Aller au contenu

Vol Pakistan International Airlines 8303

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vol Pakistan International Airlines 8303
AP-BLD, l'Airbus A320 impliqué dans l'accident, ici photographié à l'aéroport international de Dubaï en janvier 2017.
AP-BLD, l'Airbus A320 impliqué dans l'accident, ici photographié à l'aéroport international de Dubaï en janvier 2017.
Caractéristiques de l'accident
Date
TypePerte de contrôle lors d'une remise de gaz
CausesMultiples erreurs de pilotage, atterrissage train rentré, panne des 2 moteurs
SiteKarachi
Coordonnées 24° 54′ 42″ nord, 67° 11′ 16″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilAirbus A320-214
CompagniePakistan International Airlines
No  d'identificationAP-BLD
Lieu d'origineAéroport international Allama Iqbal de Lahore (Pakistan)
Lieu de destinationAéroport international Jinnah de Karachi (Pakistan)
PhaseAtterrissage
Passagers91
Équipage8
Morts98 (dont un au sol)
Blessés9 (dont 7 au sol)
Survivants2

Géolocalisation sur la carte : Pakistan
(Voir situation sur carte : Pakistan)
Vol Pakistan International Airlines 8303

Le , l'Airbus A320 assurant le vol Pakistan International Airlines 8303, un vol intérieur entre Lahore et Karachi, au Pakistan, s'écrase dans un quartier résidentiel de Karachi proche de l'aéroport. Les pilotes avaient alors effectué une remise de gaz après avoir raté une première tentative d'atterrissage et émis un message de détresse. Il y avait 99 personnes à bord dont 8 membres d'équipage[1],[2].

Avec un bilan de 98 morts, dont une victime au sol, c'est la troisième catastrophe aérienne la plus meurtrière de l'histoire du Pakistan[3] après celles des vols Bhoja Air 213 (127 morts) et Airblue 202 (152 morts), survenues quelques années auparavant.

Avion et équipage

[modifier | modifier le code]
L'A320 impliqué dans l'accident, ici à l'aéroport international de Hong Kong en août 2011, alors qu'il opérait pour China Eastern Airlines.

L'appareil impliqué était un Airbus A320-214 immatriculé AP-BLD (numéro de série 2274). Livré en 2004, il avait été exploité par China Eastern Airlines jusqu'en 2014, sous l'immatriculation B-6017. La compagnie Pakistan International Airlines (PIA) louait l'avion auprès de GE Capital Aviation Services depuis le [4]. Il avait assez de carburant pour plus de deux heures et demie de vol[3].

Ce biréacteur moyen-courrier était propulsé par deux moteurs CFM56-5B4/P, qui avaient été installés pour la dernière fois en février et mai 2019. Le train d'atterrissage avait été installé en octobre 2014 et devait ensuite être retiré pour un entretien majeur ou un remplacement en 2024, après 10 ans de service.

Le commandant de bord du vol 8303 était Sajjad Gul[5], et le copilote était Usman Azam. Le commandant de bord totalisait 18 000 heures de vol à son actif, dont plus de 4 000 heures sur Airbus A320.

L'avion décolle de Lahore à 13 h 5 locales pour un vol d'une heure et demie vers l'aéroport de Karachi-Jinnah. Le vol se déroule sans problèmes jusqu'à la descente. Au cours de l'approche, le contrôleur signale à plusieurs reprises que l'avion est encore trop haut — à 10 nautiques (18,5 km) de l'aéroport, l'avion est à une altitude de 7 000 pieds (2 134 m) au lieu des 3 000 pieds (914 m) prévus dans la procédure normale — mais le pilote assure qu'il a la situation en main et qu'il est paré à l'atterrissage[3]. Aviation Safety Network, qui présente un graphique basé sur les données relevées par Flightradar24 note, par ailleurs, que l'angle de descente semble avoir été relativement élevé en comparaison avec l'approche standard d'un A320 sur l'aéroport de Karachi[6].

Le pilote effectue une première tentative d'atterrissage au cours de laquelle le train, après avoir été sorti, est rentré à 5 NM (9,3 km) de la piste ainsi que les aérofreins[7]. Les contrôleurs, contrairement à la procédure en vigueur à Karachi, n'avaient pas fait confirmer aux pilotes que le train était bien déployé, et ceux-ci n'avaient pas signalé de problème. À l'atterrissage, les nacelles des deux réacteurs touchent la piste — le droit à 1 370 m du seuil de piste et le gauche à 1 675 m[8] —, la friction provoquant des étincelles et laissant des traces sur la piste et sous les nacelles[6], endommageant leurs réservoirs d'huile qui commencent alors à fuir[9],[7].

