Voiture Mauzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauzin.
Voiture Mauzin
Voiture SNCF Mauzin.

Voiture SNCF Mauzin.

Identification
Exploitant(s) SNCF Réseau
Type véhicule de mesure
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Vitesse maximale 160 (200) km/h

[1],[2],[3]

Les voitures Mauzin sont des voitures d'enregistrement de la géométrie des voies ferrées et permettent donc la localisation et la mesure des défauts et déformations des voies ferrées. Elles furent inventées par André Mauzin (1901-1995), ingénieur en chef de la SNCF et directeur de la Section d'Essais et Recherche de la SNCF (Direction du Matériel).

Ces voitures servent encore à l'heure actuelle à l'inspection des voies de la SNCF et de la SNCB, sous la houlette de la Division de l'infrastructure de la SNCF. Mauzin fut au préalable l'inventeur de petites remorques de draisine pour l'auscultation des voies secondaires  : les « Mauzinettes »[4],[5], qui sont elles aussi toujours en service.

La SNCF a adapté sur ce principe une voiture TGV, nommée Mélusine, afin de mesurer les paramètres de géométrie de la voie d'une ligne à grande vitesse, cette voiture s'insérait entre une motrice et le reste de la rame. Puis c'est une rame complète qui a été modifiée pour ces missions : l'Iris 320 roule à grande vitesse (320 km/h). Cette rame peut donc facilement s'insérer dans les circulations TGV sans perturber le trafic. Toutefois, l'homologation de la LN6 (LGV Est Européenne) s'est faite avec le concours d'une voiture Mauzin[réf. souhaitée].

Les premières rames Mauzin étaient limitées à 160 km/h (200 km/h sur certaines lignes).

Tous les équipements électriques basse tension (220 volts) sont alimentés par un groupe électrogène, excepté le chauffage qui demande une puissance supérieure donc par la ligne de train haute tension (entre 1000 et 3000 V).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, pages 132, 133, 136, 151, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3).
  2. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF (en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année).
  3. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF (un article par trimestre).
  4. Draisine mauzinette
  5. La draisine Mauzinette et son wagon d'accompagnement

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :