Vol 2286 Trans-Colorado Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vol 2286 Trans-Colorado Airlines
Un Fairchild Metroliner III, similaire à celui impliqué dans l'accident
Un Fairchild Metroliner III, similaire à celui impliqué dans l'accident
Caractéristiques de l'accident
Date19 janvier 1988
TypeCollision avec le sol (controlled flight into terrain)
CausesDescente en dessous de l'altitude de descente, erreurs de pilotage, consommation de cocaïne par le commandant de bord peu avant l'accident
SiteBayfield, Colorado
Coordonnées 37° 13′ nord, 107° 41′ ouest
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilFairchild Metroliner
CompagnieTrans-Colorado Airlines (pour Continental Express)
No  d'identificationN68TC
Lieu d'origineAéroport international Stapleton, Denver, Colorado, États-Unis
Lieu de destinationAéroport de Durango-La Plata, Durango, Colorado, États-Unis
PhaseApproche
Passagers15
Équipage2
Morts9
Survivants8

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
localisation

Le vol Trans-Colorado Airlines 2286 (opérant sous le nom de vol Continental Express 2286) était un vol intérieur régulier de passagers reliant Denver à Durango dans le Colorado, opéré pour Continental Express par Trans-Colorado Airlines. Le 19 janvier 1988, le Fairchild Metroliner III du vol 2286 s'est écrasé près de Bayfield, au Colorado, alors qu'il approchait de l'aéroport de Durango-La Plata. Sur les 17 personnes à bord, 9 ont été tués, dont les deux membres d'équipage [1].

L'avion[modifier | modifier le code]

Le vol 2286 était exploité par un avion à deux turbopropulseurs Fairchild Metroliner III (numéro d'immatriculation N68TC). Construit à l'origine en 1981, cet avion avait été acquis par Trans-Colorado en 1986. Le Metro III avait totalisé environ 12 000 heures de vol au moment de l'accident. L'avion n'était pas équipé d'un enregistreur de conversations du poste de pilotage (CVR) ni d'un enregistreur de données de vol (FDR), et la FAA n'exigeait pas que de tels petits aéronefs régionaux soient équipés de tels enregistreurs à ce moment-là. Après l'accident, la FAA a imposé l'installation d'enregistreurs de vol dans tous les aéronefs effectuant des vols réguliers.

Accident[modifier | modifier le code]

Le vol 2286 a quitté l'aéroport international Stapleton de Denver à 18 h 20 (heure locale) à destination de l'aéroport de Durango-La Plata. Au total, 15 passagers et deux pilotes étaient à bord.

À 18 h 53, le vol 2286 a indiqué avoir atteint son altitude de croisière de 23 000 pieds (environ 7 000 mètres). Le contrôleur aérien a avisé le vol 2286 d’une visibilité réduite sur Durango, avec un plafond de 800 pieds (environ 250 mètres) seulement avec de la neige et du brouillard dans la région. À 19 heures, les contrôleurs ont demandé au vol 2286 s'ils souhaitaient effectuer une approche ILS (système d'atterrissage aux instruments) sur la piste 02 ou une approche moins précise sur la piste 20 de Durango. Depuis la position de l'avion, pour effectuer l’atterrissage avec l’ILS, il aurait fallu effectuer un détour pour entamer l’approche sur la piste 02, ajoutant 10 minutes au vol par rapport à une approche plus directe sur la piste 20. Le commandant de bord Stephen Silver, qui avait la réputation d'être un pilote capable de rattraper le temps perdu et d'essayer d'arriver à l'heure, a choisi l'approche sur la piste 20 pour gagner du temps. Le commandant Silver a autorisé l'officier pilote de ligne Ralph Harvey à commencer l'approche sur Durango.

À 19 h 03, le vol 2286 est autorisé à commencer sa descente à partir de 23 000 pieds. Afin de réaliser une approche directe de Durango, le copilote effectue une descente rapide de 3 000 pieds par minute, soit plus de trois fois le taux prévu pour l'approche. À 19 h 14, le vol reçoit l'autorisation pour l'approche sur la piste 20 et indique avoir atteint 14 000 pieds. Le vol 2286 poursuit sa descente jusqu'à ce qu'il heurte le sol et s'immobilise à environ 8 kilomètres de l’aéroport.

