Voivod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Voïvode.
Voivod
Description de cette image, également commentée ci-après
Voivod au Masters of Rock à Vizovice en 2009.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Thrash metal, heavy metal, metal alternatif[1],[2],[3], metal industriel, rock progressif, speed metal[4]
Années actives Depuis 1982
Labels Metal Blade Records, Noise Records, MCA Records, Mausoleum, Hypnotic Records, Chophouse Records, The End Records
Site officiel www.www.voivod.net
Composition du groupe
Membres Denis Bélanger
Michel Langevin
Daniel Mongrain
Dominique laroche
Anciens membres Éric Forrest
Denis « Piggy » D'Amour (†[5])
Jason Newsted
Pierre St Jean
Jean-Yves Thériault

Voivod est un groupe de thrash metal canadien, originaire de Jonquière, Saguenay, au Québec. Formé en 1982, le groupe comprend Denis « Piggy » D'Amour (guitare), Jean-Yves « Blacky » Thériault (basse), Denis « Snake » Bélanger (voix), et Michel « Away » Langevin (batterie).

Le Voivod est un chevalier-vampire-androïde de l'ère post-nucléaire. Inspiré d'une légende transylvanienne, cet antihéros est sorti tout droit de l'imaginaire de Away, le batteur, auteur et illustrateur du groupe. Le personnage Voivod évolue et se métamorphose d'un album à l'autre jusqu'à l'album Voivod en 2003. Par contre, il reviendra à la demande de Blacky pour l'album Target Earth (2013).

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1982–1990)[modifier | modifier le code]

Voivod en 1986.

Voivod est formé en 1982 à Jonquière, dans la ville de Saguenay, au Québec, Canada, par Denis « Piggy » D'Amour (guitare). En 1983, il est rejoint par le chanteur Denis « Snake »[6]. En 1983, le groupe rejoint Exciter en tournée. En milieu d'année, le groupe publie sa première démo, Anachronisme, enregistré pendant l'un de leurs concerts. Au début de 1984 sort la démo To the Death, qui comprend des compositions originales. La démo qui suit, Morgoth Invasion est, pour l'auteur Ian Christe, l'une des plus importantes de la scène metal des années 1980[7]. À cette période, Voivod est déjà connu du milieu underground.

Avant même que le groupe tourne avec Celtic Frost, Possessed, Destruction et Nasty Savage au festival World War III à Montréal, autour de novembre 1985; c'est Maurice Richard qui, peu de temps après avoir prit la gérance de Helter Skelter, prend aussi Voivod sous son aile. C'est même grâce à leur gérant qu'ils décrochent un premier gros contrat au Spectrum de Montréal. Les concerts se suivent et l'énergie du groupe persiste. Le 4 avril 1985, Voivod sort pour la première fois du pays et enflamme la scène de New York. C'était leur première représentation hors du pays. Peu de temps après, le groupe signe un contrat d'enregistrement avec le label allemand Noise Records. En 1986, le groupe publie son deuxième album Rrröööaaarrr. Ils joueront ensuite avec Celtic Frost et Running Wild. Dans une interview en 1987 concernant l'album Killing Technology, Michel Langevin décrit pour la première fois le style du groupe sous le terme de « space metal »[8]. Toujours en 1987, le groupe sort un single intitulé Cockroaches. Le titre s'inspire du fait que les cafards seraient les seules espèces à survivre à une guerre nucléaire. L'idée de la chanson vient de Michel Langevin, en raison du nombre de cafards dans l'appartement du groupe à Montréal[9].

Après une tournée avec Possessed et Deathrow en 1988 en soutien à l'album Dimension Hatröss, Denis D'Amour est diagnostiqué d'une tumeur qu'il combattra avec succès grâce à la chimiothérapie. La tournée qui suit s'effectuera en Amérique du Nord. Aux États-Unis, ils jouent avec Soundgarden et Faith No More, et au Canada avec Rush. En fin 1989, ils annonce une tournée européenne pour le début des années 1990, repoussée à plusieurs reprises, puis annulée, en raison de problèmes financiers liés à leur label[10].

Période progressive (1991–1999)[modifier | modifier le code]

Denis Belanger au Gods of Metal en 2009.

Après sa séparation avec Noise Records, le groupe signe chez MCA Records, qui leur permet d'obtenir un budget plus conséquent pour leur future production. Ils publient leur cinquième album studio, Nothingface en 1989, qui se caractérise thrash metal orienté progressif[10]. L'album est le plus grand succès de l'histoire du groupe, atteignant la 114e place des classements américains.

