Vukovar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vukovar
Blason de Vukovar
Héraldique
Drapeau de Vukovar
Drapeau
Rue principale de Vukovar
Rue principale de Vukovar
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Vukovar-Syrmie
Maire Željko Sabo (SDP)
Code postal 32000
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 32
Démographie
Population 30 126 hab. (2001)
Population municipalité 31 670 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 45° 21′ N 19° 00′ E / 45.35, 1945° 21′ Nord 19° 00′ Est / 45.35, 19  
Altitude 108 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Vukovar

Géolocalisation sur la carte : Croatie (administrative)

Voir la carte administrative de Croatie
City locator 14.svg
Vukovar

Géolocalisation sur la carte : Croatie (relief)

Voir la carte topographique de Croatie
City locator 14.svg
Vukovar
Liens
Site web http://www.vukovar.hr

Vukovar est une ville et une municipalité située à la confluence du Danube et de la Vuka en Croatie. Elle est le chef-lieu du Comitat de Vukovar-Syrmie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 31 670 habitants, dont 57,46 % de Croates et 32,88 % de Serbes[1] et la ville seule comptait 30 126 habitants[2].

Elle est située à 20 kilomètres à l'est de Vinkovci et à 36 kilomètres au sud-ouest d'Osijek.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine dans la région de Vukovar est l’une des plus anciennes connue dans la plaine de Pannonie. Le symbole de la ville est d’ailleurs une colombe provenant d’un vase en céramique de l’âge du bronze (2000 av. J.-C.), découvert à Vučedol. Suite à l’arrivée des Croates au VIIe siècle, la ville se développe à partir de la forteresse médiévale de Vukovo. Elle obtient ses premiers privilèges en 1231 et deviendra, après l’occupation turque, la propriété des comtes d’Eltz au début du XVIIe siècle. Ce sont ces mêmes comtes qui lui donneront son cachet baroque.

Durant la guerre en ex-Yougoslavie, la ville est très fortement touchée par le siège de l'armée serbe qui dure trois mois, détruisant la majorité des bâtiments de la ville. Plus de 460 personnes sont raflées à l'hôpital de la ville et sont exécutées, après la chute de la ville aux mains des Serbes le 18 novembre 1991[3].

Le siège de Vukovar a symbolisé le « suicide d'une nation », la Yougoslavie. Avant la guerre, c'était une ville pluriculturelle où vivaient Croates, Serbes, mais aussi Hongrois, Ruthènes, Allemands, sans oublier ceux qui se déclaraient « Yougoslaves » ou refusaient de décliner une identité nationale particulière.

En novembre 2010, le président de la République de Serbie Boris Tadić se rend à Vukovar et présente les excuses de la Serbie pour les violences commises. Il déclare « Exprimant mes regrets, je souhaite créer pour la Serbie et la Croatie la possibilité de tourner une nouvelle page de l'histoire pour que nos enfants ne portent pas ce fardeau du passé. » Le président de la République de Croatie Ivo Josipović affirme souhaiter « que cet événement soit un encouragement pour élucider le destin des personnes portées disparues »[3].

En 2011, la reconstruction de la ville est presque achevée. Le port accueille à nouveau des bateaux de croisière. Les touristes visitent le centre, photographiant les dernières traces visibles de la guerre, des pans de murs encore criblés d'impacts de balles. Le ferry qui reliait les rives du Danube ne fonctionne plus depuis 1991. Il n'a été remis en service qu'une fois, en novembre 2010, quand le président serbe Boris Tadic est venu présenter les excuses officielles de son pays pour les crimes commis voici vingt ans.

Vukovar au cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Harrison's Flowers d'Élie Chouraqui met en scène des photographes et une femme à la recherche de son mari, censé se trouver dans un hôpital de Vukovar alors que fait rage la guerre en ex-Yougoslavie.

Localités[modifier | modifier le code]

La municipalité de Vukovar compte 4 localités :

Anecdote[modifier | modifier le code]

C'est au sujet de Vukovar que l'architecte serbe Bogdan Bogdanović, ancien maire de Belgrade, a créé le néologisme d'« urbicide ». Ce meurtre d'une ville qui ne consiste pas seulement à tuer les habitants, mais surtout à détruire l'esprit d'une cité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement de 2001 : (en) « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  2. (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  3. a et b « Massacre de Vukovar : la Serbie présente ses excuses », Le Figaro, 4 novembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]