Voiture électrique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La voiture électrique s'est développée en France surtout à partir de 2011, bien que la France ait été pionnière dans la création des premières voitures électriques au XIXe siècle. Après un premier âge d'or au début du XXe siècle, la voiture électrique a cédé la place aux voitures thermiques, devenues moins chères et jouissant d'une plus grande autonomie.

Les immatriculations de voitures particulières électriques sont passées de 180 en 2010 à 24 910 en 2017 (1,18 % du marché) ; celles d'utilitaires électriques sont passées de 796 en 2010 à 5 556 en 2016 (1,35 % du marché). Le parc français atteignait 66 970 voitures électriques à la fin 2016.

La France dispose fin 2017 de 125 000 points de recharge, dont 51 % dans des entreprises, 36 % dans les garages des particuliers ou en habitat collectif, et 13 % accessibles au public, soit près de 20 000 points publics répartis sur le territoire.

France Stratégie estime qu'un parc automobile français composé uniquement de véhicules électriques consommerait près de 90 TWh par an, soit 20 % de la consommation d'électricité française ou environ la quantité d'électricité exportée par la France en 2015. Le principal problème est le risque de concomitance des recharges : 30 millions de véhicules électriques se rechargeant en même temps à 19 h, même lentement à 3 kW, appelleraient une puissance supplémentaire de 90 GW, soit presque le double de la demande de pointe actuelle. France stratégie en conclut qu'une gestion intelligente, visant à répartir la recharge sur 24 h, doit être prévue dès le départ avec des incitations tarifaires.

L'État accordait dès 2015 aux voitures électriques un bonus écologique fiscal pouvant aller jusqu'à 6 300 € ; la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte institue de surcroît une prime à la conversion pour l'échange d'un véhicule Diesel contre un modèle électrique de 4 000 €, ramenée en 2018 à 2 500 €. Le ministre de l'Écologie d'alors, Nicolas Hulot, a annoncé le l'objectif d'interdire la vente de voitures essence ou Diesel d'ici à 2040. Un fonds pour la mobilité durable sera créé pour financer, entre autres, le déploiement des bornes de recharge électriques.

La Renault ZOE, voiture électrique la plus vendue en France de 2013 à 2018[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers prototypes de voitures électriques utilisaient des batteries qui ne se rechargeaient pas. Le français Gaston Planté invente en 1859 la batterie rechargeable au plomb acide. Le premier modèle probant de voiture électrique est mis au point en 1881 par trois Français : Camille Faure, électro-chimiste qui travaille à l'amélioration des batteries au plomb de Planté, Charles Jeantaud, constructeur automobile, et Nicolas Raffard, ingénieur en mécanique. Gustave Trouvé, ingénieur concepteur d'engins électriques, présente à l'académie des sciences son moteur électrique, qu'il adapte d'abord à une barque, puis à un tricycle. Ce véhicule est présenté à l'Exposition internationale d'Électricité de Paris en novembre 1881 comme la première voiture électrique de l'histoire[2].

Charles Jeantaud produit de 1893 à 1906 une voiture électrique qui porte son nom et bat les records de vitesse : 63 km/h. C'est l'âge d'or du véhicule électrique : près du tiers des véhicules circulant en 1900 sont propulsés par des batteries. Ces voitures électriques ont à cette époque l'avantage d'être très faciles à démarrer et n'ont pas le défaut d'émettre de fumées nauséabondes[2].

Deux voitures électriques des postes parisiennes, livrées le 16 octobre 1904.

La Poste livre le courrier en voiture électrique dès 1901 avec la Mildé, fabriquée à Levallois-Perret, qui possède une autonomie de 50 km, une vitesse de pointe de 15 km/h pour un poids total de près de 1,5 tonnes[2].

Mais les progrès technologiques dans le domaine des batteries sont rares, alors que les progrès du moteur à explosion sont continus. Le coup de grâce est donné à la voiture électrique par le lancement de la Ford T en 1908, qui marque petit à petit la démocratisation du véhicule thermique personnel. La voiture électrique cède la place dans les années 1920 : sa trop faible autonomie la rend incompatible avec les nouveaux usages et les réseaux routiers qui s'étendent. C'est également le début de l'abondance de l'essence bon marché et le défaut de compétitivité économique par rapport aux véhicules thermiques augmente : les Ford industrialisées coûtent jusqu'à deux fois moins cher[2].

En 1973, le premier choc pétrolier redonne sens au concept de la voiture électrique. Durant la première moitié des années 1990, les constructeurs réalisent différent prototypes d'automobiles écologiques. PSA lance une série de modèles de voitures électriques (prototype Peugeot 205 en 1984, l'utilitaire Peugeot J5 en 1989, Peugeot 106 en 1995, Citroën AX en 1993 Saxo en 1997). L'autonomie reste inférieure à 100 km, le prix de vente élevé et le réseau peu enclin à vendre ce genre de véhicule, la diffusion reste faible[3],[4]. Renault proposera des clio, express et teste la Zoom en 1992, une micro-citadine, et s'initie à l'hybride série en 1995 avec le programme Next. En 1995, chaque constructeur français lance quelques flottes test de voitures écologiques auprès d'administrations ou de clients pilotes. En 1996, le prototype Vert de Renault tente de pallier la faiblesse de l'autonomie avec une hybridation série à un générateur au gaz. Renault lance en 2003 un Kangoo Elect'road, véhicule hybride dont la production sera abandonnée après 500 exemplaires vendus[2].

En 2007, la majorité des voitures électriques étaient possédées par des entreprises ou des collectivités territoriales : leur utilisateur était La Poste, qui avait décidé de tester de nouveaux véhicules électriques : des Cleanova II, reposant sur le Renault Kangoo[5]. La distribution du courrier est particulièrement exigeante pour les véhicules, qui subissent une utilisation urbaine intensive et alternent en permanence départs et arrêts ; leur consommation de carburant est ainsi couramment le double de celle d'un véhicule ordinaire.

La Poste souhaitait exploiter, d'ici 2015, un parc automobile de près de 10 000 véhicules légers et utilitaires et envisageait, à terme, d'utiliser uniquement des véhicules électriques[6]. Le Citroën Berlingo électrique est le premier véhicule électrique utilisé par l'entreprise[7] à l'échelle nationale avec 250 unités[8] mises en circulation à travers le territoire français à partir de 2010.

La loi sur l'air impose à certains acteurs (collectivités territoriales, EPIC et entreprises publiques) un taux de renouvellement de 20 % en véhicules fonctionnant à l'électricité ou au GNV ou au GPL.

En France, après le Grenelle de l'environnement, le gouvernement fait du développement des véhicules électriques et hybrides une priorité importante de sa politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le , Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie et Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, présentent un plan national[9] pour la mise en circulation de deux millions de voitures électriques et hybrides en 2020. Dans ce plan sont présentées quatorze actions concrètes afin de favoriser le déploiement de ce nouveau moyen de transport.

Le Gouvernement français signe en une charte[10] avec les constructeurs automobiles PSA et Renault, ainsi que douze villes phares pour l'installation, dès 2011, d'infrastructures de recharge accessibles au public.

En 2010 et 2011, Toyota et EDF ont testé à Strasbourg une nouvelle voiture hybride dérivée de la Prius, en vue d'une future commercialisation. Cette voiture essence hybride, rechargeable sur une prise électrique domestique, permettait pour les petits trajets de rouler exclusivement à l'électricité, la propulsion essence étant réservée aux trajets plus longs[11].

En 2016, les sociétés d'autoroute annoncent « des bornes de charge rapide tous les 80 km » sur Lille-Paris-Lyon-Marseille ainsi que sur la liaison Bordeaux-Narbonne. Ces 200 bornes sont équipées par Sodetrel, Tesla, Nissan et les groupes pétroliers et doivent permettre de recharger des véhicules en une demi-heure[12].

En juin 2018, Renault annonce un plan d'investissement d'un milliard d'euros dans ses usines en France pour accroître ses capacités de production de véhicules électriques : l'usine de Douai accueillera la plate-forme industrielle électrique de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, sur laquelle seront produites à partir de 2021 les voitures à batterie de Renault autres que la Zoe. Les capacités de production de la Zoe à l'usine de Flins (Yvelines) seront doublées, de 60 000 à 120 000 véhicules/an ; l'usine de Cléon triplera sa capacité de production de moteurs électriques, passant à 240 000 unités/an ; l'usine de Maubeuge bénéficiera d'investissements pour la production de la prochaine génération de Kangoo électriques[13].

En 2019, Peugeot commence à assembler des moteurs électriques, à partir de composants achetés à des fournisseurs extérieurs, dans son usine de Trémery, réputée comme le plus grand site au monde pour la production de moteurs Diesel, tombés depuis en déclin. Cette production devrait atteindre 15 000 moteurs en 2019, puis 120 000 en 2020 et 180 000 en 2022. Ensuite, l'usine produira entièrement les moteurs, en coentreprise avec le japonais Nidec, visant un rythme de croisière de 900 000 moteurs en 2025 avec 400 salariés[14].

