Vol 804 EgyptAir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vol 804 EgyptAir
L'Airbus A320 SU-GCC d'EgyptAir en approche finale à l'aéroport d'Istanbul-Atatürk, en Turquie, en 2011.
L'Airbus A320 SU-GCC d'EgyptAir en approche finale à l'aéroport d'Istanbul-Atatürk, en Turquie, en 2011.
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeEnquête en cours
CausesEnquête en cours
SiteMer Méditerranée entre la Grèce et l'Égypte
Coordonnées 33° 40′ 33″ nord, 28° 47′ 33″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilAirbus A320
CompagnieEgyptAir
No  d'identificationSU-GCC
Lieu d'origineAéroport de Paris-Charles-de-Gaulle (France)
Lieu de destinationAéroport international du Caire (Égypte)
PhaseCroisière, quelques minutes avant la phase de descente
Passagers56
Équipage10
Morts66
Blessés0
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : Méditerranée

(Voir situation sur carte : Méditerranée)
Vol 804 EgyptAir

Le vol 804 de la compagnie EgyptAir, reliant l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle en France à l'aéroport international du Caire en Égypte, s'est écrasé en mer Méditerranée avec 66 personnes à bord, ne laissant aucun survivant[1], le . L'Airbus A320 a d'abord été porté disparu alors qu'il volait à 37 000 pieds (11 300 m) d'altitude[2],[3],[4].

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

Avion[modifier | modifier le code]

L'Airbus A320-232, immatriculé SU-GCC, MSN 2088, dont le premier vol a été effectué le , a été livré à EgyptAir le [5]. Il effectuait la liaison entre l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, en France, et l'aéroport international du Caire, en Égypte. Il avait effectué plusieurs vols et escales juste avant ce trajet[6].

Le 1er juin 2016, une information rapporte que, selon les relevés ACARS, l'avion « se serait posé trois fois en urgence au cours des 24 heures précédant le crash » en raison d'alertes signalant une anomalie à bord[7], ce que démentent toutefois une « source proche de l'enquête » ainsi que des responsables d'EgyptAir[8].

Vol[modifier | modifier le code]

L'avion en partance pour l'aéroport international du Caire est parti du terminal 1 de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle le à 23 h 9 (UTC + 2). L'atterrissage au Caire était prévu à h 15 (UTC + 2)[9].

Alors que l'avion s'apprête à quitter l'espace aérien grec à une altitude de 37 000 pieds (11 300 m), les contrôleurs aériens grecs tentent de recontacter le pilote à h 26 (UTC + 2), sans succès. Une fois entré dans l'espace aérien égyptien, l'avion disparaît des écrans radars grecs à h 29 (UTC +2) à 280 km du Caire[10].

Selon le ministre grec de la Défense, Pános Kamménos, peu après son entrée dans l'espace aérien égyptien, l'avion a tourné de 90° vers la gauche puis de 360° vers la droite tout en descendant de l'altitude de 37 000 pieds (11 300 m) à 15 000 pieds (4 600 m), et le signal radar a disparu à 10 000 pieds (3 000 m)[11].

Messages ACARS[modifier | modifier le code]

Des données de communications ACARS (Aircraft Communication Addressing and Reporting System), diffusées le lendemain de la catastrophe, signalent dans les minutes précédant la disparition de l'avion des anomalies du dégivrage des fenêtres proches du copilote, ainsi que de la fumée dans les toilettes et le compartiment avionique situés derrière lui[12],[13],[14]. Le détecteur de fumée est un capteur optique qui se déclenche aussi en cas de brouillard dû à une brusque dépressurisation[15]. L'apparition de messages d'erreur concernant les vitrages du copilote a mené d'abord à l'hypothèse d'une décompression explosive.

Message ACARS
Horodatage ATA Message ACARS Signification du message[15]
00:26Z 3044 Protection givre et pluie ANTI ICE R WINDOW Dégivrage de fenêtre droite
00:26Z 561200 Fenêtres R SLIDING WINDOW SENSOR Capteur de la fenêtre droite coulissante
00:26Z 2600 Protection incendie SMOKE LAVATORY SMOKE Fumée dans les toilettes
00:27Z 2600 Protection incendie AVIONICS SMOKE Fumée dans l'avionique (ordinateurs de bord : système de pilotage)
00:28Z 561100 Fenêtres R FIXED WINDOW SENSOR Capteur de la fenêtre droite fixe
00:29Z 2200 Pilote automatique AUTO FLT FCU 2 FAULT Défaillance du pilotage automatique no 2
00:29Z 2700 Commandes de vol F/CTL SEC 3 FAULT Défaillance du système de pilotage no 3 (ailerons)

Lieu du crash[modifier | modifier le code]

Trajet approximatif de l'avion et lieu de la catastrophe.

