Voltuan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Voltuan
Manifestation contre la loi Travail 9 avril 2016 05.JPG
Voltuan lors d'une manifestation contre le projet de loi travail en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Le MansVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean-Baptiste ReddéVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
VoltuanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Baptiste Reddé, dit Voltuan, est un militant français né le au Mans.

Il est connu pour ses pancartes brandies lors de diverses manifestations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un professeur d'anglais, Jean-Baptiste Reddé grandit[1] au Mans. Après l'école normale d'instituteurs d'Angers, il devient instituteur remplaçant[1].

En parallèle, il participe, à partir de 1995, à de nombreuses manifestations en France et à l'étranger, et prend, en 2001, le nom de Voltuan. Il est alors connu de Libération pour ses diverses annonces et a convoqué des manifestations au nom du « Collectif lycéen étudiant enseignant pour de réelles démocraties » qu'il a créé[1].

Il obtient une notoriété en 2010, lorsqu'une photo le représentant portant une pancarte « Écoutez la colère du peuple » est reproduite dans des journaux français et étrangers[1].

Il devient alors de plus en plus reconnu pour ses pancartes dans différentes capitales européennes[2]. Il y est souvent photographié ou interrogé[3].

Il explique vouloir défendre trois causes principales : la justice sociale, l'environnement et les droits de l'homme pour une culture de la Paix[4].

Ses pancartes sont reconnaissables car composées de slogans écrits en lettres capitales où chaque mot est d'une des quatre couleurs de sa palette (noir, rouge, bleu foncé et vert foncé).

« [Il explique qu']il faut un minimum de mots, les mots justes, les couleurs qui vont avec et que le tout rentre dans le thème de la mobilisation[5]. »

En 2015, après avoir vécu d'un héritage, il est criblé de dettes[6],[1] et lance une collecte en ligne pour « échapper à ses créanciers »[7]. Depuis, il a pu faire valider sa retraite partielle d'instituteur ce qui lui permet de financer ses déplacements pour se rendre en manifestation et de vivre « chichement » dans un pied-à-terre en Bourgogne[8].

Dès le , il soutient le mouvement des Gilets jaunes, et défile fréquemment dans les cortèges des manifestations qui ont lieu tous les samedis, dans plusieurs villes de France.[9],[10]. Sa pancarte « Macron dégage », montrée lors d'une manifestation le place de l'Opéra à Paris, fera l'objet d'une controverse médiatique, à la suite de l'effacement du mot « dégage » sur une photo diffusée par le journal télévisé de France 3[11].

Se réclamant de gauche, anarchiste, végétarien, croyant et anticlérical, il participe à un maximum de manifestations françaises défendant la justice sociale, le respect à l’environnement, des êtres humains et des animaux[12]. Il s'est également impliqué dans le mouvement des indignés à Madrid puis ceux de Bruxelles et Londres ainsi qu'à Athènes[12].

Critiques[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Reddé est parfois critiqué pour sa confiscation de la parole. Il défend toutes les causes « quitte à confisquer la parole et l'image, et à défendre n'importe quoi », estime Frantz Durupt de Libération[13]. Le collectif Les Effrontées répond à l'article en expliquant : « Nous on l'a toujours vu aux manifs féministes même les moins médiatisées, et on le remercie »[14]. Lors d'une interview menée par Le Parisien TV, des militants expriment devant la caméra combien ils tiennent à sa présence lors de manifestations afin d'aider à médiatiser les causes qu'ils défendent[15].

À chercher à transformer les revendications sociales en art, il lui est reproché de défendre tout et n'importe quoi, par exemple les buralistes lorsqu'ils s'opposent aux paquets de cigarettes neutre[16], en dépit de son engagement écologique. Il s'explique sur ses choix au micro de BFM TV le , invoquant pour ce cas la recherche « du bon mot », et rappelant sa motivation pour la justice sociale, le respect environnemental et la paix dans le monde[17].

