Voiture M6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M6 (homonymie).
Voiture M6
Description de cette image, également commentée ci-après
Rame de M6 à Bruxelles-Midi, voiture pilote en tête.
Identification
Exploitant(s) SNCB
Type voiture régionale
Période de service 2002 à nos jours
Aménagement deux niveaux, sièges individuels
Types
Nombre Type
UIC
places
assises
numéros
SNCB
76
276
76
64
A
B
BD
BDx
124 pl.
140 pl.
103 pl.
136 pl.
61001-61076
62001-62276
69001-69076
65001-65064
Caractéristiques techniques
Tare (B-BDx) 49,9 t
(A) 49,7 t
(BD) 49,6 t
Longueur 26,80 m
Largeur 2,83 m
Hauteur 4,776 m
Bogies ANF
Portes rouge
Vitesse maximale 160 ou 200 km/h

Les voitures M6 sont des voitures à double étage appartenant à la SNCB. Ces voitures sont principalement utilisées dans la desserte de trains Intercity et les trains P (heure de pointe) longues distances qui desservent la capitale Bruxelles.

Depuis décembre 2013, certaines voitures M6 sont homologuées pour atteindre la vitesse de 200km/h, elles peuvent donc emprunter les lignes à grande vitesses. Elles sont reconnaissables de par leurs logos 200≡ (situé sur chaque côté de chaque voiture) et ont été mises en service sur la relation IC A (IC-01 depuis 2014) : Eupen - Ostende (cinq paires de trains seulement, la majeure partie restant desservie par des voitures I11)[1]. À la suite de leur mauvais comportement à 200 km/h, notamment un phénomène d'oscillation latérale, elles ont été chassées de cette relation à grande vitesse en 2015 et sont actuellement[Quand ?] limitées à 170 km/h sur LGV et utilisées sur les IC-12: Welkenraedt - Courtrai.

Voiture M6 de seconde classe

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Quatre types de configuration sont disponibles :

  • voiture de première classe (sur les deux niveaux) dite de type A ;
  • voiture de seconde classe (sur les deux niveaux également) dite de type B ;
  • voiture multifonction, composées d'un second niveau initialement réservés aux fumeurs des deux classes, et déclassée intégralement en seconde classe depuis l'interdiction de fumer. Le premier niveau est accessible aux personnes à mobilité réduite (en ce compris des WC adaptés) grâce à une porte à accès surbaissé, et équipé de sièges longitudinaux à assise rabattable afin d'y installer des chaises roulantes ou des vélos. Cette voiture comporte également un compartiment de service pour le personnel, et est dite de type BD ;
  • voiture pilote, de seconde classe, dite de type BDx.

En théorie, elles forment des demi rames composées d'une voiture A, d'une voiture BD, de 2 ou 3 voitures de type B et, le cas échéant, d'une voiture pilote, pour une capacité d'environ 650 places assises.

La moitié des voitures pilotes sont équipées d'attelages automatiques du type GF. Une rame complète est soit composée de deux demi rames avec éventuellement une voiture pilote, et tractées par une motrice, soit de deux demi rames disposant chacune d'une voiture pilote et d'une locomotive permettant une desserte de deux destinations avec tronc commun (comme sur l' ancienne relation Bruxelles - Namur - Liège ou Dinant).

Historique[modifier | modifier le code]

Après l'expérience acquise avec les voitures M5, la première génération à deux niveaux dont la grande capacité n'avait d'égale que l'inconfort, la SNCB prit livraison de matériel très confortable (les automotrices AM96 et voitures grandes lignes I11). Il apparut toutefois que la capacité de ce matériel était insuffisante pour absorber le flot de navetteurs convergeant vers Bruxelles sur de nombreuses lignes par ailleurs proches de la saturation.

La SNCB forma alors le projet d'acquérir du matériel à deux niveaux très confortable. Afin d'avoir une hauteur sous plafond acceptable, ces voitures sortiront du gabarit standard et nécessiteront une adaptation des ponts et tunnels des lignes desservies, alors qu'elles ne seront pas autorisées sur les autres lignes. Le niveau de confort souhaité induit notamment :

  • des sièges individuels avec revêtement en tissu ;
  • la climatisation, couplée à des fenêtres sans ouvrants
  • des portes de séparation intérieures et d'intercirculation automatiques;
  • un système d'information aux voyageurs sonore et par panneaux électroniques intérieurs et extérieurs ;
  • des WCs en circuit fermé ;
  • des prises pour PC portables (sans toutefois en avoir à chaque rangée).

Plusieurs commandes successives furent passées :

  • La commande initiale, en 1999 : 210 voitures (35 A, 140 B, 35 BD) ;
  • En 2004, 70 voitures complémentaires (19 A, 51 B, 23 BD et 32 BDx) ;
  • En 2005, 90 voitures complémentaires (18 A, 36 B, 18 BD et 18 BDx) ;
  • En 2007, 50 voitures complémentaires ;
  • En 2008, 72 voitures complémentaires (dont 10 BDx).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Il est à noter que des modifications dans l'utilisation de ce matériel ont été apportées depuis la mise en application du nouveau plan de transport de la SNCB en décembre 2014.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Voitures "M6 - 200" à peine en service et déjà décriées ! », sur web.archive.org, (consulté le 6 mai 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

La liste du matériel roulant de la SNCB.

Lien externe[modifier | modifier le code]