D'après les autorités grecques, l'avion s'est abîmé dans l'est de la mer Méditerranée, dans le bassin levantin, au large de l'île grecque de Karpathos, dans l'espace aérien égyptien[16].

Le 20 mai à 16 h GMT, le satellite radar de l'Agence spatiale européenne Sentinel-1A, détecte une fuite potentielle de carburant en Méditerranée orientale dans la zone du crash potentiel de l'appareil par 33°32'N / 29°13'E, soit à 158 NM dans le 136° de l'aéroport de Karpathos, sur une route se dirigeant vers l'aéroport du Caire à 121 NM plus loin. Une seconde image prise le lendemain à 04 h 00 GMT montre la nappe ayant dérivé de 5 km environ[17].

Le 26 mai, la balise de détresse de l'avion, utilisant le système par satellites de télécommunications Cospas-Sarsat, émet et donne sa position permettant de mieux préciser le lieu du crash[18],[19]. La profondeur où furent retrouvés les débris n'excédait pas 3 000 mètres[20].

Le 31 mai, arrivé sur zone, le navire Laplace a, selon l'annonce du BEA, capté « des signaux émanant probablement » d'une des deux boîtes noires de l'appareil[21]. La confirmation par le Ministère de la Défense a suivi[22].

Enquête[modifier | modifier le code]

Selon le ministre égyptien de l'aviation civile, Chérif Fathi, « la possibilité d'un attentat est plus grande que celle d'un problème technique[23],[24] ». Cependant, aucune revendication terroriste n'a été faite, contrairement à celle émise lors du vol 9268 de la compagnie MetroJet. L'appareil ayant effectué plusieurs vols et escales juste auparavant ce trajet, des problèmes liés à la sécurité ont été évoqués[25].

Toutes les pistes sont envisagées pour expliquer cet accident, sans en écarter aucune[26].

Fin juin 2016, la commission d'enquête égyptienne indique qu'une détérioration due à une haute température ainsi que de la suie sont visibles sur des parties de l'avant de l'avion[27].

Le 22 juillet 2016, le New York Times rapporte qu'au vu de l'analyse des boîtes noires, l'avion s'est probablement désintégré en plein vol après un incendie dans le cockpit ou près de ce dernier sans savoir pour autant si cet incendie était d'origine accidentelle ou criminelle[28].

Le 16 septembre 2016, les enquêteurs de l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) constatent la présence de TNT sur des débris de l'appareil, mais la justice égyptienne ne leur laisse pas la possibilité de les examiner en détail[29],[30].

Le 9 octobre 2016, les relations entre l'Égypte et la France sont « polluées » du fait des conclusions contradictoires des causes du crash[31], les autorités égyptiennes privilégiant l'hypothèse de l'attentat tandis que les enquêteurs français du BEA accréditent la thèse d’un incendie qui se serait déclaré dans le cockpit avant de se propager dans le reste de l’avion[32].

Le 16 décembre 2016, la commission d'enquête égyptienne annonce que des traces d'explosif ont été retrouvées sur les restes de passagers[33],[34].

Le BEA français refuse de corroborer les analyses d'explosif[35]. Il suggère que l'incendie aurait pu être provoqué par l’explosion des tablettes iPad et téléphones portables iPhone du copilote[36],[37]. Peu avant le décollage, les caméras de surveillance de l'aéroport ont filmé ces éléments contre la vitre du cockpit d'où les messages ACARS ont signalé le départ d'incendie[35].

Pour l’Égypte, accréditer la thèse de l'attentat fait retomber les conséquences de l'attentat sur l'administration de l'aéroport Charles de Gaulle. Corollaire : si la cause est un incident technique, la compagnie Egyptair doit en assumer la responsabilité[35].

Le 6 mai 2017, la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera indique que les enquêteurs sont convaincus de la thèse accidentelle du crash car ils n'ont pas retrouvé de trace d'explosif sur les corps des victimes françaises restituées en janvier 2017[38]

Dans un communiqué du 6 juillet 2018, le BEA français répète qu'au vu des éléments dont il dispose, l’hypothèse privilégiée "est qu’un incendie s’est déclaré dans le poste de pilotage alors que l’avion évoluait à son altitude de croisière, incendie qui s’est développé rapidement et a entraîné la perte de contrôle de l’avion"[39].