En juillet 2019, lors de la présentation de la troisième génération de sa Zoe, Renault affirme que son avance lui permet déjà de rentabiliser ses véhicules électriques, même si la marge n'est pas encore au niveau de celle de l'ensemble du groupe[15].

Modèles de l'année 2020[modifier | modifier le code]

Les modèles devant être commercialisés en Europe au cours de l'année 2020[16] :

  • Premier trimestre 2020 :
  • Deuxième trimestre 2020 :
    • Peugeot e-2008 (avril)
    • Audi e-Tron Sportback (printemps)
    • Volkswagen ID 3 (mai)
  • Troisième trimestre 2020 :
    • Volvo XC40 Recharge (juin)
    • Mazda MX-30 (septembre)
  • Quatrième trimestre 2020 :
    • Ford Mustang Mach-E (automne)
    • Lexus UX 300e (fin d’année)
    • Seat El-Born (fin d’année)
    • Opel Mokka X électrique (fin d'année)
    • Audi Q4 e-tron (fin d’année)
    • Porsche Taycan Cross Turismo (fin d’année)
    • Polestar 2 (fin d’année en France)

Statistiques d'immatriculations[modifier | modifier le code]

Immatriculations de voitures électriques en France
Année Voitures particulières Part de marché Utilitaires
2010 180[17] 0,01 % 796
2011 2 630[17] 0,12 % 1 683
2012 5 663[17] 0,30 % 3 651
2013 8 779[18] 0,49 % 5 175
2014 10 560[19] 0,59 % 4 485
2015 17 266[20] 0,90 % 4 949
2016 21 751[21] 1,08 % 5 556[22]
2017 24 910 1,18 %[23] 6 011
2018[24] 31 055 1,49 % 8 103
2019[25] 42 763 1,9 % 7 958
2020[26] 110 916 6,4 % 8 792

En 2020, selon les données du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), la voiture électrique totalise 110 912 immatriculations, soit une part de marché moyenne de 6,4 % et une progression de 169 % par rapport à 2019. La Renault ZOE représente 34 % du marché avec 37 409 immatriculations. Le segment hybride rechargeable passe de 18 592 immatriculations en 2019 à 74 587 immatriculations en 2020, soit une augmentation de 300 % et une part de marché moyenne de 4,5 %. Au total, électrique et hybride rechargeable totalisent 185 499 immatriculations, soit 11 % de l’ensemble des véhicules particuliers neufs vendus en 2020[27]. Alors que les ventes de voitures ont reculé de 25 %, celles des voitures à batteries ont été multipliées par trois par rapport à 2019. Les constructeurs, poussés par les objectifs CO2 européens devenus contraignants, ont enfin proposé une offre, et le marché a suivi grâce à la subvention publique. Les constructeurs nationaux ont totalisé plus de 60 % du marché 100 % électrique : 37,3 % pour Renault et 23,9 % pour PSA, suivis par le groupe Hyundai-Kia (10,7 %), Volkswagen (8,9 %) et Tesla (6,7 %). Le modèle le plus vendu est resté la Renault Zoé (33,7 %), suivie par la Peugeot e208 (14,9 %), la Tesla Model 3 (5,8 %), la Hyundai Kona (4,7 %) et la Kia Niro (4,6 %)[28].

Au premier semestre 2020, les voitures « électrifiées » ont représenté 9,1 % des immatriculations : 45 000 VE (voitures 100 % électriques), soit 6,3 %, et 20 180 PHEV (hybrides rechargeables), soit 2,8 %. Alors que la crise du coronavirus a fait chuter le marché automobile de 38,6 %, les immatriculations de voitures électrifiées ont plus que doublé par rapport à la même période de 2019 ; il s'en est vendu en six mois davantage que sur toute l'année 2019. Ce boom a fait baisser les émissions de CO2 des voitures neuves vendues en France de 112 g/km en moyenne en 2019 à 99 g/km au premier semestre 2020. La Renault ZOE reste en tête avec 17 650 immatriculations, soit 12 % des ventes de Renault, suivie par la Peugeot e-208 avec près de 9 000 unités, qui représenterait 25 à 30 % des ventes de Peugeot 208 en Europe[29].

Les deux premiers mois de 2020 ont connu un boom des immatriculations de voitures « électrifiées » (électriques et hybrides), dont 14 706 immatriculations de modèles de démonstrations des concessions et 1 980 immatriculations par les constructeurs eux-mêmes, soit au total 31,8 % des immatriculations ; 5 787 immatriculations proviennent des loueurs courte durée ; les entreprises ont généré 11,8 % du volume et les loueurs longue durée 10,8 % ; les particuliers représentent seulement 38,5 % du marché de la voiture électrifiée, soit 20 607 immatriculations. Mais cette part de marché est beaucoup plus élevée chez PSA (plus de 50 %) et atteint 51 % pour la Renault Zoé[31].

Immatriculations
  • En vert voitures électriques
  • en bleu véhicules hybrides rechargeables
  • En 2019, les ventes de voitures électriques en France ont progressé de 37,7 %, atteignant 42 764 unités ; la part de marché de la voiture électrique s'est élevée à 1,9 % (2,27 % en décembre). Les hybrides rechargeables ont progressé de 28 % à 18 592 immatriculations[32]. Les modèles les plus vendus ont été la Renault Zoe (44 % de part de marché), la Tesla Model 3 (15 %), la Nissan Leaf (8,7 %) et la BMW i3 (6,5 %)[33]. Le parc de voitures électriques atteignait 166 810 unités fin 2019 (226 800 unités avec les hybrides rechargeables)[34].

    Sur le marché des entreprises, la part de marché des véhicules électriques et hybrides (véhicules particuliers et utilitaires) a atteint 6,5 % en 2019, dont 2,3 % de véhicules 100 % électriques, 1 % d'hybrides rechargeables et 3,2 % d'hybrides classiques. Le segment des électriques pures atteint 20 835 immatriculations, en progression de 21,6 %, dont 6 613 ventes pour la Renault Zoe, 3 554 ventes pour le Renault Kangoo ZE et 2 441 ventes pour la Tesla Model 3[35].

    En 2018, les immatriculations de voitures électriques en France ont progressé de 24,67 %, atteignant 31 055 unités ; la part de marché de la voiture électrique s'est élevée à 1,49 % sur l'année et à 2,68 % en décembre. La Renault Zoé (17 038 immatriculations) et la Nissan Leaf (4 668 immatriculations) accaparent à elles seules près de 70 % de cette part. Les voitures hybrides rechargeables ont atteint une part de 0,62 % avec 13 439 immatriculations (+24,4 %). Le marché des utilitaires électriques a progressé de 34,8 % avec 8 103 immatriculations, dont 4 176 Kangoo ZE[24].

    Le ralentissement de la croissance des ventes au premier semestre 2018 est dû en grande partie aux difficultés de production et d'approvisionnement en batteries pour la Renault Zoé[36].

    Les ventes de voitures électriques sont particulièrement nombreuses dans les plus grandes agglomérations, mais aussi dans des départements ruraux :

    Répartition géographique des ventes de véhicules particuliers 100 % électriques en France en 2018 (non exhaustif)
    Département Immatriculations Part de marché
    Paris 1 599 3,12 %
    Hauts-de-Seine 2 179 2,74 %
    Haute-Garonne 970 2,32 %
    Gers 111 2,23 %
    Alpes-Maritimes 790 2,22 %
    Haute-Savoie 730 2,21 %
    Ardèche 159 2,11 %
    Lot-et-Garonne 211 2,05 %
    Seine-et-Marne 877 2,00 %
    Maine-et-Loire 369 1,99 %
    Indre-et-Loire 328 1,98 %
    Ardennes 143 1,98 %
    Lot 87 1,96 %
    Tarn-et-Garonne 113 1,95 %
    Bouches-du-Rhône 1 082 1,82 %
    Yvelines 1 261 1,73 %
    Rhône 999 1,65 %
    Total en France 31 479 1,45 %
    Source : automobile-propre.com[37], d'après Statistiques développement durable.

    En 2016, la France a immatriculé 29 510 voitures électriques, dont 21 760 voitures à batterie (4,7 % du marché mondial, au quatrième rang derrière la Chine, les États-Unis et la Norvège) et 7 750 voitures voitures hybrides rechargeables, atteignant un parc de 84 000 voitures électriques, dont 66 970 voitures à batterie et 17 030 voitures voitures hybrides rechargeables[38].

    En 2017, Renault a vendu 31 300 ZOE et 4 230 Kangoo ZE, atteignant une part du marché européen de la voiture électrique de 23,8 % ; les ventes de ZOE ont bondi de 44 % par rapport à 2016[39]. Fin 2018, Renault fête le passage du cap des 200 000 véhicules électriques vendus, dont 128 000 ZOE, 37 000 Kangoo et 25 000 Twizy[40].

    En 2016, le marché du véhicule électrique a progressé de 26 % pour atteindre un total de 27 307 immatriculations, dont 21 751 véhicules particuliers électriques (+26 %) et 5 556 véhicules utilitaires électriques (+13 %). Les voitures électriques particulières représentent 1,08 % des ventes d'automobiles neuves, et l'électrique atteint 1,35 % des ventes de véhicules utilitaires neufs. La Renault Zoé est largement en tête avec 11 404 immatriculations parmi les VP et la Renault Kangoo parmi les VU avec 2 389 immatriculations. Le parc français atteint environ 93 000 véhicules électriques en circulation[22].

