Voiture volante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aerobile Waterman au musée de l'air et de l'espace Smithsonian de Dulles en Virginie.

Le terme voiture volante est utilisé pour désigner un véhicule hybride ayant, plus ou moins, les capacités d'un avion et d'une automobile avec souvent une autonomie limitée.

Le terme de voiture volante peut faire référence suivant le cas, et suivant le sens soit à une automobile, soit à une plate-forme, caisse ouverte ou fermée montée (ou pas) sur roues, propulsée par une force motrice, qui sert à transporter des personnes, des objets, mais dans tous les cas, il s'agit d'un véhicule capable de se mouvoir dans l'air, à certaines distances du sol.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'Autocoptère de Jess Dixon, vers 1940.

Dès les débuts de l'aviation, des pionniers ont pensé rassembler dans un même véhicule les avantages de l'un et de l'autre mode :

  • le mode automobile permet le porte-à-porte et l'accès à des zones d'habitat trop dense ou dépourvues d'aérodrome ;
  • le mode avion permet de franchir des distances en principe supérieures dans de meilleures conditions de confort et de rapidité et également les zones maritimes ou dépourvues de routes.

Mais les défauts inhérents à chaque mode, souvent contradictoires, sont à prendre en compte :

  • le rapport poids/puissance d'une automobile est bien supérieur au rapport équivalent d'un avion : la motorisation du mode avion est sur-dimensionnée pour le mode auto ;
  • un véhicule routier doit disposer d'une structure et d'une liaison au sol assurant sa sécurité, une bonne tenue de route et se conformer aux réglementations de circulation (taille, équipements) ;
  • la structure d'un avion, liée à sa voilure et à son dispositif de motorisation est sollicitée en vol et non au roulage ;
  • la motorisation avion doit fonctionner à des altitudes et températures inconnues d'un véhicule automobile ordinaire qui lui-même doit disposer d'une motorisation souple, économe et silencieuse ;
  • les réglementations, les connaissances et les capacités demandées à un conducteur et à un pilote sont très différentes ;
  • etc.

Quelques réalisations[modifier | modifier le code]

On peut citer :

  • l'Autoplane de Glenn Curtiss en 1917 qui ne vola jamais ;
  • l'Aerobile de Waterman en 1937 ;
  • l'Airphibian de R. Fulton en 1945 ;
  • l'Aerocar en 1949 qui fut la seule à avoir été construite en plusieurs exemplaires (six exemplaires) ;
  • l'Aerauto PL.5C italienne en 1950 ;
  • l'Autoplane sur base de Vespa 400 de Robert Lebouder en 1972 qui vola pendant plusieurs années ;
  • l'AVE Mizar à base de Ford Pinto, qui tua son concepteur en 1973 ;
  • le Parajet Skycar de type paramoteur qui a réalisé un raid Londres-Tombouctou en 2009 ;
  • le Pégase est un véhicule aéroterrestre de type buggy (similaire au I-TEC Maverick (en)) qui a reçu le soutien de la direction générale de l'Armement (DGA). Il est développé par la société française Vaylon[1] qui est spécialisée dans les véhicules proposant des nouveaux moyens de mobilité. Le véhicule Pégase a été conçu pour répondre aux règles d'homologation routière européenne (catégorie L7e) et pour correspondre à la réglementation aérienne ULM - classe 1 (paramoteur) telle que définie par la direction générale de l'Aviation civile (DGAC). Le Pégase est également connu sous le nom de « buggy volant »[2]. Ce véhicule s'adresse aux marchés civil (loisirs), professionnel et de Défense. Il est commercialisé depuis 2016 ; le , un véhicule Pégase à survolé la Manche, ralliant par les airs l'Angleterre au départ de la France en 45 min, à une vitesse maximale inférieure à 70 km/h et à une altitude de 3 000 m[3],[4] ;
  • le Terrafugia Transition qui a également fait son premier vol en 2009. Ce véhicule conçu par une entreprise américaine a obtenu les dérogations nécessaires (dépassement de 50 kg la limite de poids autorisée par la FAA), indispensables à son homologation routière, en juin 2010. Ce modèle ayant reçu la certification FAA fin dans la catégorie Light Sport Aircraft, son prix de vente 2013 est établi à 215 000 € ;
  • l'autre projet de la même firme Terrafugia TF-X se basant sur un modèle à décollage vertical n'existe pour l'instant qu'à l'état de maquette virtuelle[5] ;
  • le prototype Vahana d'Airbus A3, sorte de drone à décollage vertical à huit moteurs, qui sera testé en 2017[6] ;
  • l'AeroMobil est un avion slovaque convertible en véhicule automobile conçu et construit par la société slovaque AeroMobil ;
  • le prototype Lilium Jet, développé par l'entreprise Lilium, qui décolle verticalement. Le premier prototype a décollé en 2017.