Les pilotes décident de remettre les gaz pour procéder à une nouvelle approche, mais à 2 000 pieds les moteurs tombent en panne l'un après l'autre, en raison du manque de lubrification[7]. L'équipage vire vers l'aéroport pour tenter un atterrissage d'urgence, mais l'appareil, trop bas, ne pourra pas l'atteindre. Selon un enregistrement des conversations radio, le pilote a émis un message de détresse signalant la perte des deux moteurs (« We are returning back, sir, we have lost engines ») avant que le contact ne soit perdu[10].

L'avion heurte de l'aile le haut d'un immeuble et s'écrase, à 14 h 37 locales (h 37 UTC), sur le quartier densément peuplé de Model Colony (en) à Karachi[11], à 1 300 mètres des pistes de l'aéroport[6], déclenchant un incendie touchant cinq habitations[12],[13].

Opérations de secours

[modifier | modifier le code]

Les premiers rapports suggéraient que les rues étroites et les ruelles constituant la zone ont empêché l’intervention des services de secours. Selon l'Inter-Services Public Relations (en), le service de presse de l'armée pakistanaise, les militaires ont installé un cordon sanitaire[11].

Il y avait à bord 91 passagers, 51 hommes, 31 femmes et 9 enfants, tous pakistanais sauf un Américain[14]. Seulement deux ont survécu, Zafar Masud, président de la Bank of Punjab (en), et Muhammad Zubair, ingénieur en mécanique[6].

Passagers par nationalité
Nationalité Passager Équipage Total
Drapeau du Pakistan Pakistan 90[14] 8 98
Drapeau des États-Unis États-Unis 1 0 1
Total 91 8 99

Parmi les passagers connus figuraient l'actrice et modèle Zara Abid et le journaliste Ansar Naqvi, directeur de la programmation de la chaîne télévisée 24 News HD (en).

L'accident a aussi fait un mort et 11 blessés parmi les habitants de la zone du crash[15].

Le ministre de la Santé a déclaré l'état d'urgence des hôpitaux de Karachi, tandis que le Premier ministre Imran Khan a ordonné que toutes les ressources disponibles soient envoyées sur le lieu du crash[16].

Le président Arif Alvi a exprimé ses condoléances « aux familles des défunts »[12].

Le Pakistan venait le d'autoriser la reprise des vols, après une suspension due à la pandémie de Covid-19[17]. En raison des derniers jours du Ramadan, de nombreuses personnes devaient voyager afin de célébrer l'Aïd al-Fitr avec leurs familles[18].

Le , 150 des 434 pilotes employés par PIA ont été cloués au sol pour une durée indéterminée, parce qu'ils détenaient « des licences fausses ou suspectes ».

Cinq jours plus tard, le , la compagnie aérienne s'est vu interdire de voler vers l'Union européenne pendant six mois, aprés avoir échoué à plusieurs tests de sécurité et pour avoir omis de mettre correctement en œuvre un système de gestion de la sécurité, comme indiqué dans une lettre envoyée à PIA par l'Agence de l'Union européenne pour la sécurité aérienne (AESA). L'AESA a également déclaré que cette décision pouvait faire l'objet d'un appel. L'AESA a également interdit à la compagnie aérienne de voler vers le Royaume-Uni ; puis le , PIA s'est vu interdire de voler à destination des États-Unis.

L'enquête a été menée par le Bureau d'enquête sur les accidents aériens du Pakistan. Airbus, le constructeur de l'avion, a déclaré qu'il apporterait son aide à l'enquête. Par la suite, une équipe de l'avionneur, composée de 11 enquêteurs, s'est rendue sur le site de l'accident le . Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) américain a également déclaré qu'il contribuerait à l'enquête.

L'enregistreur de paramètre (FDR) et l'enregistreur phonique (CVR) de l'avion ont été récupérés et transportés par avion en France.

D'après les premiers éléments disponibles, les moteurs ont raclé la piste à trois reprises lors de la première tentative d'atterrissage, provoquant des frictions et des étincelles. Le contact avec la piste pourrait avoir causé des dommages importants à des composants essentiels des moteurs situés sous la face inférieure, conduisant ainsi à une panne.

Dans un premier rapport, publié le , il est estimé que les actions du contrôleur aérien en service et de l'équipage auraient contribué à l'accident. Dans ce rapport, le commandant est décrit comme étant « trop confiant » lors de la dernière phase du vol.