Pendant la pré-production de l'album suivant, Angel rat, en 1991, des divergences musicales entre le bassiste Jean-Yves Thériault (Blacky) et le reste du groupe font surface. Après les enregistrements, Thériault quitte le groupe, et est remplacé par un bassiste de session. Ils publient les albums studio Angel rat et The Outer Limits, dont le titre rend hommage à la série télévisée éponyme des années 1960[10]. Après leur tournée qui suit, le chanteur Denis Belanger, qui souffre d'une grave dépression, quitte le groupe en 1995. Leur contrat avec MCA Records n'est pas renouvelé. Le batteur Michel Langevin décide alors également quitter le groupe et de poursuivre son activité professionnelle de concepteur graphique sur ordinateur. Après s'être fait encourager par les Ramones en concert à Montréal, Langevin et D'Amour continuent Voivod d'une manière déterminée[9].

Lors d'un concert à Toronto, l'agent de Voivod fait la rencontre du chanteur et bassiste Éric Forrest. Après une jam session avec Langevin et D'Amour, Forrest devient l'un de leurs membres[11]. Selon Langevin, Forrest apportera de nouvelles idées au groupe à la fin des années 1990[9]. Voivod conclut un accord avec le label Hypnotic Records, et change de direction musicale. Ils mêlent désormais thrash metal des années 1980 et éléments progressifs et industriels. Leur album Negatron (1995) se vend à environ 75 000 exemplaires à l'international[12]. En 1997 sort l'album Phobos qui rappelle un son influencé musique électronique et space rock moderne à la Hawkwind[12].

Pour l'album, Jason Newsted (ex-Metallica) contribue au morceau M-Body[10]. Les textes du morceau D.N.A. sont de Jim « Foetus » Thirlwell[9]. Le groupe collabroe également avec Ivan Doroschuk deu groupe canadien Men Without Hats[12]. Michel Langevin décrit l'album comme un hommage aux « fans de hardcore ... qui, pendant des années, assistent à nos concerts et, malgré toutes les mauvaises passes, nous sont restés fidèles[12]. » En 1998 sort l'album Kronik, qui comprend d'anciens enregistrements live et des chansons inédites et remixées. Pour l'album live Voivod Lives, le groupe ajoute sur son site web la possibilité pour les internautes de voter leurs chansons préférées. En août 1998, leur bus de tournée se renverse sur le chemin du Wacken Open Air en Allemagne. Le chanteur et bassiste Éric Forrest est grièvement blessé dans l'accident, et est tombé pendant neuf mois dans le coma. Son cerveau n'ayant subi aucune lésion, Forrest prend plusieurs de convalescence. En fin 1999, Forrest rejoint le groupe[13]. Il est cependant remplacé en studio par Jason Newsted.

Retour aux racines (2001–2009)[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Thériault au Gods of Metal, en 2009.

Éric Forrest décide de quitter le groupe. Ce départ n'est lié ni à l'accident, ni à l'arrivée de l'ancien bassiste de Metallica, Jason Newsted[14]. Dans une interview, Forrest déclare en 2008 avoir quitté Voivod en bons termes[15]. Forrest nie également que sa santé est la cause de son éviction[16]. Le groupe rejoint le label canadien Chophouse, et enregistre un album sous le titre de The Multiverse[14], qui est ensuite changé pour Voivod et publié en 2003. De son côté, Eric Forrest forme le groupe E-Force, au sein duquel il joue un style musical similaire à celui de Voivod.

Depuis la mort de Piggy à la suite d'un cancer du côlon, le 25 août 2005[5], le groupe Voivod possède deux formations bien distincts : la formation studio, dont fait toujours partie Jason Newsted, et la formation live, au sein de laquelle Piggy est remplacé par Daniel Mongrain du groupe canadien Martyr. Jason Newsted, ne pouvant provisoirement pas assurer les tournées du groupe, est remplacé en concert par Jean-Yves « Blacky » Thériault, bassiste original de Voivod.

Target Earth (2010–2013)[modifier | modifier le code]

À partir de 2010, le groupe se met à écrire et enregistrer de toutes nouvelles chansons avec les membres Jean-Yves Thériault et Daniel Mongrain et sans Jason Newsted. Ce sont les premières chansons écrites du groupe depuis la mort de Denis d'Amour en 2005 vu que les deux derniers albums Katorz et Infini ne contiennent que des chansons faites à partir des enregistrements de leur ancien guitariste légendaire[17].

Le 4 juillet 2012, Voivod annonce le titre de son treizième album studio, Target Earth, qui sera publié le 22 janvier 2013[18]. Target Earth se caractérise par un son plus progressif que ses prédécesseurs, et marque le retour d'un Voivod plus « classique » dans la lignée de Dimension Hatröss et Nothingface. Toutes les chansons sont écrites par Blacky et Chewy, les paroles par Snake, et la pochette est réalisée par Away[19].