Un rapport d’expertise commandé par la justice française, délivré en juin 2018 et révélé par le journal Le Parisien le 2 avril 2019, démontre que l’Airbus A320 d’Egyptair souffrait d’un défaut de maintenance et n’aurait jamais dû décoller de Paris[40],[41],[42],[43],[44]. Les deux experts désignés par les juges français ont découverts une vingtaine d’alertes concernant des défauts récurrents au cours des cinq vols ayant précédé sur deux jours le vol MS804[40]. Ces défauts concernaient en particulier des disjoncteurs électriques, une valve moteur dans le système de prélèvement d’air sur les moteurs de l’avion pour alimenter le système de pressurisation de l’appareil et le déclenchement du détecteur de fumées des toilettes[40],[44]. D'après les experts, « les défauts majeurs, signalés par alarme visuelle et sonore ne font l'objet d'aucun signalement technique »[40] et « les enregistrements démontrent que le ou les disjoncteurs ont été manuellement réengagés en totale contradiction avec les consignes du constructeur »[40].

D’après les données Acars analysées par les experts du 1er mai jusqu’au jour du crash, la défaillance électrique a été responsable d’alertes sur 29 vols et le problème de la valve moteur sur 51 vols.[40] D'après les deux experts, « les défauts ne sont signalés que lorsque l'aéronef est en base principale (Le Caire) afin, de toute évidence, d'éviter une immobilisation d'un aéronef en escale pour dépannage ».[40] Les experts remettent également en cause la compétence du technicien en charge de la maintenance Egyptair à l’aéroport Charles de Gaulle et estiment que « l'application non conforme des procédures et consignes ne permet pas à la compagnie EgyptAir d'apprécier correctement l'état technique de l'aéronef au moment du départ de CDG ».[40] Pour autant, estiment les deux experts, "l'étude des éléments mis à la disposition des experts ne permet pas de déterminer si l'accident de l'Airbus SU-GCC découle des différents défauts techniques dont souffrait cet aéronef", bien que la récurrence de certains défauts mentionnés pourrait, selon eux, "être le signe précurseur d'une défaillance électrique majeure"[40]

Le 10 avril 2019, le ministre égyptien de l'aviation civile dément tout manquement imputable à la compagnie aérienne et déclare que "le système de suivi des pannes techniques de l’avion n’a enregistré aucun problème technique avant le crash"[45]

Personnes à bord[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Selon les informations d'EgyptAir, l'avion transportait 56 passagers, dont trois enfants. L'équipage de 10 personnes était composé de cinq agents de bord, de deux pilotes et de trois agents de sécurité[11] :

Victimes par nationalité
Pays d'origine Passagers Équipage Total
Drapeau de l'Égypte Égypte 30 30
Drapeau de la France France 12 12
Drapeau de l'Algérie Drapeau de la France Algérie / France[46],[47] 4 4
Drapeau du Canada Canada[48] 2 2
Drapeau de l'Irak Irak 2 2
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 1 1
Drapeau de l'AustralieDrapeau du Royaume-Uni Australie / Royaume-Uni[49] 1 1
Drapeau de la Belgique Belgique 1 1
Drapeau du Koweït Koweït 1 1
Drapeau du Portugal Portugal 1 1
Drapeau du Soudan Soudan 1 1
Drapeau du Tchad Tchad 1 1
Non identifié 10 10
Total 56 10 66
Certains passagers ont des nationalités multiples. Le décompte se base sur des données préliminaires et peut dépasser 66.

Victimes[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2016, les Egyptiens acceptent le principe de la tenue d’une commission d’identification, préambule indispensable pour que les corps soient rendus aux familles[50].

Le 17 janvier 2017, les corps des passagers français décédés arrivent à Roissy[51].

Opérations de recherche[modifier | modifier le code]

Forces américaines[modifier | modifier le code]

Photographie du Lockheed P-3 Orion décollant de Sigonella pour rejoindre les recherches (19 mai 2016).
Le Lockheed P-3 Orion décollant de Sigonella pour rejoindre les recherches (19 mai 2016).

Un avion de patrouille maritime Lockheed P-3 Orion appartenant au squadron VP-4[52] de la marine des États-Unis a été envoyé au large de la Grèce[2] pour participer aux recherches dès le premier jour du drame.

Forces françaises[modifier | modifier le code]

Un avion de reconnaissance Dassault Falcon 50M de l'aéronavale française s'est rendu sur la zone[53] dès le matin de la disparition de l'avion. Appartenant à la Flottille 24F, il est intervenu directement depuis la BAN de Lann-Bihoué[54]. Le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Lôme et l'aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet de la Marine française ont reçu l'ordre de rejoindre la zone de recherche[55]. La recherche des boîtes noires s'avère difficile[56] compte tenu de la profondeur des eaux (3 000 mètres) à l'endroit de la zone de recherche[55]. Un Atlantique 2, équipé d'un nez entièrement vitré, est déployé à partir du 20 mai[57]. La Marine déploie également le bâtiment hydrographique Laplace [58], afin de mouiller des hydrophones et détecter les boîtes noires immergées [59]. Il est fait appel à deux sociétés françaises spécialisées dans la recherche en eaux profondes, Alseamar[60]et Deep Ocean Search[61].