Il a participé à la manifestation « Black Lives Matter - Paris to Ferguson » au Trocadéro le samedi [18]. Lors de la marche de la Dignité le , il arbore une pancarte portant le slogan « All Lives Matter », dont certains manifestants ont jugé qu'elle minimisait « la situation des noirs dans le monde et particulièrement aux États-Unis »[19].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sous son nom[modifier | modifier le code]

  • En doux bosquets d'amour pur, Paris, Saint-Germain-des-Prés, coll. « À l'écoute des sources », , 45 p. (ISBN 2-243-03192-2, BNF 35043665)
  • Elle chevauche à jamais les gouffres de l'oubli, Paris, Saint-Germain-des-Prés, coll. « À l'écoute des sources », , 53 p. (ISBN 2-243-03420-4, BNF 35593278)
  • Sources à flanc d'abîme : Sarah ou l'origine, Paris, Saint-Germain-des-Prés, , 53 p. (ISBN 2-243-03512-X, BNF 35807018)

Comme « Voltuan »[modifier | modifier le code]

  • Manifeste du mouvement poétique OSAIS : opposants aux systèmes d'abrutissement et d'infantilisation sociaux : prose et poésie, Paris, librairie-galerie Racine, coll. « Saint-Germain-des-Prés », , 56 p. (ISBN 2-243-03711-4, BNF 37003516)
  • Héloïse et Abélard : poésie lyrique du IIIe millénaire, Paris, librairie-galerie Racine, coll. « Saint-Germain-des-Prés », , 73 p. (ISBN 2-243-03773-4, BNF 37710909)
  • Laëtitia (Aliza) Reinhart : mystère poétique de l'amour, Paris, librairie-galerie Racine, coll. « Saint-Germain-des-Prés », (réimpr. 2006), 84 p. (ISBN 2-243-04251-7, BNF 40186933)
  • Virginia Woolf : célébration poétique, Paris, librairie-galerie Racine, coll. « Saint-Germain-des-Prés », , 147 p. (ISBN 2-243-04434-X, BNF 42159711)
  • Sylvia Plath : célébration poétique : zikaron charuzim, Paris, librairie-galerie Racine, coll. « Saint-Germain-des-Prés », , 177 p. (ISBN 2-243-04497-8, SUDOC 800838434)
  • Amour à vif : love on the edge : anthologie poétique, Paris, librairie-galerie Racine, , 193 p. (ISBN 2-243-04537-0, SUDOC 835341092)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Voltuan. M. 100 000 révoltes, Libération, 4 janvier 2011.
  2. « Voltuan, l'homme à la pancarte et aux mille manifs », Le Parisien, 25 septembre 2015.
  3. Y compris par la presse internationale, comme en témoigne cet article d'El Pais publié en mai 2013.
  4. pia de quatrebarbes, « Jean-Baptiste Reddé, pancartier de la bonne cause », l'Humanité,‎ (lire en ligne)
  5. « Voltuan, l'homme à la pancarte devenu icône des manifestations », BFMTV,‎ (lire en ligne)
  6. « Voltuan, poète aux pancartes cerné par les dettes », L'Humanité, 23 avril 2015.
  7. Cagnotte pour Voltuan sur Leetchi, consulté le 07 octobre 2015
  8. Jeanne Gerbault, « À 65 ans, manifester est son activité principale », sur M6info, (consulté le )
  9. Service Checknews, « Qui brandit les pancartes colorées visibles pendant les manifestations des gilets jaunes ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  10. « Jean-Baptiste Reddé, alias Voltuan, va manifester ce samedi à Toulouse avec les Gilets jaunes », sur ladepeche.fr (consulté le )
  11. « Gilets jaunes : L'auteur de la pancarte modifiée sur France 3 saisit le CSA », sur ozap.com (consulté le )
  12. a et b (es) Miguel Mora, « El poeta de la pancarta », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  13. « Voltuan, les pancartes qui cachent les manifs », sur liberation.fr, (consulté le )
  14. « Voltuan, l'homme à la pancarte et aux mille manifs »
  15. jean-baptiste Voltuan, « Interview de Voltuan par Le Parisien TV », (consulté le ).
  16. « Mobilisation des buralistes : « pour l’amour » », sur ladepeche.fr
  17. jean-baptiste Voltuan, « Interview de Voltuan par BFMTV », (consulté le )
  18. clarence makeitclear, « Black Lives Matter - Paris To Ferguson (Trocadéro) Samedi 6 décembre 2014 », (consulté le ).
  19. « Ce qu’on a vu et entendu à la «Marche de la Dignité» », sur buzzfeed.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]