Un survivant de l'accident a parcouru plus de 2 kilomètres dans la neige pour rechercher de l'aide. Les deux pilotes et sept passagers ont été tués dans l'accident [2].

Enquête[modifier | modifier le code]

L’accident a fait l’objet d’une enquête du NTSB (Conseil national de la sécurité des transports américain).

Les enquêteurs ont appris que le copilote Ralph Harvey avait des antécédents d'abus d'alcool [3]. Cependant, ce dernier avait passé un examen physique la veille de l'accident et n'avait à ce moment-là pas d'alcool ni drogue illégale dans le sang. Les tests réalisés sur son corps indiquent qu'il était négatif pour l'alcool ou les drogues.

Au cours de l'enquête, un pilote a informé le NTSB qu'après l'accident, il avait rencontré une femme prétendant être la fiancée du commandant Stephen Silver. La femme a affirmé avoir " fait un sac de cocaïne " avec Silver la nuit précédant l'accident. Le NTSB a tenté de contacter et de poser des questions à la femme, mais n'y est jamais parvenu.

Cependant, des tests réalisés sur le corps du commandant de bord du vol 2286 ont révélé des traces de cocaïne dans le sang et l'urine [4],[5],[6],[7]. Le NTSB a conclu que Silver avait probablement consommé de la cocaïne 12 à 18 heures avant l'accident et que ses compétences de pilote avaient probablement été dégradées du fait de sa consommation de drogue.

Le 4 février 1989, le NTSB publie son rapport final sur le vol 2286, dans lequel il indique sa découverte sur la cause probable de l'accident [8] :

Le NTSB détermine que la cause probable de l'accident est le vol du copilote en dessous du profil de descente publié et la surveillance inefficace du commandant de bord lors d’une approche non stabilisée. La dégradation des performances du commandant de bord résultant de sa consommation de cocaïne peu avant le vol a contribué à l’accident [8].

De plus, l'appareil n'était pas équipé d'un système d'avertissement de proximité avec le sol (GPWS) qui aurait, peut-être, permis d'avertir les pilotes du rapprochement avec le relief et ainsi d'éviter l'accident. En effet, selon les enquêteurs, si l'appareil avait été équipé d'un GPWS, celui-ci aurait averti les pilotes près de 23 secondes avant l'impact avec le sol [8](p33).

Médias[modifier | modifier le code]

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télévisée Air Crash nommé « Approche dangereuse » (saison 16 - épisode 6).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Plane Crash Kills Eight in Colo.; Survivors Hike Out », sur Los Angeles Times, (consulté le 15 octobre 2019)
  2. (en-US) « Crash Survivors Hike Out in Deep Snow », sur Los Angeles Times, (consulté le 15 octobre 2019)
  3. (en) « COPILOT OF CRASHED AIRCRAFT HAD HISTORY OF ALCOHOL ABUSE », sur washingtonpost.com, (consulté le 18 novembre 2019)
  4. (en) Frank T. Csongos, « Cocaine link to commuter airline crash called 'tragic reminder" », sur upi.com, (consulté le 15 octobre 2019)
  5. (en) Nell Henderson, « COCAINE DETECTED IN BODY OF PILOT IN COMMUTER CRASH », sur washingtonpost.com, (consulté le 18 novembre 2019)
  6. (en-US) « Traces of Cocaine Found in Pilot of Plane That Crashed, Killing Nine », sur Los Angeles Times, (consulté le 15 octobre 2019)
  7. (en) Richard Witkin, « Cocaine Traces Are Found In Pilot Who Died in Crash », sur nytimes.com, (consulté le 18 novembre 2019)
  8. a b et c (en) NTSB, « Aircraft Accident Report - Trans-Colorado Airlines Flight 2286 », (consulté le 18 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]