Arrivé sur zone le 31 mai, le navire Laplace capte « des signaux émanant probablement » d'une des deux boîtes noires de l'appareil[62].

Le 15 juin, le navire de recherches en eaux profondes français[63], le John Lethbridge[64], localise plusieurs points où reposent des débris de l'avion[65].

Le 16 juin la boîte noire du cockpit (CVR, Cockpit Voice Recorder) est récupérée[66]. L'enregistreur de voix est endommagé, mais, apparemment, les enquêteurs ont pu « récupérer la partie qui contient la mémoire de l'appareil »[67]. Il a été aussitôt transféré vers Alexandrie, où il sera analysé par une équipe d'enquêteurs égyptiens[67].

Le 17 juin, la seconde boîte noire (FDR, Flight Data Recorder, enregistreur des données du vol) est repêchée[68].

Le 16 juillet, le John Lethbridge arrive au port d'Alexandrie après avoir terminé sa mission et s'être assuré de la récupération de tous les restes humains sur le site du crash[69].

Forces grecques[modifier | modifier le code]

Le ministère grec de la Défense a annoncé le déploiement de quatre aéronefs militaires : deux avions (un Embraer Emb-145H de reconnaissance et un Lockheed C-130 Hercules de transport) et deux hélicoptères AS332 Super Puma[70]. La garde-côtière grecque participe également aux opérations de recherche[71].

Forces égyptiennes[modifier | modifier le code]

La marine égyptienne a déclaré avoir trouvé des débris de l'appareil ainsi que des restes humains et des bagages appartenant aux passagers du vol[72].

Satellites[modifier | modifier le code]

Satellites de télédétection[modifier | modifier le code]

Le 20 mai à 16 h GMT, le satellite radar de l'Agence spatiale européenne Sentinel-1A, détecte une fuite potentielle de carburant en Méditerranée orientale dans la zone du crash potentiel de l'appareil par 33°32'N / 29°13'E. Une seconde image prise le lendemain à 04:00 GMT montre la nappe ayant dérivé de 5 km environ[17].

Satellites de télécommunications[modifier | modifier le code]

Le 26 mai, la balise de détresse de l'avion, utilisant le système par satellites de télécommunications Cospas-Sarsat, émet et donne sa position permettant de mieux préciser le lieu du crash[18].

Boîtes noires[modifier | modifier le code]

L'appareil est équipé de deux boîtes noires, le CVR Cockpit Voice Recorder, qui recueille les conversations dans le cockpit, et le FDR Flight Data Recorder, qui enregistre tous les paramètres de vol. Toutes deux ont été repêchées « en morceaux » les 16 et par le John Lethbridge[64], un navire de la société franco-britannique Deep Ocean Search[73]. Elles sont fortement endommagées. L'exploitation des enregistrements, effectuée en Égypte, sera longue, pouvant prendre plusieurs semaines, selon la commission d'enquête[74].

Le 24 juin, les mémoires des boîtes noires sont envoyées en France dans les laboratoires du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) pour réparation avant retour en Égypte pour dépouillement[75].

Enregistreur phonique du poste de pilotage[modifier | modifier le code]

Le 2 juillet, le Comité d'enquête égyptien annonce que les données de l'enregistreur de voix du cockpit sont intactes et que « les membres du Comité quitteront bientôt la France pour ramener au Caire les enregistreurs réparés afin de poursuivre l'analyse et la lecture des données »[76].

Le 4 juillet, le CVR indique que l'un des deux pilotes présents dans le cockpit a essayé d'éteindre un incendie avant la catastrophe[77].

Le 16 juillet la commission d'enquête égyptienne révèle que le mot "feu" a été capté par le VCR[69].

Enregistreur des paramètres du vol[modifier | modifier le code]

Le 27 juin, la mémoire du FDR, est restaurée et renvoyée en Égypte pour exploitation[78].

Le 30 juin, les premiers dépouillements du FDR confirment les alertes du système automatisé de communications de l’appareil (ACARS), sur la présence de fumée dans les toilettes et à l’avant de la cabine[79].

Débris[modifier | modifier le code]

Des débris de l'avion commencent à être retrouvés peu après le début des recherches ; certains flottant à la surface de la mer Méditerranée, d'autres en profondeur repêchés par le navire de recherche John Lethbridge. D'autres enfin s'échouent sur les côtes de la Méditerranée.

Israël[modifier | modifier le code]

Le 6 juillet, des débris sont retrouvés sur les berges de Netanya, au nord de Tel-Aviv[80].

Volet judiciaire[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le jour même de la catastrophe, une enquête judiciaire[81] a été ouverte en France et confiée à la Gendarmerie des transports aériens sous le contrôle du Parquet de Paris[82]. La France a également dépêché en Égypte une équipe d’experts du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA)[55].

