Voiture UIC-Y SNCF

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UIC.
Voiture UIC-Y SNCF
Description de cette image, également commentée ci-après
Une voiture-couchettes UIC-Y "Wasteels" à bogies interchangeables pour les liaisons France-Espagne.
Identification
Type voiture internationale
Maître d’œuvre SNCF
Nombre 1327
Livraison 1963-1976
Aménagement compartiments
Types de voitures
Nombre diagramme compartiments
185
53
305
43
118
175
448
A9
A4B5
B10
A7D
B5D
A4c4B5c5
B9c9
9 c. de 1re cl.
4 + 5
10 c. de 2e cl.
7 + fourgon
5 + fourgon
4+5 couchettes
9 c. couchettes
Caractéristiques techniques
Longueur 24.500 m
Bogies Y24 A
Empattement du bogie 2.300 m
Portes bipivotantes
Vitesse maximale 160 km/h

Les voitures type Y de la SNCF, dites UIC du nom de l'Union Internationale des Chemins de Fer, ont été la première série de la SNCF à mettre en application les recommandations de l'organisme. Elles furent étudiées par la division des études des voitures (DEV) et livrées en 1 327 exemplaires de 1963 à 1976.

Voiture A9r à Bordeaux en 1980.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Parmi les préconisations de l'UIC, on peut citer :

  • intercirculation entre voitures par bourrelets en caoutchouc à la place des soufflets,
  • usage de portes d'accès de type Mielich ; cette porte est à deux battants articulés. Les poignées d'aide à la montée-descente sont situées à l'intérieur des voitures. Elles restent donc propres à l'arrivée.
  • unification des systèmes électriques : la liaison entre voitures de différents pays devient possible,
  • facilité d'entretien : une pièce détériorée doit pouvoir être changée à l'étranger.

Les voitures du type Y, adopté entre autres par les chemins de fer italiens, ont une longueur de 24,500 m.

La première commande intervint en 1960 et la livraison en 1963. Les dernières livraisons se feront en même temps que les premières voitures Corail[1].

Modèle réduit de A4B5 UIC en livrée C160 à bogies Y24 par Roco.

Types de voitures[modifier | modifier le code]

Les voitures UIC sont des voitures à compartiments. On distingue les diagrammes suivants[2] :

  • 185 A9 51 87 19-xx 301 à 528 (xx=70, et 90 pour les voitures Capitole) décomposables en :
    • 30+3+19 A9 51 87 19-70 301 à 330 (commande : 1962, livraison : 1965) puis 51 87 19-70 353 à 555 (c : 1965, l : 1967) et 51 87 19-70 356 à 574 (c : 1966, l : 1967),
    • 23 A9r aptes aux 200 km/h pour le Capitole : 51 87 19-90 334 à 352 (c : 1965, l : 1967) et 375 à 378 (c : 1967, l : 1968),
    • 22 A9r rouges à bogies Y28 E : 51 87 19-70 379 à 400 (c : 1967, l : 1968),
    • 88 A9r rouges à bogies Y24 A : 51 87 19-70 441 à 528 (c : 1968, l : 1970),
  • 43 A7D mixte première classe - fourgon décomposables en 3 sous-séries :
    • 3 A7Dr 51 87 81-90 331 à 333, rouges et aptes aux 200 km/h pour le Capitole, (c : 1965, l :1967),
    • 20 A7Dr 51 87 81-70 401 à 420 rouges à bogies Y28 E, (c : 1967, l : 1970),
    • 20 A7D 51 87 81-70 421 à 440 vertes, (c : 1967, l : 1968),
  • 53 A4B5(x) mixtes, 51 87 39-x0 651 à 703 (c : 1966, l : 1969), les 3 dernières provenant des CFL (UIC 61, l : 1967, reprise : 1973?) ; la partie première classe libère un demi-compartiment pour le service,
  • 305 B10 de deuxième classe, 51 87 20-70 501 à 805, (l : 1964 à 1971)[3], les 5 dernières voitures étant des voitures des CFL (UIC 61, l : 1967, reprise : 1973?)
  • 118 B5Dd2 mixte deuxième classe - fourgon avec compartiment douanable, 51 87 82-70 001 à 118, (c : 1969 & 1970, l : 1972-1973) ; elles reprennent le chaudron des A4B5.
  • 175 A4c4B5c5x mixte couchettes, à toit haut, 51 87 44-70 251 à 425,
  • 448 B9c9x, voitures-couchettes de deuxième classe, reprenant le chaudron des B10 mais avec 9 compartiments commerciaux et le 10e réservé au service.
    • 78 B9c9s puis B9c9x, 51 87 59-70 501 à 578, 1964-1966, de même chaudron que les B10,
    • 370 B9c9x 51 87 59-70 581 à 950, voitures-couchettes de deuxième classe, à toit rehaussé

Les bogies sont des Y24 A sauf pour 42 voitures avec restauration à la place (en livrée rouge) qui étaient équipées de bogies Y28 E. Les 20 voitures-couchettes "Wasteels" du train Puerta del Sol avaient des bogies interchangeables Y16 LMS pour faciliter les échanges à la frontière France-Espagne (changement d'écartement).