    Pour la première fois, en 2015, les particuliers sont devenus majoritaires en France dans les achats de voitures électriques (57,4%) et leur poids progresse encore au début 2016 (58,6%). En 2014, les particuliers ne pesaient que 36,3% des achats ; le gros des ventes était alors réalisé par les flottes d'entreprise et les administrations. Les ventes de voitures électriques ont grimpé de 64 % en 2015, à 17 266 unités, et ont presque doublé depuis le début de 2016 : la France est même redevenue le premier marché d'Europe, devant la Norvège[41].

    Sur les 8 000 achats de voitures électriques réalisés en France entre janvier et octobre 2014 (Renault ZOE 51,7 %, Nissan LEAF 17,3 %, Bolloré Bluecar 12,6 %, Smart 5,3 %, Volkswagen 3,8 %, Tesla 2,7 %, BMW i3 : 2,1 % , etc.), seuls 2 365 ont été le fait de particuliers, soit 29,5 % du total. Nissan ne vend que 26 % de ses voitures électriques aux particuliers et Renault 36 % pour la ZOE. Le solde se concentre sur les flottes d'entreprise (2 000 unités, en hausse de 9,8 % depuis janvier), et surtout sur les véhicules de démonstration (3 300 ventes), présentés dans les concessions et laissés à la disposition des clients, ainsi que les véhicules qui seront utilisés par les réseaux d'autopartage. Parmi les 3 300 unités immatriculées, on trouve 1 000 Bluecar de Bolloré, destinées à alimenter Autolib' et les autres réseaux en province[42].

    En 2013, les ventes de voitures électriques connaissent une forte progression en France, selon des chiffres publiés le par l'association Avere : +55 %, mais à des niveaux encore très faibles : 8 779 unités sur un peu moins de 1,8 million de voitures neuves écoulées dans l'Hexagone, soit un peu moins de 0,5 %[43]. En comparaison, en Norvège, les véhicules électriques sont sept fois plus présents qu'en France[44]. La Renault ZOE, la Nissan Leaf et la Bolloré Bluecar utilisées en autopartage sont les plus prisées. Les ventes d'utilitaires légers électriques ont bondi, pour leur part, de 42 %, à 5 175 unités, avec la fourgonnette Renault Kangoo Z.E. en tête[45].

    Au début de , l'alliance Renault-Nissan annonce avoir dépassé les 100 000 livraisons de véhicules électriques ; investissant quatre milliards d'euros dans cette technologie, elle se présente comme le plus grand constructeur de véhicules « zéro émission » du monde. Plus de 71 000 Nissan LEAF sont déjà vendues à cette date, le modèle électrique le plus vendu, dont les principaux marchés sont les États-Unis, avec environ 30 000 exemplaires, le Japon (28 000) et l'Europe (12 000). Aux États-Unis, la Leaf figure parmi les dix véhicules les plus vendus à San Francisco, Seattle et Honolulu ; elle s'inscrit également parmi les dix meilleures ventes en Norvège[46].

    En 2012, la France, avec 5 663 véhicules particuliers et 3 651 utilitaires électriques immatriculés contre, respectivement, 2 630 et 1 683 en 2011, est devenue le premier marché des véhicules particuliers électriques en Europe avec 35 % des ventes[47].

    Marché de l'occasion[modifier | modifier le code]

    En 2019, le marché français du véhicule électrique d’occasion progresse de 55 % par rapport à 2018 avec 19 652 ventes. La Renault Zoé arrive en tête avec 11 944 ventes (+64 %), suivie de la Nissan Leaf : 1 293 ventes (+21 %) et de la BMW i3 : 1 183 ventes (+36 %). La valeur de revente moyenne d’une Renault ZOE est très proche de celle d'une Renault Clio[48].

    En octobre 2020, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, annonce la création d'une aide de 1 000 € pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion. En 2019, les voitures électriques ont représenté seulement 0,3 % de parts de marché de l'occasion ; sur les huit premiers mois de 2020, leurs ventes d'occasion ont progressé de 42 %[49].

    Avec 12 170 ventes en 2018 contre 7 534 en 2017, le marché français de la voiture électrique d'occasion enregistre une progression de 61 % sur un an, représentant désormais 0,22 % du marché (0,13 % en 2017)[50]. Renault a écoulé 7 285 Zoé d'occasion en 2018, en progression de 87 %, soit 60 % du marché de l'électrique d'occasion ; 70 % de ces ventes sont effectuées en location[51].

    Sur les dix premiers mois de 2017, 6 014 ventes de voitures électriques de seconde main ont été conclues contre 4 557 ventes sur l'ensemble de 2016 et 3 730 ventes en 2015 ; mais la décote reste plus élevée que pour les voitures thermiques[52].

    Location de voitures[modifier | modifier le code]

    La plupart des entreprises de location de voitures ont mis en place une offre de location de voitures électriques : à partir de juin 2020 chez Avis[53], de juillet 2020 chez Europcar[54], etc.

    Fin novembre 2020, Michel-Édouard Leclerc annonce que le service de location de voitures E.Leclerc, jusqu'ici équipé de 30 000 véhicules à moteurs thermiques, va acquérir 3000 Dacia Spring et 1000 Renault ZOE en 2021[55].

    Usages[modifier | modifier le code]

    Attentes des consommateurs[modifier | modifier le code]

    Une étude IPSOS publiée le 17 septembre 2018 par l'Avere révèle que 35 % des personnes interrogées ont l'intention d'acheter un véhicule électrique, pourcentage stable depuis 2016, mais qui passe à 49 % chez les personnes ayant déjà testé un véhicule électrique. 67 % des français seraient prêts à passer à l'électrique si le prix d'achat était équivalent à celui d'un modèle thermique ; 60 % réclament une autonomie allant jusqu'à 500 km et 40 % supérieure à ce seuil. Enfin, la transition est conditionnée par la possibilité de recharger facilement à domicile ou à proximité pour 57 % des personnes[56].

    Comportements des consommateurs[modifier | modifier le code]

    En 2019, selon une étude[57] menée en décembre 2019 par l’institut BVA à la demande d’Enedis sur les utilisateurs français de voitures électriques et hybrides rechargeables, 80% des utilisateurs de voiture électrique et 64% de ceux d'hybride rechargeable disposent d'un second véhicule ; parmi les utilisateurs de voiture électrique, 73% l'utilisent comme véhicule principal et 92% parmi ceux d'un véhicule hybride rechargeable. Ils estiment en moyenne l'autonomie de leur voiture à 246 km. 94% des sondés utilisent le véhicule électrique pour les déplacements de tous les jours, en particulier pour les trajets domicile-travail. Ils parcourent en moyenne 43 km par jour (56 km par jour en zone rurale), contre 29 km toutes motorisations confondues[58].

    Pour 90% des sondés, le domicile représente le lieu de recharge principal ; 20% des sondés rechargent tous les jours. 32% une fois par semaine et 32% deux fois par semaine ; pour les hybrides rechargeables, dont l’autonomie en mode électrique est moindre, la recharge quotidienne est plus fréquente (67%). 87% indiquent ne pas avoir augmenté leur abonnement électrique ; la prise domestique est le mode de recharge principal pour 58% des sondés (89% pour les hybrides rechargeables), 7% utilisent une borne ou une wallbox. Les bornes publiques restent peu utilisées : 70% des sondés indiquent ne jamais ou presque jamais les fréquenter ; les 30 % restants y ont recours pour 67% sur le parking de supermarchés ou de grands magasins. La recharge sur le lieu de travail est peu fréquente : 10% des sondés indiquent y recourir une fois par semaine[58].

    Batteries[modifier | modifier le code]

    La Commission européenne a donné le son accord de principe au versement par Paris et Bruxelles de subventions aux projets d'« Alliance européenne des batteries » (ou « Airbus des batteries »), sans que celles-ci soient jugées comme des aides d'état illégales. Le montant des subventions autorisées sera cependant limité à 1,2 milliard d'euros, soit moins que le 1,7 milliard promis par la France et l'Allemagne. En ajoutant les fonds privés, les investissements dans cette initiative pourraient représenter jusqu'à 5 à 6 milliards d'euros. Peter Altmaier, ministre allemand de l'Économie, annonce avoir reçu plus de trente-cinq marques d'intérêt. Son homologue français Bruno Le Maire a confirmé que le premier projet est porté par Saft, propriété du groupe Total, et PSA, via sa filiale allemande Opel ; il débutera par une usine pilote de 200 salariés, dès 2020, en France, puis deux usines de production, l'une en France et l'autre en Allemagne, de 1 500 salariés chacune, d'ici 2022-2023, qui produiront d'abord des batteries lithium-ion liquides « améliorées », puis adopteront à partir de 2025-2026 la technologie solide[59].

    La Commission européenne attribue, le , le label « projet européen d'intérêt commun » (IPCEI) au projet d'« Airbus des batteries » lancé par la France et rejoint par six autres États membres de l'UE (Allemagne, Belgique, Pologne, Italie, Suède, Finlande) ; ce label autorise les aides d'État. Le projet réunit dix-sept entreprises, dont PSA, Saft, BASF, BMW, Varta, Eneris, Solvay et Umicore. Le total des aides d'État promises devrait atteindre 3,2 milliards d'euros, qui s'ajouteront aux 5 milliards d'investissement prévus par les entreprises[60].

    En France, à côté du projet mené par PSA et Total (via sa filiale Saft), activement soutenu par l'État, de construire un site de production de cellules (l'unité de base des batteries) dans les Hauts-de-France, un deuxième projet a été annoncé en juillet 2020 : la société « Verkor », créée par Schneider Electric et plusieurs partenaires, ambitionne de construire une « gigafactory » susceptible d'alimenter la France, l'Espagne et l'Italie à partir de fin 2023, avec comme modèle Northvolt[61].

    Consommation d'électricité[modifier | modifier le code]

    Infrastructures de recharge[modifier | modifier le code]

    En 2020, le gouvernement fixe, dans son plan de relance, l'objectif de 100 000 bornes ouvertes au public à la fin de 2021, soit un triplement du nombre de ces bornes en 18 mois. Les bornes privées, à domicile ou dans les entreprises, sont dix fois plus nombreuses (environ 300 000) que les bornes accessibles au public (30 000), sur la voirie et dans les parkings. Plus des trois quarts des recharges se feront à domicile ou sur le lieu de travail, mais le réseau public joue un rôle capital pour les particuliers en habitat collectif et pour les longs trajets. La France dispose d'une borne publique pour 11 véhicules électriques en circulation, contre 4 voitures pour une borne aux Pays-Bas, 9 en Allemagne et 12 au Royaume-Uni. L'objectif de 100 000 bornes vise à maintenir le ratio actuel face à l'essor rapide du parc : il s'est vendu plus de 110 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables en dix mois. Le gouvernement a notamment provisionné une enveloppe de 100 millions € afin de déployer 500 stations de recharge rapide sur les autoroutes et les grandes routes nationales. Les bornes les plus puissantes nécessitent des investissements substantiels, à hauteur de 100 000 €, voire plus, pour une borne ultrarapide à 350 kW, dont l'utilisation sera également plus chère que la charge lente à domicile[62].

    Nombre de bornes de recharge accessibles au public[34]
    Pays 2014 2015 2016 2017 2018 2019 part mondiale
    % 2019
    Bornes de recharge lente (≤22 kW) 1 700 9 865 18 620 20 153 22 736 27 661 4,6 %
    Bornes de recharge rapide (>22 kW) 114 580 998 1 031 1 396 2 040 0,8 %

    Selon l'Association pour le développement de la mobilité électrique (Avere), la France dispose fin 2017 de 125 000 points de recharge, dont 51 % dans des entreprises, 36 % dans les garages des particuliers ou en habitat collectif, et 13 % accessibles au public, soit près de 20 000 points répartis sur le territoire ; l'Avere prévoit que ce dernier chiffre passera à 100 000 points en 2025. Avec 6,75 voitures électriques par borne, la France se situe dans la moyenne européenne par rapport au Royaume-Uni (8), à la Belgique (9), à l'Espagne (7), à l'Italie (5) ou à l'Allemagne (4)[63].

    Selon Enedis, début 2017, 122 000 points de recharge sont disponibles en France (+50 % en un an). Leur puissance cumulée atteint 730 MW, soit l'équivalent de 240 éoliennes. La programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) publiée après la loi de transition énergétique ambitionne d'atteindre sept millions de points de charge en France à l'horizon 2030, dont six millions seront privés[64].

    La France compte 9 400 points de recharge fin juin 2015 et devrait atteindre 40 000 d'ici 2020. Les stations d'auto-partage du groupe Bolloré concentrent à elles seules plus de 5 000 bornes accessibles aux véhicules tiers via un abonnement  ; ce groupe vise 16 000 bornes pour 2019. L'État prépare pour fin 2015 un décret imposant l'« interopérabilité » entre les différents réseaux de bornes électriques déployés sur le territoire, transposant une directive européenne d'octobre 2014 ; l'objectif est de permettre aux utilisateurs de voitures électriques de circuler sur l'ensemble du territoire sans disposer d'abonnement spécifique auprès des différents opérateurs (Bolloré, EDF, collectivités locales...). Une « Association française pour l'itinérance de la recharge électrique des véhicules » (Afirev) a été créée en mars 2015, regroupant l'ensemble des acteurs, et une plate-forme d'échanges de données, Gireve, a été montée sur le modèle du groupement des cartes bancaires pour permettre à ces acteurs de se refacturer les paiements des clients. Le projet Corridor, exploité par EDF et dont Renault, Nissan, BMW et Volkswagen sont partenaires, vise à installer 200 bornes de charge rapide le long des axes autoroutiers d'ici la fin 2015. La CNR va installer 200 bornes rapides le long du Rhône[65]. Le Sydev, syndicat départemental gérant les réseaux de gaz et d'électricité pour les communes de Vendée, a lancé en 2014 l'implantation d'un réseau de bornes de recharge pour les particuliers du département ; quatre-vingt stations ont été installées fin juin 2015, dont cinq à recharge rapide, et le Sydev vise 350 bornes en 2016[66].

    Consommation d'électricité du véhicule[modifier | modifier le code]

    La consommation d'une voiture électrique dépend, comme pour ses équivalents à hydrocarbures, de son gabarit, de sa vitesse et du type de conduite adopté par son conducteur. À la fin des années 2010, elle varie ainsi de 10 kWh/100 km, pour une Renault Twizy en ville, au triple pour un gros SUV sur autoroute[67]. Pour une utilisation moyenne, la consommation peut être estimée à 15 kWh/100 km[67].

    Consommation nationale d'électricité[modifier | modifier le code]

    En 2035, la pénétration du véhicule électrique en France devrait être de 3 à 15 millions de véhicules, selon les scénarios[68], sur un parc de près de 40 millions en 2018[69]. Or, un million de véhicules électriques ajoutent une demande annuelle de 2 TWh (soit 2 MWh par véhicule), sachant que la consommation annuelle totale d'électricité en 2015 atteignait 480 TWh[68]. Aussi, le Comité de prospective de la CRE, réunissant des représentants de l'ensemble des acteurs concernés, a-t-il conclu en 2018 que la demande d'électricité induite d'ici 2035 par le développement du véhicule électrique est facilement absorbable du fait de la baisse attendue, sur la même période, de la demande d'électricité dans la plupart des autres secteurs de consommation ; seul le scénario « maximaliste », à 15 millions de véhicules électriques (soit 30 TWh), conduirait à un léger regain de consommation totale d'électricité par rapport au niveau actuel.

    En revanche, la gestion des appels de puissance est fondamentale : selon Enedis, dans un scénario de développement à 15 millions de véhicules, si tout le monde rechargeait le soir au même moment, on verrait le besoin de puissance augmenter de 10,2 GW lors du pic de consommation quotidien, équivalent à la puissance d'une dizaine de réacteurs nucléaires. Des modalités simples de pilotage de la recharge pourraient permettre d'absorber cet effet : en décalant la recharge de trois heures après le passage en heures creuses, le besoin de puissance se réduirait à 1,6 GW, ce qui serait parfaitement acceptable. Les situations extrêmes (journée de forte affluence sur autoroute, par exemple) restent toutefois encore à modéliser et des solutions spécifiques à l'aide de moyens de stockage pourraient être envisagées. À terme, les solutions agrégées de véhicule-réseau (« vehicle-to-grid »), consistant à rendre des services au réseau ou au système électrique à partir des batteries de véhicules électriques, pourraient représenter une opportunité d'améliorer la sécurité d'alimentation du système électrique[70].

    EDF présente en octobre 2018 son plan de développement de la mobilité électrique : sur quatre pays (France, Belgique, Italie et Grande-Bretagne), il anticipe un parc de neuf millions de véhicules électriques en 2030 et de 17 millions en 2035. EDF ambitionne de devenir le premier fournisseur d'électricité pour véhicules électriques à l'horizon 2022, en visant 600 000 voitures clientes, soit 30 % de part de marché, et le premier exploitant de bornes de recharge : sa filiale Sodetrel en exploite déjà près de 5 000 et le groupe espère porter ce nombre à 75 000 d'ici 2022[71].

    RTE estime également, en 2019, que le réseau électrique national peut sans difficulté majeure supporter la recharge de plus de 15 millions de véhicules électriques d'ici 2035, soit 40 % du parc routier. Un parc national composé de 15,6 millions de véhicules branchés représenterait une consommation de 35 à 40 TWh annuels, soit 8 % de la production électrique totale française. Les recharges ponctuelles sur les bornes rapides n'auraient pas d'impact significatif sur le réseau. RTE précise par ailleurs que les pics susceptibles d'être provoqués lors des « chassés-croisés » seront absorbés sans risques par le réseau, car ils interviennent lors de périodes où le système dispose de marges abondantes[72],[73].

    France Stratégie estime en 2016 qu'« un parc automobile français composé uniquement de véhicules électriques consommerait près de 90 TWh par an. Ce surplus de consommation est gérable : il correspond à 20 % de la consommation d'électricité française ou à la quantité d'électricité exportée par la France en 2015 ». Le principal problème évoqué est a nouveau le risque de concomitance des recharges : 30 millions de véhicules électriques se rechargeant en même temps à 19 h, même lentement à 3 kW, nécessiteraient une puissance supplémentaire de 90 GW, soit un quasi doublement de la demande de pointe actuelle. France stratégie en conclut qu'une gestion intelligente, visant à répartir la recharge sur 24 h, doit être prévue dès le départ, avec des incitations tarifaires[74].

    Il faudra une quantité importante d'électricité pour remplacer les actuels carburants, donc un développement important de la production électrique. En France, 49,4 Mtep (millions de tonnes d'équivalent pétrole) ont été utilisées pour les transports en 2015, dont 45,4 Mtep en produits pétroliers[75] (soit 528 TWh), dont il convient de déduire les consommations des transports intérieurs aériens et par voie d'eau, ainsi que les consommations propres de l'industrie pétrolière, vouée à disparaître.

    Selon une estimation de Hervé Nifenecker, il faudrait un à deux EPR pour alimenter dix millions de voitures électriques roulant 20 000 km par an[76].

    Politique économique[modifier | modifier le code]

    Politique de soutien à la voiture électrique[modifier | modifier le code]

    L'État français accorde en 2015 aux voitures électriques un bonus écologique fiscal pouvant aller jusqu'à 6 300 euros, plafonné à 27 % du coût d'achat ; des aides régionales s'y ajoutent : 2 000 euros en Lorraine pour les PME[77] et 6 000 euros en Île-de-France pour les PME[78] ; un tarif préférentiel sur les péages autoroutiers et pour le stationnement des véhicules électriques est annoncé en octobre 2012[79]. La Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte institue une prime à la conversion pour l'échange d'un véhicule Diesel contre un modèle électrique de 4 000 euros, qui porte donc la subvention à 10 000 euros au total avec le bonus écologique. À partir de 2018, cette prime est ramenée à 2 500 euros ; des primes sont aussi accordées pour les voitures hybrides rechargeables (1 000 euros, portés à 2 000 euros pour les ménages non imposables) ainsi que pour les deux roues ou quadricycles électriques (100 euros, portés à 1 100 euros pour les ménages non imposables)[80]. Cette loi fait obligation à certains acteurs (État, établissements publics, collectivités, entreprises nationales), pour l'acquisition ou l'usage de véhicules, d'intégrer une part de véhicules vertueux sur le plan environnemental (véhicule à faible émission) ; elle laisse aux autorités chargées de la police de la circulation et du stationnement la possibilité d'accorder aux véhicules à très faibles émissions des conditions de circulation et de stationnement privilégiées[81]. La loi de finances 2019 élargit la prime à la conversion : si elle reste fixée à 2 500 euros pour les ménages imposables, elle est doublée pour les ménages non imposables et concerne également les modèles achetés d'occasion ; le montant de l'aide peut ainsi aller jusqu'à 80 % du prix d'acquisition, dans la limite de 5 000 euros, pour une personne physique non imposable dont la distance entre le lieu de travail et le domicile est d'au moins 30 kilomètres ou dont le kilométrage annuel excède 12 000 kilomètres dans le cadre de ses activités professionnelles ; sont également concernées les personnes physiques dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur ou égal à 6 300 euros[82].

    Pour les entreprises, une politique fiscale avantageuse est mise en place. Il est possible d'amortir jusqu'à 30 000 € du prix d'achat du véhicule[83].

    Le Gouvernement met en place une série de mesures visant à promouvoir le déploiement du réseau d'infrastructures de recharge pour les véhicules électriques : dans le cadre du Programme d'Investissement pour l'Avenir (PIA), 61 M€ d'aides sont attribuées à des projets d'installation de plus de 20 000 points de recharge, en grande partie soutenus par des collectivités territoriales. À partir du , le programme ADVENIR encourage l'installation de 12 000 bornes de recharge privées sur des parkings (magasin ou entreprises) et dans des habitats collectifs au travers d'une aide financière ; les particuliers bénéficient d'un crédit d'impôt transition énergétique de 30 % pour l'installation de bornes de recharge privées. La loi sur la transition énergétique pour une croissance verte fixe un objectif de 7 millions de points de charge installés en 2030[81].

    Le ministre de l'Environnement Nicolas Hulot annonce le l'objectif d'interdire la vente de voitures à essence ou Diesel avant 2040. Ces ventes ont représenté 95,2 % des immatriculations en France au premier semestre 2017, le solde étant composé des propulsions hybrides essence-électrique (3,5 % des ventes) et des véhicules 100 % électriques (1,2 %). Un fonds pour la mobilité durable doit être créé pour financer, entre autres, le déploiement des bornes de recharge électriques ; les ménages modestes pourront bénéficier d'une « prime à la transition » pour remplacer les véhicules les plus polluants (Diesel d'avant 1997 ou essence d'avant 2001) par un véhicule plus propre, neuf ou d'occasion[84].

    Le nouveau contrat stratégique de la filière automobile avec le gouvernement pour la période 2018-2022, signé le 22 mai 2018, prévoit de quintupler les ventes de véhicules électriques, passant de 31 000 véhicules vendus en 2017 à 150 000 en 2022, portant le parc de voitures électriques à 600 000 engins, plus 400 000 hybrides rechargeables. L'État promet en échange 100 000 bornes accessibles au public en 2022, soit dix voitures par borne, contre 22 000 bornes au . Le « droit à la borne » devrait évoluer dans les copropriétés d'ici fin 2019, les frais de raccordement au réseau électrique seront abaissés, et les automobilistes pourront demander l'installation d'une borne à un endroit précis s'ils sont assez nombreux. Bercy promet de maintenir un bonus à « un niveau significatif » pour les véhicules électriques et à lui donner de la « visibilité » jusqu'en 2022[85].

    Emmanuel Macron dévoile le 13 février 2019 une série de mesures destinées à lever les obstacles à l'achat des véhicules électriques en France : confirmation du financement de 700 millions d'euros pour la création d'un « Airbus des batteries », annonce de l'arrivée des robotaxis dans l'Hexagone en 2021, permission aux collectivités locales de leur donner des avantages tels qu'accès aux voies réservées ou places de stationnement gratuites, soutien financier au déploiement des bornes de recharge, abaissement à trois mois du délai de réponse d'une copropriété à un propriétaire désireux de faire installer une borne dans le parking de la résidence, avantages fiscaux pour les voitures électriques d'entreprise, passage de 15 % à 50 % de la part des voitures électrifiées dans les achats des administrations[86].

    L'Assemblée nationale adopte le 17 mai 2019 un amendement au projet de loi d'orientation des mobilités prévoyant d'ici 2030 « une hausse progressive de la part des véhicules à faibles et très faibles émissions parmi les ventes de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers neufs », avec l'objectif de satisfaire aux exigences européennes en matière de rejets carbonés pour ces véhicules (règlement UE 2019/631) : -37,5 % d'émissions de CO2, et mettant fin à « la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles, d'ici à 2040 »[87]. Elle adopte également un amendement imposant un quota de 10 % de véhicules à faibles émissions (électriques ou émettant moins de 60 grammes de CO2 par kilomètre) lors du renouvellement des flottes d'entreprise de plus de 100 véhicules de PTAC inférieur à 3,5 tonnes à partir du  ; ce quota doit passer à 20 % en 2024, 35 % en 2027 et 50 % en 2030[88].

    Le 4 juillet 2019, les ministres de la transition écologique et des transports annoncent deux mesures pour faciliter le déploiement de bornes de recharge dans l'habitat collectif et le domaine public : les 3 000 premières copropriétés de France qui se lanceront dans la démarche d'équipement en bornes de recharge recevront une aide de 50 % couvrant l'acquisition des équipements, de l'infrastructure pour l'ensemble de la copropriété et les travaux d'installation ; les collectivités territoriales souhaitant installer des « bornes à la demande » recevront une aide de 2 106 euros par borne, plus la prise en charge de 75 % des coûts de raccordement au réseau[89].

    En 2020, le bonus pour l'achat d'une voiture électrique est ramené à 3 000 euros pour les voitures dont le prix dépasse 45 000 euros et supprimé au-dessus de 60 000 euros ; ce barème fait deux exceptions, pour les véhicules utilitaires légers et les voitures à hydrogène. Par ailleurs, le bonus est ramené à 3 000 euros si l'acheteur est une entreprise. Le gouvernement prévoit que ces aides passeront à 5 000 euros en 2021, puis à 4 000 euros en 2022 pour les voitures particulières, et pour les véhicules d'entreprises à 2 000 euros en 2021, puis à 1 000 euros en 2022[90]. Le décret officialisant ces modifications a été publié le [91].