Réactions[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le jour même de la catastrophe, à h 30[83], le président de la République, François Hollande, a réuni plusieurs de ses ministres pour une réunion de crise à l'Élysée. Peu après, François Hollande s'est entretenu par téléphone avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour convenir des modalités de recherche et de coopération[84].

Une réunion d'information aux familles a été organisée au Quai d'Orsay le samedi 21 mai au matin[85].

A partir d'août 2016, des membres des familles concernées commencent à se poser des questions et s'expriment dans les médias français, dont :

  • Danielle Gilles, qui a perdu son fils et sa belle-fille dans l’accident et se confie au micro de Maxime Switek sur Europe 1[86].
  • Serge Guillotte, qui a perdu son épouse dans l’accident, interviewé sur France Inter[87].
  • Le jeudi 22 septembre, Sophie, qui a perdu son fils dans l'accident, se confie au micro de Thomas Sotto sur Europe 1[88].
  • Le mercredi 28 septembre, Maître Sébastien Busy, avocat de 22 familles, dont 14 françaises déplore ce retard : «  Rien ne peut légitimer un tel retard. Les proches des victimes ont l'impression d'être pris en otages dans le jeu diplomatique entre Paris et Le Caire »[89].
  • Le 17 novembre, de nombreux parents manifestent devant l'ambassade égyptienne à Paris protestant contre la lenteur de la procédure de récupération des corps des victimes, couverts par de nombreux médias, dont :
    • Le Figaro se fait l'écho que, malgré la visite de parlementaires français au Caire, l'Égypte tarde à rendre les corps des victimes[90].
    • France Info interview [91].
    • Slate Afrique déclarant qu'"avec le gouvernement égyptien, on risque ne pas connaître toute la vérité du vol MS804 avant longtemps"[92].
    • RFI parlant d''"une brouille diplomatique - les intérêts sur le tourisme égyptien étant notamment en jeu"[93].
    • LCI, reprenant un reportage issu du journal télévisé week-end du 18 novembre 2016 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1[94].
    • "Selon toute vraisemblance, les informations portées à la connaissance du BEA et du constructeur Airbus (messages ACARS, CVR) permettent de conclure que ces deux entités ont une idée précise du déroulement des faits. La législation internationale impose cependant que ce soit à l’Égypte de se prononcer au risque d'intérêts politiques divergents"[95]
  • Le samedi 17 décembre, après des mois de polémiques, l'Égypte annonce qu'elle va rendre aux familles les dépouilles des victimes[96],[97],[98].
  • le samedi 31 décembre, EgyptAir indique, dans un communiqué, avoir commencé à « superviser la remise des restes des membres d'équipage du vol MS804 » à leurs familles[99].
  • Le 17 janvier 2017, les corps des passagers français décédés arrivent à Roissy[51].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le jour de la catastrophe, Hillary Clinton reprend la thèse d'un acte terroriste évoqué par les autorités égyptiennes en ajoutant qu'il « faut un leadership stable et intelligent comme seuls les États-Unis peuvent en fournir en collaboration avec leurs alliés ». Tandis que son opposant à la prochaine campagne présidentielle Donald Trump est sûr « à 100% » qu'un avion a explosé dans le ciel et demande : « qu'attendons nous pour devenir plus forts, intelligents et vigilants ? »[100].

Église catholique[modifier | modifier le code]

Le pape François envoie ses condoléances au président de la République arabe d'Égypte Abdel Fattah al-Sissi. Il l'assure de ses prières et « confie à Dieu les âmes des personnes décédées de différentes nationalités »[101].

Organisation des Nations Unies[modifier | modifier le code]