Quelques voitures disposent d'un équipement (bogies et freinage) les rendant aptes aux 200 km/h. Ces voitures reçoivent une livrée rouge vif uniforme, avec un bandeau gris dauphin sous les fenêtres, formant des rames homogènes avec les BB 9200 qui les tractent. Cette sous-série est affectée au Capitole, train rapide lancé entre Paris et Toulouse.

Modèle réduit de voiture mixte 2e classe fourgon B7D UIC-Y.

Transformations[modifier | modifier le code]

Les voitures ont subi les transformations suivantes :

  • les 30 A9 de 1962 ont été déclassées en B9 entre juin 1976 et 1980,
  • 136 A9 sont transformées en A4B5 dans les années 1980 ; leurs neuf compartiments de même taille les distinguent des A4B5 d'origine.
  • les 19 A9 de 1966 restantes sont modernisées en A8x.
  • les 43 A7D seront toutes transformées en B7D de deuxième classe.
  • 4 B9c9x à toit rehaussé sont transformées en B10.

Livrées[modifier | modifier le code]

À leur arrivée, les voitures revêtent l'uniforme vert wagon généralisé, égayé seulement par la bande jaune au-dessus des baies des voitures de première classe.

En 1970, la livrée dite C 160 est appliquée au matériel apte à la vitesse de 160 km/h. Les UIC neuves l'adoptent. Il s'agit du vert garrigue 302 en bas de caisse, avec la zone des baies gris aluminium 806 (gris métallisé).

En 1978, le gris perd son métallisé, les portes sont unicolores et cette livrée est étendue à toute la série. Une bande vert clair signale les voitures de seconde classe, au même titre que le jaune pour les premières. Les voitures couchettes prennent la livrée « nuit » bleu avec zone des baies et portes grises.

Les voitures de première classe avec restauration à la place reçoivent une livrée rouge vif uniforme, avec un bandeau gris dauphin sous les fenêtres, emblématique du Capitole.

3 B7D prendront vers 2005 la livrée des TER PACA.

Utilisation[modifier | modifier le code]

À leur entrée en service, les voitures UIC sont attribuées aux grands trains nationaux qu'elles assureront jusqu'à l'arrivée massive des Voitures Corail. Par la suite, elles sont reversées dans la réserve pour les grands départs, et au service omnibus régional, permettant la radiation de séries datant des compagnies privées d'avant 1938. Les voitures UIC ont ainsi souvent formé des rames avec les voitures USI de la même livrée vert-béton.

Même si la plupart de ces voitures a été réformée elles sont encore présentes en 2006 sur certains trains spéciaux.

Quelques A4c4B5c5x mixte couchettes ont été modifiées en voitures de cantonnement pour les trains de secours de l'infrastructure. De livrée bleu et blanc, la partie 1re classe sert de dortoir et la partie seconde est transformée en salle de repas ou de réunion.

Les voitures UIC-Y à l’étranger[modifier | modifier le code]

En 1965, les CFL ont commandé 3 voitures UIC de type A4B5 et 5 voitures de type B10 livrées en 1967. Elles ont plus tard été revendues à la SNCF.

En 1994, la SNCB racheta 14 voitures UIC de type B10 ainsi que 69 voitures USI. Elles furent désignées voitures K4 et mises hors service en 2006 après avoir été louées aux chemins de fer hollandais.

Les chemins de fer du Monténégro ont racheté d’occasion quelques voitures A4c4B5c5x qui ont bénéficié d’une rénovation[4].

Voitures préservées[modifier | modifier le code]

L'Association du Train Touristique du Centre Var[5] préserve 2 voitures UIC :

  • la B5D 50 87 82-70 092-8
  • la A4c4B5c5ux 51 87 44-70 115-3

Le COPEF a repris[6] depuis 1994 :

  • la A7D ex Capitole transformée en voiture-bar B6r 50 87 02-70 178-2.

L'APMFS préserve également des voitures UIC.

Modélisme[modifier | modifier le code]

La marque Jouef a reproduit les A9, B10 et A7D.

La marque Roco a reproduit les A4B5, B10, A puis B7D, A4c4B5c5x et B9c9x.h

La marque REE modèles reproduit depuis 2016 les A9 puis A4B5 dérivées, B10, A4B5 avec demi-compartiment de service, A puis B7D et B5D.

La marque R37 reproduit également depuis 2016 les A9 puis A4B5 dérivées, B10, A puis B7D, B5D, B9c9x et A4c4B5c5x. Les voitures sont éclairées.

La marque Artrain reproduit les versions A9 puis A4B5 dérivées, B10, A puis B7D, a l'echelle N

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Papazian, Encyclopédie du train, volume 2, voitures & wagons, éditions E.T.A.I., 2002. (ISBN 2-7268-8574-8)