D'autres concepts comme l'Aerocar 2000 ou l'iCar 101 Ultimate[7] français sont toujours à l'état de projets sur le papier.

Contrairement à ce que l'on trouve parfois écrit, le prototype américain Moller M400 Skycar n'est pas une voiture volante mais un engin ADAV qui serait incapable de circuler sur route.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Projets 2019[modifier | modifier le code]

Le projet de la société de Franky Zapata, dénommé « Jet-Racer », est une voiture volante monoplace, grise et rouge, pouvant transporter 60 kg à 400 km/h avec 20 min d'autonomie, volant entre 0 et 150 m au-dessus du sol, pouvant atterrir à la verticale sur une plaque métallique carrée de 2 m de côté, brevetée en 2018, clandestinement démontré à la DGAC en , et devant être démontré au public avant Noël 2019 à Hawaï[8].

En , c’est au tour de Porsche et Boeing de s’associer pour développer un projet commun de voitures volantes[9].

Réglementations[modifier | modifier le code]

Les voitures volantes sont soumises à plusieurs réglementations pratiques mises en place au niveau régional. C'est pourquoi plusieurs associations nationales ont été établies, dont l'« Association française pour les voitures volantes » (AFVV). De plus, l'association européenne (EFCA), représente, au niveau européen, ces différentes associations nationales[10].

En Europe, les taxis volants pourraient être certifiés en tant qu'avion à décollage et atterrissage vertical (ADAV ou VTOL) par l'Agence européenne de la sécurité aérienne[11]. Il s'agit de véhicules d'une masse inférieure à deux tonnes et pouvant transporter jusqu'à cinq personnes[12]. Du point de vue de la certification, une exigence propose qu'une voiture volante puisse atterrir en cas d'urgence[12].

Concours[modifier | modifier le code]

En 2016, l'association européenne EFCA annonçait l'organisation de la première compétition pour voitures volantes en Europe. Le prix ERAP sera organisé en 2018 en Grèce. Il y aura deux compétitions, une compétition rallye pour des voitures volantes tout-terrain et l'autre pour des voitures qui ressemblent plutôt aux F1[13].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En science-fiction[modifier | modifier le code]

La science-fiction a ainsi fréquemment présenté des voitures volantes permettant d'aller très rapidement d'un point à un autre et décollant dès que nécessaire : par exemple la « voiture volante » Delorean du film Retour vers le futur, celle des aventures de Harry Potter ou encore les taxis volants du Cinquième élément .

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu Grand Theft Auto V, le scénario Le braquage de la fin du monde permet d'utiliser une voiture volante appelée « Deluxo ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vaylon.
  2. « La DGA organise son 2e forum innovation », sur defense.gouv.fr (consulté le 13 mai 2016)
  3. Antoine Garbay, « La voiture volante française Pégase survole la Manche », sur Le Figaro.fr, 14 juin 2017.
  4. Olivier Aballain, « Calais : Une voiture traverse la Manche par les airs (et on va pouvoir l’acheter) », sur 20 Minutes.fr, 14 juin 2017.
  5. (en) « Terrafugia TF-X » (consulté le 25 octobre 2013).
  6. « Airbus A3 en montre plus sur le projet Vahana », sur Air et Cosmos.com (consulté le 11 décembre 2016).
  7. (en) « iCar 101 Ultimate », iCar-101.com (consulté le 30 janvier 2013).
  8. « Franky Zapata dévoile quelques secrets de sa future voiture volante », sur lepoint.fr, (consulté le 9 novembre 2019).
  9. Frédéric Sergeur, « Porsche et Boeing s'associent pour construire des voitures volantes pour les riches », sur Capital.fr, (consulté le 8 novembre 2019).
  10. (en) « European Flying Car Association (EFCA) » (consulté le 11 septembre 2015).
  11. (en) EASA Publishes VTOL Additional Certification Methods, sur aerocarjournal.com, 30 juin 2020 (consulté le 12 octobre 2020).
  12. a et b (en) Flying cars set to be certified by European regulators, sur driving.co.uk, 23 octobre 2018 (consulté le 12 octobre 2020).
  13. « Rallye ERAP de voitures volantes » (consulté le 21 mars 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Gyger, Les voitures volantes : souvenirs d'un futur rêve, Lausanne (Suisse), Favre, (ISBN 2-828-90842-9)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]