Volon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Volon
Volon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Dampierre-sur-Salon
Intercommunalité Quatre Rivières
Maire
Mandat
Jérôme Favret
2014-2020
Code postal 70180
Code commune 70574
Démographie
Population
municipale
61 hab. (2016 en diminution de 7,58 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 27″ nord, 5° 43′ 41″ est
Altitude Min. 204 m
Max. 262 m
Superficie 5,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Volon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Volon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Volon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Volon

Volon est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Francourt Renaucourt Rose des vents
Roche-et-Raucourt N
O    Volon    E
S
Brotte-lès-Ray Lavoncourt

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1385, identification de la seigneurie de Volon du fief de Beatrix de Volon par Joffroy de St Rémy.

En 1391, Jean de Vergy indique le fief de Jean de Volon et le fief de Parcot, fils d'Aymonin de Volon dans la baronnie de Fouvent (les Vergy étant sires de Fouvent).

En 1450, le sous-fief de Volon est vendu à Nicolas de Saint Andoche et Jeanne de Savoisy dont la fille épousa Claude de Beaujeu. Volon fut légué à François de Beaujeu, seigneur de Chazeuil et de Jauge puis passa ensuite dans la famille de Grachaut.

En 1736, Jean François Joseph d'Emskerque vendit à Ferdinand Logre, conseiller maître à la cour des comptes de Dôle, la seigneurie de Volon relevant de la baronnie de Fouvent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Dampierre-sur-Salon[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire de ce canton s'est accru, passant de 29 à 50 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des quatre rivières, intercommunalité créée en 1996.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en 1891   François Richebourg[2]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Denise Colas[3]    
mars 2014[4] En cours
(au 7 juin 2016)
Jérôme Favret   Technicien logistique à PSA Peugeot Vesoul

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 61 habitants[Note 1], en diminution de 7,58 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
214201210190216215201191202
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
215206174159176150153130108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110106103929196111105106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
838363567370707070
2013 2016 - - - - - - -
6661-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XVIIIe siècle qui abrite un retable inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
  • Demeure aristocratique du XVIIIe siècle construite en 1771 pour un dénommé Jacques Drouhot, colonel de hussards, chevalier de l'ordre de Saint Louis, né le 12 juillet 1741 à Gray (Haute Saône)[8], sur les restes d'une maison forte du Moyen Âge, ancienne possession du monastère Saint-Servule de Morey. La particularité de la bâtisse réside dans la toiture dite à la Mansart.
  • Cénotaphe élevé à la mémoire d'un passager du Titanic. D'après les recherches de René Lejay, le passager du Titanic était un dénommé René Pernot né le 09 septembre 1872 à Brotte-les-Ray. Fils de François Pernot, charron forgeron et Célestine Royer, il était devenu le chauffeur du milliardaire américain Benjamin Guggenheim par le biais de Mme Aubard, parisienne fortunée. Il disparut durant le voyage inaugural le 14 avril 1912 laissant une femme et deux enfants domiciliés à Auteuil 4, impasse Boileau[9].
  • anciennes carrières ouvertes au lieu dit "Carrière des Oudelins": extraction de pierre de très bonne qualité de type calcaires coralliens (7ème groupe) étage géologique: 2ème étage jurassique, dit Kimmeridge-Clay des Anglais

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Michel Claude Richard (1787-1868), botaniste né à Volon
  • Jacques DROUHOT (12/07/1741 à Gray- 19/10/1820 à Volon) En 1779, il est fait capitaine dans les dragons de Nassau, puis dans les volontaires de la Marine. Il fait avec ce corps, la campagne de Jersey, en 1779 puis celle d'Amérique de 1780 à1783 dans l'armée de Rochambeau. Capitaine à Lauzun-hussards en 1785, il en devient lieutenant colonel en 1792. Nommé en 1793 colonel du 6ème Chasseurs à cheval, il est ensuite emprisonné sous la Terreur jusqu'à la mort de Robespierre. Il obtint sa retraite en 1796 et fut maire de Volon de 1800 à 1813. Il était chevalier de l'ordre militaire de Saint Louis depuis 1791.
  • Pierre Nicolas DROUHOT (29/06/1772 à Volon- 25/07/1817à Gray). Fils de Jacques DROUHOT. Il entre en 1782, au régiment des hussards étrangers, à l'âge de 10 ans. Cadet gentilhomme au régiment Lauzun-hussards à 11 ans, sous lieutenant puis capitaine en 1792, chef d'escadron en 1793, adjudant général en l'an II et adjudant colonel en l'an IV. Il est fait chevalier de la légion d'honneur à la création de cet ordre en l'an XIII, puis officier. Il reçoit ensuite le titre de chevalier de l'empire en 1810. Le général Moreau fut le parrain de son second fils. Outre la guerre d'Amérique qu'il fit à 10 et 11 ans en 1782 et 1783, il fit les campagnes des armées du Rhin et d'Italie, ainsi que celles d'Autriche et de Pologne. De 1809 à 1813, il fut chef d'état major du Duc de Valmy puis du général baron Marulaz, gouverneur de la 6ème division militaire à Besançon. Il prit sa retraite en 1813 à Volon et mourut à Gray le 29 juillet 1817.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « En 1891, Volon construit un cimetière… au sec », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Puis vint le temps où la place autour de l’église commença à manquer et la décision fut prise de transférer les cimetières hors des zones d’habitation. Ainsi, à Volon, le 22 avril 1891, le conseil municipal se réunit pour délibérer sur la question. Le maire de l’époque, François Richebourg, les conseillers MM. Bidoire, Genin, Girardot, Guillaume, Poissenot, Thibouret et Breney nommé secrétaire de séance se réunissent pour délibérer. Deux questions sont à l’ordre du jour : l’établissement de deux bornes fontaines publiques destinées à distribuer dans les parties nord-ouest et sud-est de la commune, l’eau indispensable aux besoins de l’alimentation ; l’autre sujet concerne le nouveau cimetière ».
  3. « Denise Colas à l’honneur », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Jérôme Favret a rappelé son parcours citoyen : « Denise a été élue la première fois au conseil municipal en 1983, adjointe au maire de 1989 à 2001 ». En 2001, Denise Colas a été plébiscitée au second tour des élections alors qu’elle n’était pas candidate au premier ! Cette année-là et jusqu’en 2014, elle est devenue maire à la tête d’une équipe renouvelée ».
  4. « Jérôme Favret, nouveau maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Modèle {{Lien web}} : paramètres « url » et « titre » manquants. , sur généanet
  9. Encyclopedia-Titanica page René Pernot