Voncq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voncq
L'eglise de Voncq
L'eglise de Voncq
Blason de Voncq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Marie-France Kubiak
2014-2020
Code postal 08400
Code commune 08489
Démographie
Gentilé Voncquois
Population
municipale
220 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 17″ nord, 4° 39′ 56″ est
Altitude Min. 82 m – Max. 194 m
Superficie 19,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voncq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voncq

Voncq est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Voncq domine la rive droite de l'Aisne et le canal de Vouziers (embranchement menant de Vouziers au canal des Ardennes), comme Bourcq, plus en amont sur la rive gauche.

L'éperon de Voncq permet donc de disposer d'un panorama sur cette vallée de l'Aisne et sur les Ardennes champenoises.

Voncq fut longtemps une terre de vignes, avec en particulier le vin des Gaizettes. L'existence de ces vignes est certifiée dès le XIVe siècle[1]. Le vignoble de la vallée de l'Aisne est attaqué par la pyrale en 1840, puis par le phylloxéra dans les années 1890. En 1870, la commune compte encore quatre-vingt-treize hectares de vigne, et une vingtaine avant la guerre 1914-1918. Les destructions durant cette guerre et la concurrence des vignobles méridionaux, plus alcoolisés, plus réguliers et plus abondants, ont raison de cette culture. Un chemin des Gaisettes subsiste.

Le bourg situé de l'autre côté de la rivière est le village de Roche, village natal de Vitalie Rimbaud, la mère d'Arthur Rimbaud. Les Rimbaud y ont souvent séjourné, dans une propriété héritée de la famille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Vungus à l'époque romaine, le nom du bourg devient Vongum ou Vuncum aux XIe siècle et XIIe siècle, avec des variantes Wucum ou Wuechum[1]. Puis Vonc, Von, Vonq et Vong. Dans les dernières années du XVIIIe siècle, c'est l'orthographe Voncq qui s'impose.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'éperon de Voncq a retenu de tout temps l'attention des habitants de la vallée de l'Aisne. C'est ainsi que des outils néolithiques ont été trouvés sur place[1].

La succession de monnaies romaines trouvées en ce lieu montrent que les Romains, lorsqu'ils étaient maîtres de la Gaule, y ont habité sans discontinuité. Le village était sur la voie romaine menant de Reims à Carignan, à mi-chemin de ces deux villes.

À l'époque mérovingienne, la localité conserve une prédominance sur le pagus qui l'entoure[2]. Au IXe siècle, c'est à la fois une place forte, une agglomération organisée (municipium Vongum d'après Flodoard[2]) et un centre religieux avec un baptistère et deux églises[1]. Il y a un comté de Voncq à la fin du règne de Charles II le Chauve. Cette prédominance s'estompe ensuite au profit de Rethel et Vouziers.

Après être passé de familles en familles, la plus grosse part de Voncq devient la propriété d'une branche des Pouilly au XVIe siècle. Ces Pouilly sont de religion réformée. En 1660, Gabrielle de Pouilly épouse Daniel de Sahuguet qui devient ainsi seigneur de Voncq. Daniel de Sahuguet commande les fortifications le long de la Meuse et est lieutenant au gouvernement de Sedan. Le domaine est acquis ensuite par Eugène de Béthisy aux Sahuguet.

La Révolution de 1789 fait de Voncq un chef-lieu de district, mais le canton disparaîtra à la réforme de 1800. Le fait marquant de la période révolutionnaire est l'incendie du village par les émigrés après la bataille de Valmy. Les habitants auraient refusé de remettre foin et avoine. Dix-sept villageois sont emmenés comme otages, attachés à la queue des chevaux. Les frères Robert (l'un est maire du village, l'autre député), dont les maisons ont également brulées, défendent les intérêts du village auprès de la Convention nationale et obtiennent des aides.

La catastrophe de 1792 se reproduit en 1870. À la suite de quelques tirs de soldats français attardés sur les troupes prussiennes[1], un major allemand au nom français, le major Massonneau, marche sur Voncq, fait mettre pied à terre à ses hussards et, sans grande gloire, s'empare du village qui est incendié. Quelques dizaines de prisonniers sont faits : quelques soldats, mais surtout des habitants, dont des vétérans[3].

En 1940 à la suite de la percée de Sedan, après les combats de Stonne, une ligne de résistance se met en place le long de l'Aisne. Le territoire de Voncq est le lieu d'une contre-attaque de chars français le 9 et 10 juin[4]. Mais le repli s'impose.

Le "Panorama de Voncq"

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1875 après 1876 Paternotte[5]    
mars 2001 mars 2008 Jean Cordier    
mars 2008 mars 2014 Jean-Pierre Toufflin[6]    
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Marie-France Kubiak DVD Employée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 220 habitants, en diminution de -2,65 % par rapport à 2009 (Ardennes : -1,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 002 1 065 1 140 1 152 1 100 1 134 1 091 1 072 1 052
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
937 818 798 774 787 712 726 694 630
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
560 459 450 428 412 324 395 377 334
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 - -
296 245 223 238 224 227 220 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène de Béthisy : général, marquis de Mézières, il avait acquis la part la plus significative de la seigneurie de Voncq.
  • Léon Robert : député de la deuxième République puis de la troisième République, petit-fils du maire de Voncq en 1792 et petit-neveu d'un député de la Convention nationale.
  • Arthur Rimbaud : poète, il emprunta à de multiples reprises la gare de Voncq, pour partir ou revenir au village de Roche, de l'autre côté de l'Aisne. Il y passa notamment quelques heures, le 24 juillet 1891, arrivant de Marseille, amputé d'une jambe, quelques mois avant sa mort, attendant sa sœur pour se faire conduire à la ferme familiale.Il en repartit le 23 août pour son ultime voyage, pour l'hôpital de Marseille.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Voncq

Les armes de Voncq se blasonnent ainsi : de gueules aux cinq annelets d’or ordonnés en sautoir[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, tome X, p. 3-27, Éditions Terres Ardennaises, 2007, (ISBN 2-905-339-75-6)
  2. a et b Auguste Longnon - Étude sur les pagi de la Gaule - 1869 - chapitre VII Le pays de Voncq - pp.100-110
  3. Oscar von Lettow-Vorbeck, officier prussien et historien spécialiste de l'histoire militaire, Kriegsgeschichtliche beispiele, R. v. Decker, 1899
  4. Le 4 e bataillon de chars de combat à Voncq
  5. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p213.
  6. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Église Notre-Dame », notice no PA00078544, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Banque du Blason