    Le plan de relance automobile décidé à la suite de la crise du Covid-19 relève les primes pour l'achat de voitures électriques à partir du . Pour les particuliers, la prime passe de 6 000 € à 7 000 € ; pour les entreprises, elle passe de 3 000 € à 5 000 € ; pour les hybrides rechargeables, la prime est rétablie à 2 000 €. Emmanuel Macron fixe un objectif de 100 000 bornes de recharge d’ici fin 2021[92]. Ces mesures sont limitées dans le temps : le bonus sur l'électrique sera disponible entre le et le . Le gouvernement assure avoir obtenu des contreparties de la part des industriels : ils s'engagent à fabriquer en France, à l'horizon 2025, un million de véhicules électriques, hybrides ou hybrides rechargeable ; pour cela, ils effectueront en France 1 milliard d'euros d'investissements sur trois ans pour fixer dans l'Hexagone la valeur ajoutée liée aux véhicules électriques ; la fabrication des futurs moteurs électriques de l'alliance Renault-Nissan sera localisée sur son site de Cléon et non en Chine comme prévu initialement ; Renault rejoindra le consortium formé par PSA, Total et Saft pour fabriquer des batteries à partir de 2022-2023, et fera son entrée dans le capital au même niveau que PSA[93]. PSA produira sa future 3008, y compris dans sa version électrique, sur son site de Sochaux à partir de 2022-23[94].

    La crise sanitaire ayant entrainé un effondrement des ventes de voitures (-89 % en avril 2020), le gouvernement décide fin mai 2020 un élargissement exceptionnel de la prime à la conversion, afin de permettre aux concessionnaires de résorber les stocks accumulés pendant le confinement : le revenu fiscal de référence à ne pas dépasser pour pouvoir en bénéficier est ainsi porté de 13 500 à 18 000 € par part, ce qui couvre près des trois quarts de la population ; la prime est accordée pour le remplacement d'un véhicule ancien par un véhicule récent électrifié, mais aussi par un véhicule essence immatriculé avant 2006 ou un Diesel d'avant 2011 ; la prime est revue à la hausse : 3 000 € pour l'achat d'un véhicule thermique neuf ou récent et 5 000 € pour un véhicule électrique ou hybride rechargeable. Réservé aux 200 000 premiers bénéficiaires, le dispositif est un succès : le plafond des 200 000 primes est atteint fin juillet. Un nouveau dispositif est mis en place à partir du 3 août : retour du barème initial pour les bénéficiaires, la prime de 5 000 € pour l'achat d'une voiture électrique ou d'un hybride rechargeable est conditionnée par un revenu fiscal de référence inférieur à 6 300 €, ou 13 500 € si les déplacements domicile-travail dépassent 12 000 km par an ; au-delà de 13 500 €, l'aide est de 2 500 €[95].

    Le , la ministre de la transition écologique Barbara Pompili présente le programme « Objectif 100 000 bornes » jusqu'à fin 2021, qui consiste en un renforcement du programme ADVENIR de financement des bornes de recharge : jusqu’alors limitée à 2 000 €, l’aide peut atteindre 9 000 € dans le cas d’une borne à la puissance supérieure à 50 kW. Les coûts de raccordement au réseau doivent par ailleurs être couverts à hauteur de 75 % jusqu’au . Pour la charge rapide, le gouvernement mobilise une enveloppe de 100 millions d’euros visant à accélérer les déploiements sur le réseau routier national. Les primes à l'acquisition de voitures électriques sont abaissées de 1 000 € en 2021, puis de 1 000 € supplémentaires en 2022. Par contre, une nouvelle aide de 1 000 € est créée pour l'acquisition de voitures électriques d'occasion (y compris utilitaires)[96]. En novembre 2020, le gouvernement annonce la prolongation des montants actuels du bonus écologique jusqu’au 30 juin 2021[97].

    Aides accordées par les collectivités locales[modifier | modifier le code]

    De nombreuses collectivités locales accordent des aides ciblées à l'acquisition de véhicules électriques, qui s'ajoutent aux aides d'État, avec des critères variés. Dans la plupart des cas, ces aides s'appliquent aux véhicules utilitaires ou aux acquéreurs à faibles revenus. Par exemple, en juin 2020, la région Île-de-France verse une aide pour les entreprises de moins de 50 salariés (6 000 € pour une électrique ou hydrogène, un taxi électrique, hybride rechargeable ou hydrogène), 3 000 € pour un 2/3 roues ou quadricycle électrique (batterie > 10 kWh) ou 1 500 € (<10 kWh), et 9 000 € pour un utilitaire dépassant 3,5 tonnes. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur réserve ses aides (1 500 à 15 000 € en fonction du PTAC) aux utilitaires électriques et hydrogène achetés neuf ou d’occasion. D'autres aides sont accordées par les régions Occitanie, Normandie et Bourgogne-Franche-Comté, les départements des Bouches-du-Rhône et de l'Yonne, la Vallée de l’Arve, la ville de Paris, le Grand Paris, le Grand Lyon, Nice, Grenoble, etc[98].

    Effet des normes européennes[modifier | modifier le code]

    Les objectifs de réduction des émissions de CO2 fixés par la Commission européenne pour 2020 ont un effet important sur la progression des ventes de véhicules électriques : en janvier 2020, Renault a enregistré 5 300 immatriculations pour sa ZOE, contre une moyenne mensuelle de 1 560 en 2019 ; PSA parvient à 3 600 immatriculations pour l'ensemble de ses modèles électriques. Chaque gramme de dépassement coûtera 95 euros de pénalités par voiture vendue en Europe, or PSA doit baisser sa moyenne d'une année sur l'autre de 20 grammes, Renault et BMW de 21 grammes, Volkswagen de 25 grammes. Une étude réalisée par UBS estime probable une « guerre des prix » au second semestre, provoquée par la nécessité pour les marques de baisser leurs émissions de CO2[99].

    Voitures électriques « connectées au réseau » (« vehicle-to-grid »)[modifier | modifier le code]

    Le vehicle-to-grid (V2G) est un concept qui permet d'utiliser l'énergie stockée dans les véhicules électriques afin de soutenir le réseau électrique en période de pic de consommation, de production insuffisante des éoliennes et du solaire, ou en cas d'urgence (orage, coupure de câble…).

    RTE considère en 2019 que l'électrification est une opportunité à condition que la recharge soit pilotée : les millions de véhicules électriques branchés pendant plusieurs heures pourront en effet contribuer à terme à l'équilibre du réseau grâce au vehicule to grid (V2G), en y injectant du courant lors des pics de consommation. Or, une voiture est utilisée pour se déplacer seulement 4 % de son temps ; un pilotage simple tel qu'un système de lancement de charge en heures creuses similaire à celui des ballons d'eau chaude permettrait déjà d'éviter de forts appels de puissance et une économie de cinq millions de tonnes de CO2 par an en 2035 avec 15 millions de véhicules électriques. Dans un scénario où 60 % des recharges seraient pilotées, dont 3 % en V2G, les véhicules électriques consommeraient 10,3 TWh/an d'électricité décarbonée, économisant 26 Mt d'émissions de CO2 par an[72].

    Un rapport publié en 2017, associant les principaux acteurs concernés en France, de RTE aux ONG, estime qu'avec un parc de 4,4 millions de voitures électriques en 2030, le vehicle to grid permettrait de décaler une consommation de plus de 7 TWh/an en dehors des périodes de pointe et de réinjecter dans les réseaux près de 3 TWh. En effet, la capacité des batteries est nettement supérieure à la portée des trajets effectués par les véhicules dans la journée ; lorsque, après une journée de déplacements, les véhicules électriques sont branchés sur un point de recharge à domicile, ils conservent dans leur batterie une énergie résiduelle qui pourrait être mobilisée pour soutenir les moyens de production électrique en cas de forte demande nationale d'électricité. Le potentiel technique maximal en 2030 sur la plage horaire 18-20 h lors d'un jour moyen d'hiver est estimé à près de 45 GWh ; en utiliser 10 % suffirait à résoudre les difficultés de passage de la pointe de consommation électrique[100].

    Les premières applications de ces concepts sont en cours de commercialisation : la startup néerlandaise Jedlix a développé l'application de chargement intelligent « ZE Smart Charge », qu'elle commercialisera aux Pays-Bas fin octobre 2017 et plus largement en Europe en 2018. Ce logiciel repose sur un algorithme permettant à la voiture de dialoguer avec le fournisseur d'énergie pour déclencher la charge au moment le plus opportun pour les gestionnaires de réseaux (à l'approche des pics de consommation) tout en tenant compte des besoins exprimés par l'utilisateur (heure de fin de la charge, autonomie souhaitée). Cette mise à disposition serait rémunéré chaque mois par un versement pouvant aller jusqu'à l'équivalent d'une recharge complète[101].

    Jedlix a conclu des partenariats avec Tesla et BMW au début 2017[102], tandis que Renault annonce le lancement de ZE Smart Charge en France en 2018. En 2019, Renault lance au Portugal et aux Pays-Bas des tests de charge bidirectionnelle en conditions réelles sur 15 Renault ZOE dotées d'un chargeur « réversible ». Des tests similaires seront également lancés dans d'autres pays dont la France, l'Allemagne, la Suisse, la Suède et le Danemark, afin d'évaluer les avantages de la technologie et de définir les standards V2G qui équiperont ses futures voitures électriques[103].