Un rapport préliminaire de quatorze pages sur l'accident a été publié le . Des extraits de l'enregistreur phonique, capté dans le poste de pilotage, suggèrent que les pilotes étaient préoccupés par une conversation non essentielle liée à la pandémie de Covid-19.

L'A320 se trouvait à une altitude de 9 800 pieds (3 000 m) au point de report MAKLI, alors qu'il devait se trouver à 3 000 pieds (910 m). Les pilotes ont désengagé le pilote automatique et sont passés en mode « Open Descent ». Dans le but de capturer la trajectoire de descente ILS, l'avion a momentanément atteint un taux de descente de plus de 7 000 pieds/minute (2 100 m/min). Le train d'atterrissage a été sorti à une hauteur de 7 200 pieds (2 200 m), lorsque l'appareil se trouvait à 19 km de la piste, mais a été inexplicablement rétracté au moment où il est arrivé à 9 km. L'atterrissage a alors été tenté sans que le train d'atterrissage soit sorti.

Avant la première tentative d'atterrissage, selon les données du CVR et du FDR, plusieurs alertes, notamment l'alarme de survitesse et de configuration du train d'atterrissage, ainsi que l'avertisseur de proximité du sol (GPWS), ont toutes été émises, mais ont été manquées ou ignorées par l'équipage. L'une des caméras de vidéosurveillance de l'aéroport a enregistré la première tentative d'atterrissage de l'avion et des captures d'écran de l'enregistrement vidéo ont été utilisées dans le rapport préliminaire. L'enregistrement montre l'avion atterrissant sur la piste sur ses moteurs, avec des étincelles résultant du frottement à grande vitesse avec le tarmac.

Après avoir raclé le long de la piste, l'équipage a effectué une remise de gaz. Une autre caméra de vidéosurveillance, qui a enregistré les derniers instants du vol, a montré que le train d'atterrissage de l'avion avait été sorti entre la première tentative d'atterrissage et le crash de l'avion.

Le rapport final, publié le , attribue l'accident du vol 8303 au fait que l'équipage a enfreint les procédures d'exploitation standard pour la phase d'atterrissage, et a également ignoré les instructions du contrôle aérien.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pakistan International Airlines Flight 8303 » (voir la liste des auteurs).
  1. « Pakistan : un avion de ligne avec près de 100 personnes à son bord s'écrase à Karachi », sur france24.com, .
  2. (en) Ian Petchenik (photogr. Azizul Islam), « Pakistan International Airlines flight 8303 crashes near Karachi » [« Le vol Pakistan International Airlines 8303 s'écrase près de Karachi »], sur www.flightradar24.com, Flightradar24, (consulté le ).
  3. a b et c (en-US) isbpostadmin, « PIA plane crash: Pilot ignored 3 warnings from Air Traffic Control to lower altitude », sur Islamabad Post, (consulté le ).
  4. (en) « AP-BLD PIA Pakistan International Airlines Airbus A320-214 », www.planespotters.net (consulté le ).
  5. (en) « Pakistan plane crash: Pakistan plane with 107 on board crashes in residential area in Karachi; several feared dead | World News - Times of India », The Times of India, .
  6. a b c et d « Le crash de Pakistan International Airlines en vidéos », sur Air Journal, .
  7. a b et c Rapport final de l'AAIB pakistanais
  8. (en) « Pakistan International Airlines flight 8303 : Preliminary », sur aviation-safety.net, .
  9. (en) « Crashed Pakistan plane's pilot ignored 3 warnings to lower altitude: Report », sur Livemint, .
  10. (en) Reuters, « Pakistan crash pilot sent Mayday with 'lost engines' - Times of India », sur timesofindia.indiatimes.com, .
  11. a et b « Airbus jet crashes near Pakistan airport », The Independent, .
  12. a et b « Scores feared dead as passenger jet crashes in Pakistan », CBS News.
  13. (en) « Dozens killed as passenger plane crashes near Karachi airport », sur theguardian.com, .
  14. a et b « Flight Manifest », Geo TV, .
  15. Republic World, « Pak plane crash: Pilot ignored warning about plane speed from air traffic control: Reports », sur Republic World, .
  16. Hassan, « PIA A320 crashes in Model Colony near Karachi airport; rescue operation underway », DAWN.COM, .
  17. « Pakistan International Airlines passenger plane crashes in Karachi », BBC News, .
  18. « At least 100 killed and buildings destroyed as Airbus jet comes down near Karachi airport », The Independent, .

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

[modifier | modifier le code]