondissement de Briesen-en-Prusse-Occidentale.

Le 20 janvier 1920, la ville fut tout naturellement rattachée au nouvel État polonais. Briesen prit le nom de Wąbrzeźno et devint siège d'un « powiat. »

Entre 1939 et 1945, elle fut annexée au Troisième Reich. Dans le cadre de la politique nazie de germanisation, 3 500 Polonais de l’Arrondissement de Briesen furent déportés dans le camp de concentration de Potulice et 300 dans le camp de Toruń. On repeupla la ville avec des prétendus « Germains » de Galicie et de Bessarabie.

Le 24 janvier 1945, la 65e Armée de l’Armée rouge, sous le commandement du général Pavel Batov, défilait dans les rues de la ville. Il n'y eut de la part des Allemands que peu de résistance, si bien que la ville demeura presque intacte. Les 121 soldats de l'armée Rouge tombés lors des combats pour reprendre l'arrondissement, sont inhumés dans le cimetière militaire de Wąbrzeźno.

Rattachée dès 1945 à la République de Pologne, Wąbrzeźno perdit en 1975 le statut de chef-lieu d'arrondissement, pour finalement le retrouver en 1999.

Industrie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1772 : 502 habitants
  • 1943 : 10 051
  • 1988 : 12 396
  • 1998 : 14 283
  • 2003 : 14 523
  • 2007 : 13 830[3]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Gmina[modifier | modifier le code]

La commune rurale de Wąbrzeźno, à laquelle la ville elle-même n'est pas rattachée, possède une superficie de 200,78 km2 sur laquelle vivent 8529 habitants (2010). Elle comprend les communes suivantes :

Nom polonais Nom allemand (pour l'Entre-deux-guerres)
Cymbark Cymberg (1942-45 Segensberg)
Czystochleb Czystochleb (1905-45 Schönbrod)
Frydrychowo Friedrichsdorf
Jarantowice Arnoldsdorf (bis 1874 Jerrentowitz)
Jarantowiczki Klein Arnoldsdorf
Jaworze Jaworke-Josephsdorf (1900-45 Mittwalde)
Katarzynki Katarzinken (1907-45 Katrinchen)
Łabędź Labenz (1942-45 Labens)
Ludowice Ludowitz
Małe Radowiska Klein Radowisk (1904-45 Rehfelde)
Michałki Michalken (1942-45 Micheln)
Myśliwiec Mischlewitz (1942-45 Michelsfeld)
Nielub Nielub (1942-45 Nielshuben)
Orzechówko Orzechowko (1901-45 Nußdorf)
Orzechowo Groß Orsichau (1942-45 Nußfeld)
Plebanka Plebanka
Pływaczewo Plywaczewo (1942-45 Plüschau)
Przydwórz Schönfließ
Rozgard Königlich Roßgarth
Ryńsk Rynsk (1902-45 Rheinsberg)
Sitno Sitno (1942-45 Sitten)
Stanisławki Stanislawken (1903-45 Bergwalde)
Trzcianek Trzianek (1866-1945 Landen)
Trzciano Trzianno (1942-45 Tanden)
Wałycz Groß Wallitsch (1942-45 Wallisch)
Wałyczyk Klein Wallitsch (1942-45 Kleinwallisch)
Węgorzyn Wengorzyn (1868-1945 Wangerin)
Wronie Wronie (1866-1945 Fronau)
Zieleń Zielen (1942-45 Zelen)

Jumelage[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, il y a une convention de jumelage avec la ville allemande de Syke dans l'Arrondissement de Diepholz en Basse-Saxe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Historia Wąbrzeźna, vol. 1, Office du tourisme de Wąbrzeźno, (ISBN 83-87605-85-9), p. 66.
  2. D'après Historia Wąbrzeźna, vol. 1, Office du tourisme de Wąbrzeźno, (ISBN 83-87605-85-9), p. 77 et suiv.
  3. Główny Urząd Statystyczny, „LUDNOŚĆ - STAN I STRUKTURA W PRZEKROJU TERYTORIALNYM“, Stand vom 30. Juni 2007 « Copie archivée » (version du 16 février 2008 sur l'Internet Archive)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]