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé sa profonde tristesse et envoie ses « condoléances aux familles des victimes, aux gouvernements et aux peuples affectés par cette tragédie »[102].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'avion d'EgyptAir disparu s'est écrasé en mer Méditerranée », sur RTS info, (consulté le 19 mai 2016).
  2. a et b (en) Michael Pearson, Faith Karimi, Ian Lee et Steve Almasy, « EgyptAir Flight 804 disappears », sur CNN.com, (consulté le 19 mai 2016).
  3. (en) Maggie Michael, Elena Becatoros et Raphael Satter, Associated Press, « EgyptAir says plane carrying 69 has disappeared from radar », sur Chron.com, (consulté le 19 mai 2016).
  4. « Un avion d’EgyptAir reliant Paris au Caire a disparu des radars », RTS Info,‎ (lire en ligne).
  5. (en) « Airbus A320 - MSN 2088 - SU-GCC Airline Egyptair », sur www.airfleets.net (consulté le 19 mai 2016).
  6. « Ce que l'on sait de l'avion d'EgyptAir Paris-Le Caire tombé en Méditerranée », sur Zone bourse, (consulté le 21 mai 2016)
  7. lefigaro.fr, « EgyptAir: l'avion se serait posé trois fois en urgence au cours des 24 heures précédant le crash », sur Le Figaro (consulté le 2 juin 2016)
  8. EgyptAir : Flou autour de trois incidents juste avant le crash, La Libre Belgique, 2 juin 2016
  9. « Huit questions sur la disparition du vol MS804 d’EgyptAir », sur Le Monde,
  10. « De 23h09 à 3h15 : la chronologie de la disparition du vol MS804 d'Egyptair », sur LCI,
  11. a et b « Ce que l’on sait de la disparition du vol EgyptAir Paris-Le Caire », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Ralph Ellis, Ben Wedeman et Michael Pearson, « EgyptAir flight data show smoke alerts before crash: Source », sur CNN, .
  13. (hu) Viktor Veres, « Berobbanó szélvédő okozhatta az utasszállító katasztrófáját » [« Une fenêtre qui explose a pu être la cause de la catastrophe de l'avion de ligne »], Népszabadság,‎ (lire en ligne).
  14. « EgyptAir : de la fumée à bord de l’A320, selon des messages automatiques de l’avion », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2016).
  15. a et b (en) Raf Sanchez, « Smoke in the cabin: what does the data from EgyptAir MS804's sensors mean? », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne).
  16. lefigaro.fr, « L'avion d'Egyptair s'est écrasé au large de l'île grecque de Karpathos », sur Le Figaro (consulté le 19 mai 2016).
  17. a et b Voir site de l'ESA
  18. a et b François Duclos, « Crash d’Egyptair : des signaux de l’A320 détectés ? », dans Air Littoral, Crash d’Egyptair : des signaux de l’A320 détectés ?
  19. « Disparition du vol Paris Le Caire MS 804 d’Egyptair - La coopération du CNES et du Commandement Interarmées de l’Espace a permis d’affiner la zone des recherches des boites noires », sur presse.cnes.fr (consulté le 1er octobre 2018)
  20. Le Monde, morceaux de la carlingue du vol MS804 d’EgyptAir localisés, 16/06/2016
  21. « Crash MS804: un signal émanant probablement d'une boîte noire entendu », sur Orange Actualités,
  22. « Recherche du vol Egyptair MS804 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 1er juin 2016)
  23. « Vol Paris-Le Caire: "Il pourrait s'agir d'un acte terroriste", évoque un ministre égyptien », sur BFM TV, (consulté le 19 mai 2016).
  24. Claire Phipps, Matthew Weaver, Jessica Elgot et Alan Yuhas, « Terrorism more likely than technical failure », sur The Guardian, (consulté le 19 mai 2016).
  25. « L'A320 d'Egyptair parle : de la fumée détectée à bord avant le crash », sur La Tribune (consulté le 21 mai 2016)
  26. Sputnik, « Crash d’EgyptAir: les experts avancent une nouvelle hypothèse », sur fr.sputniknews.com (consulté le 30 mai 2016)
  27. La Croix/AFP, « De la fumée dans l’avion d’EgyptAir avant le crash », La Croix,‎ (lire en ligne).
  28. https://www.nytimes.com/2016/07/23/world/middleeast/egyptair-804-crash-fire.html?_r=0
  29. Samuel Forey, Le Figaro, 16 septembre 2016, « Crash d'Egyptair : des traces d'explosif sèment le trouble entre Paris et Le Caire »
  30. Christian Roger, PNC Contact, 24 septembre 2016, « EgyptAir et TNT ! »
  31. Thierry Vigoureux, Le Point, 9 octobre 2016, « Crash du vol EgyptAir : pourquoi l'Égypte privilégie l'attentat »
  32. « Crash de l’Egyptair : l’hypothèse accidentelle retenue par l’enquête française », INFO M6,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2016)