    En octobre 2018, EDF annonce la création de la coentreprise « Dreev », en partenariat avec NUVVE, pour proposer aux automobilistes branchés, contre rémunération, d'exploiter l'énergie comprise dans les batteries de leurs voitures électriques lorsqu'elles sont immobilisées. Une offre serait lancée en France à destination des particuliers en 2022. La dépense annuelle moyenne en électricité pour les utilisateurs de voitures particulières électriques est estimée à 250 euros ; la rémunération envisagée par Dreev permettrait de la gommer intégralement, et même de dégager un petit surplus[104].

    En décembre 2019, Jedlix lance, en association avec trois petits fournisseurs d’énergie français, ekWateur, Plüm Énergie et GreenYellow, une application mobile permettant de piloter sa recharge en tenant compte des besoins de l'automobiliste (heure de départ et niveau de charge) et de ceux du réseau (éviter les heures de pointe). L'utilisateur est rémunéré par une prime de 0,02 euros par kilowattheure rechargé via le service[105].

    Impact environnemental[modifier | modifier le code]

    En France, compte tenu de la provenance de l'énergie, un véhicule électrique émettrait moins de 30 g de CO2/km du puits à la roue, contre 160 g/km en moyenne pour un véhicule thermique. Ce chiffre est moins favorable en Europe (100 g/km) et dans le monde (130 g/km), où sont utilisées des centrales à énergies fossiles (charbon principalement). La part croissante des énergies renouvelables comme moyen de production d'énergie, associée à une utilisation intelligente du réseau (réseau électrique intelligent) devraient encore améliorer le chiffre des émissions de CO2 des véhicules électriques. Pour avoir un ordre de grandeur : la production d'énergie éolienne mondiale était de 316 TWh en 2009, ce qui correspond à l'énergie qui serait utilisée annuellement par 115 millions de véhicules électriques (pour une moyenne de 20 000 km/an), soit 17,4 % du parc automobile mondial[106].

    Assignés devant le Jury de déontologie publicitaire (JDP), instance de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), par l'Observatoire du nucléaire, association antinucléaire[107], les principaux constructeurs de voitures électriques (Renault, Citroën, Opel, Bolloré, Nissan) ont admis en août 2013 qu'ils ne pouvaient présenter ces véhicules comme non polluants[108]. En juin 2014, le JDP a conclu que la voiture électrique ne pouvait pas être considérée comme « écologique » ou « propre » ; le directeur de l'ARPP précisait : « tout véhicule a un impact sur l'environnement, lors de sa construction comme de son cycle de vie. On ne peut pas qualifier la voiture électrique de propre mais on peut avancer qu'elle contribue au développement durable ou qu'elle est plus propre que les voitures thermiques, à condition d'en apporter la preuve »[107] En France, où l'électricité produite est essentiellement d'origine nucléaire, le réseau Sortir du nucléaire estime que ce qu'il appelle la « voiture nucléaire », ou « véhicule atomobile », ne peut être considéré comme durable[109],[110].

    Selon l'Ademe, sur l'ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d'un véhicule électrique est globalement proche de celle d'un véhicule Diesel, du fait qu'une voiture électrique nécessite deux fois plus d'énergie pour sa fabrication qu'une voiture thermique, en particulier à cause de l'assemblage des batteries[111],[107],[112]. À la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d'un VE interviennent lors de la phase de fabrication. Les gains environnementaux d'un véhicule électrique se retrouvent donc à l'usage. Aujourd'hui (2017), les matériaux constitutifs de la batterie sont préparés dans des fours à 400 °C, ce qui engendre une consommation d'énergie relativement importante, mais les chercheurs essayent de développer des méthodes de synthèse qui ont lieu à 150 °C, ce qui demande moins d'énergie[107].

    Contrairement aux véhicules Diesel et essence, les véhicules électriques ne dégagent pas de polluants (COV et NOx) favorisant la formation d'ozone troposphérique, qui est un des responsables de la dégradation de la qualité de l'air. Toutefois, comme les véhicules Diesel et essence ils émettent des particules fines : une étude de l'Observatoire de la qualité de l'air en Île-de-France a démontré que 41 % des particules fines en suspension émises en 2012 par le trafic routier dans la région parisienne étaient issues de l'abrasion des pneus, du revêtement routier et des freins[107].

    Selon l'Ademe, le potentiel d'épuisement des ressources minérales pour la fabrication d'un véhicule électrique est plus important que pour les véhicules thermiques, du fait de l'extraction des matériaux rares (cobalt, lithium, graphite…) qui composent les batteries lithium-ion utilisées sur le marché[107]. Des recherches tentent de développer des technologies qui utilisent du sodium, plus abondant et plus « propre » que le lithium. Mais les moteurs thermiques utilisent également des terres rares, principalement en quantités significatives dans le catalyseur[113].

    Fin de vie et recyclage[modifier | modifier le code]

    La directive 2006/66/CE du Parlement Européen et du Conseil du relative aux piles et accumulateurs[114] impose aux sociétés automobiles de recycler au moins 50 % de la masse des batteries lithium-ion[100].

    Les batteries lithium-ion des Renault Zoé ont une durée de vie estimée à vingt ans. Quand elles passent sous le seuil de 75 % d'autonomie, au bout d'une dizaine d'années, Renault les remplace, mais elles ont encore assez d'énergie pour d'autres usages : elles sont vendues à Bouygues Énergies et Services, qui a lancé une application de stockage d'électricité pour les immeubles ; elles servent aussi à alimenter les bornes de recharge rapide sur autoroute ; Carwatt s'en sert pour électrifier les véhicules de chargement des bagages dans les avions d'Air France[115].

    Une usine de recyclage des batteries de véhicules électriques, lancée à titre expérimental en 2011 à Dieuze (Moselle) par Veolia et Renault, va passer au stade industriel avec des aides du « programme investissements d'avenir », passant de 1 000 tonnes recyclées en 2014 à 5 000 tonnes prévues en 2020[116].

    La Société nouvelle d'affinage des métaux (SNAM), à Viviez (Aveyron), filiale du holding belge Floridienne, retraite 6 000 tonnes d'accumulateurs par an, dont 8 % de batteries d'automobiles ; elle fabriquera à partir de 2018 des batteries avec les composants recyclés. SNAM ouvrira d'abord au printemps 2018 un atelier pilote de batteries lithium-ion recyclées. Pour la fabrication en série, l'entreprise cherche un nouveau site dans l'Aveyron pour ouvrir en 2019 une usine d'une capacité de 20 MWh par an. Elle améliorera ensuite les procédés pour passer à 4 000 MWh par an vers 2025. Les constructeurs automobiles ne voulant pas de batteries recyclées, la société vise le marché en croissance du stockage de l'électricité dans l'industrie, le bâtiment et les énergies renouvelables[117].

    La SNAM effectue dans son usine de Saint-Quentin-Fallavier près de Lyon la première étape du traitement des batteries usagées : elles sont portées à haute température dans des fours à pyrolyse afin d'en séparer les éléments, puis expédiées par camion dans la seconde usine de l'entreprise, à Viviez dans l'Aveyron, où les différentes matières sont extraites, séparées et récupérées. Le taux de récupération des matériaux atteint 98 %. L'activité a commencé en 2011 ; en 2017, environ 500 tonnes de batteries de véhicules électriques (30 000 batteries) et hybrides (170 000 batteries), contre 12 tonnes en 2012. Seuls 10 % des accumulateurs traités à Saint-Quentin-Fallavier sont issus de véhicules électrifiés[118].

