Volailles de Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Volailles de Normandie
Image illustrative de l’article Volailles de Normandie
La poule de Crèvecœur, poule noire ébouriffée à crête en forme de cornes, est l'une des races de poules normandes

Lieu d’origine Normandie
Type de produit volaille
Variétés Poule de Caumont, Poule de Crèvecœur, Poule Cotentine, Poule Le Merlerault, Poule de Pavilly et Poule de Gournay

Les volailles de Normandie sont un produit de l'élevage et de la gastronomie normande dans cette ancienne province française.

Originalité du terroir normand[modifier | modifier le code]

Basse-cour au début du XXe siècle

La Normandie est particulièrement propice à l'élevage de volailles. Tout d'abord car les exploitations, indépendantes les unes des autres grâce à des prairies et des vergers de pommiers entourées de talus, sont à la fois à l'abri du vent tout en gardant un terroir plein de fraîcheur. Ce climat très tempéré, joint à une nature des sols très riches, jouent un rôle très important dans la qualité des volailles en leur procurant des parcours herbeux de qualité en toute période de l'année. Au cours de la période estivale, par exemple, les volailles profitent d'une herbe bien grasse et de nombreux vermisseaux. Ce régime leur confère une viande jamais grasse mais légèrement persillée. Aussi dès 1985, ce terroir fût reconnue digne du Label Rouge[1].

Cette réputation historique, liée à l’élevage de volailles dans chaque ferme normande, perdura durant le ̼XIXe siècle et jusque dans les années 1960. ̼« L’existence de nombreuses races locales au début du siècle (6 races existent encore), témoigne de la popularité de cette production qui était commercialisée dans d’importants marchés aux volailles régionaux[2] ».

Les races[modifier | modifier le code]

Parmi les races de volailles normandes on retient surtout la Caumont (race normande la plus rare) et la Crèvecœur, toutes deux originaires du Calvados, la Cotentine (Manche), la Merlerault (Orne), la Pavilly (Pays de Caux) et la Gournay (Pays de Bray)[3].

Labels[modifier | modifier le code]

L'IGP est réservée aux ː

  • dinde fermière de Noël
  • poulet blanc fermier et découpe
  • chapon fermier
  • poulet blanc fermier de 91 jours
  • poulet jaune cou-nu fermier
  • pintade fermière
  • ̈poulet noir fermier[6]

Départements d'origine[modifier | modifier le code]

L'IGP concerne 3 130 communes qui se trouvent dans les départements de Seine-Maritime, Eure, Calvados, Manche, Orne, Eure-et-Loir, Somme, Oise, Sarthe, Mayenne, Ille-et-Vilaine, Yvelines, Val-d'Oise[7]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les recettes traditionnelles normandes accommodent notamment ces volailles à la crème fraîche, au calvados ou au cidre de Normandie. C'est le cas du poulet vallée d'Auge ou de la poule au blanc. Le canard au sang - ou canard à la rouennaise - peut être servi avec une sauce au vin rouge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]