  33. Anne Jourdan, Le Figaro, 15 décembre 2016, « Vol Egyptair: traces d'explosifs sur les victimes? »
  34. Hamza Hendawi (The Associated Press), Metro, 15 décembre 2016, « Le vol 804 a été détruit par une bombe »
  35. a b et c http://www.jumboroger.fr/egyptair-804-explosion-i-pad/#comments
  36. Thierry Vigoureux, Le Point, 26 mai 2017, « Crash d'Egyptair : les iPad en cause ? »
  37. « Crash d'EgyptAir : des experts se penchent sur des iPhone et des iPad », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2017)
  38. Aljazira 06/05/2017 French investigators Egyptair MS804 crash accident
  39. BEA, « Communiqués », sur BEA - Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation civile (consulté le 21 juillet 2019)
  40. a b c d e f g h et i Par Vincent VérierLe 2 avril 2019 à 13h29 et Modifié Le 2 Avril 2019 À 17h32, « Crash d’EgyptAir : l’avion n’aurait jamais dû décoller », sur leparisien.fr, (consulté le 21 juillet 2019)
  41. « L’Airbus A320 d’Egypt Air qui s’est écrasé en 2016 n’était pas en état de voler », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  42. Delphine Evenou, « Crash du vol MS804 d'Egyptair : l'accablant rapport sur la maintenance de l'avion », sur www.franceinter.fr, (consulté le 21 juillet 2019)
  43. « Crash d'Egyptair: selon les experts, l'Airbus A320 n'aurait pas dû décoller », sur FIGARO, (consulté le 21 juillet 2019)
  44. a et b Agence Reuters, « Crash d'Egyptair: L'Airbus A320 n'aurait pas dû décoller », sur Mediapart (consulté le 21 juillet 2019)
  45. « Crash d’EgyptAir : Le Caire dément des défauts d’entretien de l’Airbus », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  46. « Un couple algérien et ses 2 enfants parmi les victimes »,
  47. (en) « EgyptAir crash: Who were the victims of MS804? »
  48. « Deux Canadiens parmi les passagers du vol d'EgyptAir », sur Ici Radio Canada, (consulté le 20 mai 2016).
  49. (en) « EgyptAir flight MS804 plane crash: Australian dual national on missing aircraft », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 20 mai 2016)
  50. Anne Jouan , Samuel Forey, Le Figaro, « Crash d’Egyptair : les corps seront bientôt rendus aux familles »
  51. a et b Raphaël Tual, Normandie 27 actu, « Crash d'EgyptAir. Le retour des corps en France dont celui d'un habitant de l'Eure »
  52. http://www.avionslegendaires.net/2016/05/actu/drame-vol-ms804-laeronavale-americaine-apporte-concours/
  53. (en) Associated Press, « The Latest: US congressman says no confirmation of terrorism », sur The Washington Post, (consulté le 19 mai 2016).
  54. « La Marine Nationale déploie un de ses Falcon 50M au large de Karpathos », sur avions légendaires, (consulté le 19 mai 2016).
  55. a b et c « Disparition du vol d’EgyptAir : La marine française mobilisée », sur Mer et Marine,
  56. Thierry Vigoureux, « Vol MS804 d'EgyptAir : priorité aux boîtes noires », sur Le Point, (consulté le 23 mai 2016)
  57. « VIDEO. Crash du vol MS804 d'EgyptAir : à bord de l'avion de recherche français », sur francetv info, (consulté le 21 mai 2016)
  58. « Vol d’EgyptAir : Le bâtiment hydrographique Laplace à la recherche des enregistreurs », sur Mer et Marine, (consulté le 30 mai 2016)
  59. https://www.ouest-france.fr/monde/egypte/egyptair-recherches-sous-marines-dans-les-prochains-jours-4253845
  60. « Crash d’Egyptair : des signaux de l’A320 détectés ? », sur Air Journal (consulté le 30 mai 2016)
  61. « Aucun signal entendu depuis la disparition du vol MS804 », sur L'Obs (consulté le 30 mai 2016)
  62. (en) Mark Tran, « EgyptAir flight 804: 'black box' signals from crashed plane detected », sur The Guardian, .
  63. lefigaro.fr, « Egyptair : une équipe de Français sur le lieu du crash pour retrouver les boîtes noires », sur Le Figaro (consulté le 15 juin 2016)
  64. a et b Voir le John Lethbridge sur le site www.shipspotting.com
  65. Rédaction Le Figaro,« Crash d'EgyptAir: des débris de l'avion localisés », 15 juin 2016
  66. Tweet de la DGAC
  67. a et b Rédaction France Info, « Crash EgyptAir : l'une des deux boîtes noires a été récupérée », 16 juin 2013
  68. DGAC, Twitter, 17 juin 2016, #EgyptAirMS804 la seconde boîte noire a été repêchée
  69. a et b Le Huffpost, 17 juillet 2016, « Le mot "feu" mentionné dans le cockpit du vol Egyptair MS804, selon des enregistrements à bord »
  70. « Vol Egyptair Paris-Le Caire : recherches actives en mer Méditerranée », sur L'Obs, (consulté le 19 mai 2016).
