Vostok 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vostok.
Affiche officielle de l'exercice militaire Vostok 2018 communiquée par le ministère de la Défense russe.
Un hélicoptère russe Mil Mi-8.
Chars de Type 96 chinois.

Vostok 2018 (russe : Восток 2018) est un exercice militaire russe de grande envergure qui se déroule du 11 au dans toute la Sibérie et dans l'Extrême-Orient russe[1]. L'exercice implique des unités de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la marine. La Chine, la Mongolie et la Turquie, membre de l’OTAN, ont également été conviés[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Fin août 2018, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré que l'exercice était le plus important en Russie depuis "Zapad-81", organisé par l'Union soviétique en 1981. Lors de cet entrainement sans commune mesure, plus de 300 000 personnes, plus d'un millier d'avions, d’hélicoptères et de drones, environ 36 000 blindés, véhicules d’infanteries et de transports de troupes, 1 000 avions et jusqu’à 80 navires y furent impliqués[4].

L'Adjoint au Ministre de la Défense, le Colonel-Général Alexander Fomin (en) a déclaré que 91 observateurs de 57 pays ont assisté aux exercices[5].

La Chine et la Mongolie participent également aux exercices ; un contingent chinois de l'Armée populaire de libération composé de 3.500 hommes est arrivé en Russie avec du matériel et des armements (dont 900 équipements terrestres et 30 avions). Pékin a indiqué que ses troupes participeraient au champ d’entraînement des Tsugol dans la région du Transbaïkalie. L’engagement chinois avait un double objectif. D'abord celui d’améliorer et d'afficher les relations militaires sino-russes montrant ainsi que ni la Chine, ni la Russie ne sont pas militairement isolées. Ensuite les Chinois ont pu tester et éventuellement passer de nouvelles commandes de matériels russes[4]. Selon certaines informations, les forces armées russes et l'Armée populaire de libération partageront des informations sur les leçons à tirer de la guerre civile syrienne. L'état-major a noté que tous les États belligérants dans le cadre des manœuvres étaient conditionnels, que les exercices correspondent à la Doctrine militaire russe et visent à améliorer le niveau de compétence terrestre, naval et aérien des effectifs. L'objectif principal consiste à entraîner les troupes à mener des opérations sur l'axe oriental et dans les régions maritimes et océaniques cruciales[6].

Le président de la Russie Vladimir Poutine doit se rendre sur place après avoir assisté au Forum économique oriental à Vladivostok[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.lemonde.fr/international/video/2018/09/13/vostok-2018-la-russie-s-entraine-a-faire-la-guerre_5354587_3210.html
  2. « Turkey mulling Russian invite to join Vostok 2018 military exercises -Turkish DM »
  3. « Turkey considering Russian invitation for Vostok 2018 military exercise - Turkish Minute », Turkish Minute,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Chine : la modernisation militaire comme affirmation de sa puissance économique et commerciale ? », (consulté le 18 octobre)
  5. Mohammad Ali, « Russias Vostok-2018 Military Drills Not Anti-NATO - Deputy Defense Minister - UrduPoint », UrduPoint,‎ (lire en ligne)
  6. La Russie entame ses plus grandes manœuvres militaires depuis l'époque soviétique - fr.sputniknews.com.
  7. (ru) « Putin to visit Vostok-2018 military drills after economic forum in Vladivostok », TASS,‎ (lire en ligne)