Post Society (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Le 10 juillet 2014, Blacky est annoncé une nouvelle fois hors du groupe[20]. En réalité, il est renvoyé, puis ignoré, par les autres membres. En fin janvier 2015, le groupe publie le nouveau single We Are Connected, qui est le premier single d'un split avec le groupe At the Gates. Il fait participer pour la première fois le bassiste Dominic « Rocky » Laroche. Ils publient également un EP six pistes intitulé Post Society, qui comprend deux nouvelles chansons et une reprise de la chanson Silver Machine de Hawkwind, le 26 février 2016[21]. Voivod annonce un quatorzième album studio[22], prévu pour 2017[23],[24].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Michel Langevin (Away) - batterie (depuis 1982)
  • Denis Bélanger (Snake) – chant (1982-1994, depuis 2002)
  • Daniel Mongrain (Chewy) - guitare (depuis 2008)
  • Dominique Laroche (Rock) - basse (depuis 2014)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Éric Forrest - basse, chant (1993-2001)
  • Pierre Saint-Jean - basse (1991-1992)
  • Blacky (Jean-Yves Thériault) - basse (1982-1991, 2008-2014)
  • Jason Newsted - basse (2003-2008)

Membres de session[modifier | modifier le code]

  • Pierre St-Jean – basse (1992–1993)
  • Martin Bolduc – basse (1993–1994)
  • Gilles Brisebois – basse (1994)
  • Vincent Peake – basse (2002)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Post Society

Compilations et albums live[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Best of Voivod
  • 1998 : Kronik (inédits, live et remixes)
  • 1998 : Voivod Lives (album live)
  • 2011 : Warriors of Ice (album live)
  • 2011 : To the Death 84 (réédition du démo du même nom de 1984)
  • 2012 : Live at Roadburn 2011 (sortie en vinyle limitée à 500 copies)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Loud Love: Soundgarden and the Heyday of Alternative Metal - Noisey » (consulté le 5 janvier 2017).
  2. (en) https://www.vh1.com/news/203649/alt-metal-a-to-z/
  3. (en) Christe, Ian (2003). Sound of the Beast: The Complete Headbanging History of Heavy Metal. HarperCollins. Chapter 13 Transforming the 1990s: The Black Album & Beyond.
  4. (en) Sharpe-Young, Garry, « Voivod », MusicMight (consulté le 23 mai 2010).
  5. a et b (de) Voivod. Piggys Tod. Metal Hammer, octobre 2005, page 10.
  6. (en) Glenn Salter, « Interview mit Voivod », sur Metallic Assault Fanzine, (consulté le 27 novembre 2012).
  7. (en) Ian Christe, Sound of the Beast. The Complete Headbanging History of Heavy Metal, ItBooks, (ISBN 978-0-380811-27-4), p. 114.
  8. Monte Connor, « Interview mit Away », sur Metal Mania, (consulté le 27 novembre 2012).
  9. a, b, c et d (de) Hanno Kress, Voivod: Den letzten beißt die Ameise, Rock Hard, chap. 101.
  10. a, b, c et d (de) Holger Stratmann, RockHard Enzyklopädie, Dortmund, Rock Hard, (ISBN 3-9805171-0-1), p. 454.
  11. (de) « Voivod: Starwars für die Sinne », sur Intro Online, (consulté le 18 juin 2009).
  12. a, b, c et d (de) Wolf-Rüdiger Mühlmann, Voivod: Die Macht der Maschine, Rock Hard, chap. 124.
  13. (de) Wolf-Rüdiger Mühlmann, Voivod: Das letzte Kapitel der Menschmaschine, Rock Hard, chap. 155.
  14. a et b (de) Wolf-Rüdiger Mühlmann, Voivod: Die Maschine stirbt im Krieg, chap. 188.
  15. (en) « E-Force and life after Voivod », sur brutalism.com, (consulté le 27 novembre 2012).
  16. (en) « News-Archiv vom 16. August 2001 », sur Blabbermouth.net (consulté le 21 juin 2009).
  17. (en) Ken Kelley, « Voivod look to the future », The MusicNerd Chronicles, (consulté le 16 juillet 2010).
  18. (en) « VOIVOD: New Album Title, Band Logo Unveiled », Blabbermouth.net (consulté le 4 juillet 2012).
  19. (en) Greg Pratt, « Voivod - Away Mission • Interviews • », exclaim.ca (consulté le 29 juillet 2014).
  20. (en) « Voivod Parts Ways With Bassist Jean Yves 'Blacky' Theriault », Blabbermouth.net, (consulté le 10 juillet 2014).
  21. (en) « Voivod To Release 'Post Society' EP In February », Blabbermouth.net, (consulté le 23 décembre 2015).
  22. (en) « Away: New Voivod Album To Arrive In 2016 », Blabbermouth.net, (consulté le 20 mai 2015).
  23. (en) « Voivod Lives: Michel "Away" Langevin on Lineups, Lemmy and Keeping the Band Alive », joelgausten.com, (consulté le 6 février 2016).
  24. (en) « VOIVOD Announce European 2016 tour with Entombed A.D. », voivod.net, (consulté le 15 juillet 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]