  71. (en) Lin Noueihed et George Georgiopoulos, « EgyptAir jet missing after mid-air plunge over Mediterranean », sur Reuters, (consulté le 19 mai 2016).
  72. « Crash du vol MS804 : les recherches continuent », sur francetv info, (consulté le 21 mai 2016)
  73. Mathilde Golla, Le Figaro, 9 juin 2016, « Egyptair : une équipe de Français sur le lieu du crash pour retrouver les boîtes noires »
  74. Francetv info avec AFP et Reuters, 19 juin 2016, « Crash EgyptAir : les unités de mémoire des boîtes noires "fortement endommagées" » Mis à jour le 19/06/2016
  75. « Crash d’EgyptAir : les boîtes noires seront réparées en France », Le Monde.fr avec AFP,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 24 juin 2016)
  76. Xinhua, 2 juillet 2016, « Les données de l'enregistreur de voix du vol MS804 d'EgyptAir n’ont subi aucun dommage »
  77. Anne Jouan , Samuel Forey, Le Figaro, 5 juillet 2016, « Crash d'Egyptair: un pilote a tenté d'éteindre l'incendie »
  78. Jean-Baptiste Heguy, Air & Cosmos, 28 juin 2016, « Crash d'Egyptair : une des boîtes noires a été réparée »
  79. François Duclos, AirJournal, 30 juin 2016, « Crash Egyptair: le FDR confirme un dégagement de fumée »
  80. The Associated Press - Metro, 7 juillet 2016, « Israël: les débris trouvés seraient ceux d’Égyptair »
  81. « Vol Paris-Le Caire: comment va se dérouler l'enquête? », sur BFM TV, (consulté le 19 mai 2016).
  82. « EN DIRECT - Vol Paris-Le Caire: la sécurité aérienne grecque dément la découverte de débris », sur BFM TV, (consulté le 19 mai 2016).
  83. AFP, « Avion d'EgyptAir: réunion de crise à l'Élysée », sur Avion d'EgyptAir: réunion de crise à l'Élysée, (consulté le 19 mai 2016).
  84. (en) Declan Walsh et Kareem Fahim, « EgyptAir Flight Believed to Have Crashed at Sea; Egypt Cites Possible Terrorism », sur The New York Times, (consulté le 19 mai 2016).
  85. Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, « Disparition du vol MS 804 d'Egyptair – Réunion avec les familles (21.05.16) », sur France Diplomatie : : Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (consulté le 21 mai 2016)
  86. Europe 1 Matin (vidéo), Maxime Switek, 17 août 2016, « Vol Egyptair MS 804 : "On sent qu'on veut nous cacher quelque chose" »
  87. Thibault Lefèvre, France Inter interview sonore, 19 août 2016, « Il y a trois mois, le vol MS804 d’Egyptair s’abîmait en Méditerranée. Depuis, l’enquête piétine, et les familles attendent toujours les corps et les premières indemnisations. »
  88. Thomas Sotto, Europe 1, interview sonore, 22 septembre 2016, « Crash vol Egyptair MS804 : "Monsieur Hollande, dites quelle est la position de la France et de l'Égypte !" »
  89. Ouest-France, 28 septembre 2016, « Crash d'Egyptair. Les familles attendent toujours les restes des corps »
  90. Samuel Forey, Le Figaro, 17 novembre 2016, « Six mois après l'accident du vol Egyptair, l'enquête piétine »
  91. France Info, 18 novembre 2016, « Crash du vol MS804 d'EgyptAir : la colère des familles de victimes »
  92. Khaled Desouki, SlateAfrique, 18 novembre 2016, « Le deuil impossible des familles des victimes du vol EgyptAir »
  93. François Hume-Ferkatadji, RFI, 19 novembre 2016, « Crash du vol EgyptAiR: six mois après, la douleur des familles reste intense »
  94. Anne-Claire Coudray , LCI, 19 novembre 2016, « JT WE - CRASH DU VOL EGYPTAIR : LES FAMILLES DES VICTIMES DEMANDENT PLUS DE TRANSPARENCE DANS L’ENQUÊTE »
  95. Gil Roy, aerobuzz.fr, 21 novembre 2016, « Egyptair MS804 : Il n’y a pas que les familles qui veulent que l’Egypte s’explique »
  96. Nice-Matin, 18 décembre 2016, « Crash du vol EgyptAir : l'Égypte va rendre les corps aux familles »
  97. Le Monde avec AFP, 17 décembre 2016, « Vol EgyptAir : les corps des victimes vont être rendus aux familles »
  98. Jean-Marc Ducos, Le Parisien, 18 décembre 2016, « Bataille de gros sous après le crash de l'Airbus d'EgyptAir »
  99. 20 Minutes avec AFP, 31 décembre 2016, « Crash du vol EgyptAir: L'Egypte commence à rendre aux familles les dépouilles des victimes »
  100. « La réaction très politique de Hillary Clinton et Donald Trump après le crash du MS804 », sur Slate.fr (consulté le 20 mai 2016)
  101. Le pape François présente ses condoléances après le crash de l’avion d’EgyptAir
  102. « Le chef de l'ONU attristé par le crash de l'avion d'Egyptair »,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]