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. Yoann Nussbaumer, « Chiffres des ventes & immatriculations de voitures électriques en France », Automobile Propre, (consulté le 23 mai 2018).
    2. a b c d et e « L'Histoire de la voiture électrique », Voiture-electrique-populaire.fr.
    3. « Peugeot 106 Electrique : trop tôt pour séduire ! », sur carjager.com, (consulté le 2 novembre 2019).
    4. « Avec son prototype de 205 électrique, Peugeot était déjà à la pointe dans les années 1980 », sur forum-peugeot.com (consulté le 2 novembre 2019).
    5. « La Poste va acheter 500 électriques », sur moteurnature.com, .
    6. « La Poste: les véhicules électriques lancés », Le Figaro, .
    7. Michaël Torregrossa, « Le Citroën Berlingo First électrique by Venturi remporte l'appel d'offre de La Poste », avem.fr, .
    8. Michaël Torregrossa, « Venturi livre le 250e Citroën Berlingo électrique à La Poste », avem.fr, .
    9. « Tout savoir sur le plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides », AVEM, .
    10. « Voitures électriques, vers un futur déploiement des infrastructures de recharge », vosdroitsendirect.com, .
    11. « La Prius hybride rechargeable en test à Strasbourg », autoplus.fr, 27 avril 2010.
    12. « Lille-Marseille en électrique courant 2017 », Le Point, 9 décembre 2016.
    13. « Renault adapte ses usines françaises à la voiture électrique », Les Échos, 14 juin 2018.
    14. « Diesel, électrique : PSA adapte son usine de Trémery à la nouvelle donne », Les Échos, 15 juin 2019.
    15. « Avec la nouvelle Zoe, Renault veut rester leader dans la voiture électrique », Les Échos, 9 juillet 2019.
    16. Voiture électrique : les principaux modèles attendus en 2020, automobile-propre.com, 20 décembre 2019.
    17. a b et c « Les Renault et Nissan électriques rouleront deux fois plus loin en 2017 », Les Échos, 26 janvier 2015
    18. Tableau de bord automobile no 37 2013 « Copie archivée » (version du 23 septembre 2015 sur l'Internet Archive), CCFA [PDF].
    19. Les immatriculations de voitures électriques en France ont progressé de 20,3 % en 2014, CCFA, 6 janvier 2015
    20. Marché automobile - décembre 2015 ( Dossier de presse), CCFA.
    21. Marché automobile - Année 2016 (dossier de presse), CCFA.
    22. a et b Plus de 27 000 véhicules électriques immatriculés en 2016, après un mois de décembre record, Avere-France, 9 janvier 2017.
    23. Dossier de presse - novembre 2017, CCFA, décembre 2017.
    24. a et b « Baromètre mensuel : près de 40 000 véhicules électriques immatriculés en France en 2018 », avere-France, 9 janvier 2019.
    25. Baromètre annuel : près de 70 000 véhicules légers rechargeables immatriculés en 2019 !, Avere-France, 9 janvier 2020.
    26. Immatriculations des véhicules électriques et hybrides rechargeables - Chiffres clés du mois de Décembre 2020, Avere-France, 8 janvier 2021.
    27. La voiture électrique passe le cap des 100 000 immatriculations en 2020, automobile-propre.com, 1er janvier 2021.
    28. Renault et PSA, grands gagnants du boom de l'électrique en France, Les Échos, 5 janvier 2021.
    29. Automobile : le boom spectaculaire des voitures électriques en France, Les Échos, 2 juillet 2020.
    30. Source Clubic, Avere-France, AAA Data
    31. Voiture électrique et hybride : une vente sur 3 est « tactique » début 2020, automobile-propre.com, 16 mars 2020.
    32. Voiture électrique : 42.764 immatriculations en France en 2019, automobile-propre.com, 3 janvier 2020.
    33. Voiture électrique : les modèles les plus vendus en 2019, automobile-propre.com, 10 janvier 2020.
    34. a et b (en)Global EV Outlook 2020, Agence internationale de l'énergie, 2020, p. 253-254 [PDF].
    35. Ventes de véhicules électriques et hybrides aux entreprises : le palmarès 2019, automobile-propre.com, 11 février 2020.
    36. « Véhicule électrique : Renault veut garder son leadership en Europe », sur automobile-propre.com, 25 janvier 2019.
    37. « Voiture électrique : dans quels départements se vend-elle le mieux ? », automobile-propre.com, 7 juillet 2019.
    38. (en)Global EV outlook 2017, Agence internationale de l'énergie, 2017, p. 49-52 [PDF].
    39. Renault bat son troisième record de ventes d'affilée, Les Échos, 15 janvier 2018.
    40. « Renault passe le cap des 200.000 véhicules électriques vendus », automobile-propre.com, 26 décembre 2018.
    41. « Les particuliers deviennent les premiers acheteurs de voitures électriques », Les Échos, 18 mars 2016.
    42. « Voiture électrique : à peine 30 % des ventes dues aux particuliers », Les Échos, 18 novembre 2014.
    43. « Bond des ventes de voitures électriques en France en 2013 », Challenges, .
    44. Emmanuel Egloff, « En Norvège, la voiture électrique est sept fois plus présente qu'en France », Le Figaro, .
    45. Alain-Gabriel Verdevoye, « Les ventes de voitures électriques et hybrides explosent en France mais les scores restent faibles », La Tribune, .
    46. « Renault-Nissan fête sa 100 000e voiture électrique sur un marché en basse tension », La Tribune, .
    47. « 2012, une année record pour les véhicules électriques », Atlante & Cie, .
    48. Voitures électriques d’occasion : les ventes bondissent en 2019, automobile-propre.com, 28 janvier 2020.
    49. Voiture électrique : coup de pouce pour débloquer les ventes d'occasion, Les Échos, 12 octobre 2020.
    50. « Voiture électrique : les ventes d'occasion en hausse de 60 % en 2018 », automobile-propre.com, 3 janvier 2018.
    51. « Renault ZOE d'occasion : l'offre locative fait un carton ! », automobile-propre.com, 6 février 2019.
    52. Véhicule électrique : le marché de l'occasion démarre doucement, Les Échos, 4 novembre 2017.
    53. Découvrez notre flotte de véhicules de location 100% électriques, Avis.
    54. Location de véhicules Electriques, Europcar.
    55. Dacia Spring : l’électrique à bas prix bientôt chez Leclerc, automobile-propre.com, 30 novembre 2020.
    56. « Plus d'un tiers des Français veut rouler en voiture électrique », automobile-propre.com, 18 septembre 2018.
    57. Enquête comportementale auprès des possesseurs de véhicules électriques : habitudes de roulage et de recharge, Enedis, avril 2020.
    58. a et b Voiture électrique : le comportement des usagers au cœur d’une étude d’Enedis, automobile-propre.com, 16 juillet 2020.
    59. Batteries européennes : Bruxelles donne son feu vert « de principe » à Paris et Berlin, Les Échos, 2 mai 2019.
    60. Paris prend les commandes du premier Airbus des batteries, Les Échos, 9 décembre 2019.
    61. Avec Verkor, la France compte un autre projet de giga-usine de batteries, Les Échos, 29 juillet 2020.
    62. Voiture électrique : la France accélère le déploiement des bornes de recharge, Les Échos, 23 octobre 2020.
    63. « Mobilité : de nouvelles solutions pour accélérer la transition vers l'électrique », Les Échos, 12 décembre 2017.
    64. « Le distributeur Enedis branché sur les bornes », Les Échos, .
    65. « Voiture électrique : l'État va unifier le réseau de recharges », Les Échos, 5 juillet 2015.
    66. « La Vendée veut croire à l'électrique en milieu rural », Les Échos, 5 juillet 2015.
    67. a et b « La consommation d’une voiture électrique », sur automobile-propre.com, .
    68. a et b CRE 2018, p. 43.
    69. « L'industrie automobile française : analyse et statistiques 2019 » [PDF], sur CCFA, (consulté le 30 novembre 2019), p. 102.
    70. CRE 2018, p. 45.
    71. « EDF croit désormais au boom du véhicule électrique », Les Échos, 10 octobre 2018.
    72. a et b La France peut-elle alimenter 15 millions de voitures électriques ?, automobile-propre, 21 mai 2019.
    73. « En France, le système électrique est prêt à absorber les véhicules verts », Les Échos, 15 mai 2019.
    74. 2017/2027 - Le véhicule propre au secours du climat - Actions critiques, France Stratégie, 16 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2019).
    75. Bilan énergétique de la France pour 2015, Commissariat général au développement durable (Ministère de l'Écologie), (résumé, lire en ligne [PDF]), p. 77.
    76. « Et s'il y avait 600 millions de voitures électriques… », L'Expansion, 27 mai 2009.
    77. Voitures hybrides et électriques : les aides à l'achat 2015, Breezcar, 23 mars 2015.
    78. (en) « Les aides régionales pour les voitures électriques en France », Beev, (consulté le 28 mai 2019).
    79. « Le gouvernement annonce des mesures de soutien aux voitures électriques », Le Monde, 3 octobre 2012.
    80. Bonus écologique 2018 : le décret officiel est sorti, automobile-propre.com, .
    81. a et b Développement des véhicules propres, Ministère de la Transition écologique et solidaire, 5 décembre 2016.
    82. Bonus écologique et prime à la conversion : ce qui change en 2019, automobile-propre.com, .
    83. Fiscalité des véhicules électriques, 2019 : 30 000 € du prix d'achat du véhicule, beev.co, le 20 juin 2019.
    84. Julien Dupont-Calbo, Il veut bouleverser le parc automobile en vingt ans, Les Échos, 7 juillet 2017.
    85. Voiture électrique : l'État promet 100.000 bornes en 2022, Les Échos, 22 mai 2018.
    86. Le plan de Macron pour faire décoller la voiture électrique, Les Échos, 14 février 2019.
    87. « Les Députés valident la fin des véhicules à énergie fossile pour 2040 », automobile-propre.com, 18 mai 2019.
    88. Flottes d'entreprises : de nouveaux quotas pour les véhicules propres, automobile-propre.com, 24 mai 2019.
    89. Voiture électrique : Deux nouvelles mesures pour démocratiser la recharge pour tous, automobile-propre.com, 4 juillet 2019.
    90. Voiture électrique : l'État rabote le bonus pour les entreprises, Les Échos, 17 décembre 2019.
    91. Voiture électrique et bonus 2020 : le décret publié au Journal Officiel, automobile-propre.com, .
    92. Officiel : la prime voiture électrique grimpe à 7 000 €, automobile-propre.com, 26 mai 2020.
    93. Automobile : un plan de relance « historique », Les Échos, 26 mai 2020.
    94. PSA va produire sa future 3008, y compris électrique, sur son site de Sochaux, Les Échos, 26 mai 2020.
    95. Automobile : tour de vis sur la nouvelle prime à la conversion, Les Échos, 26 juillet 2020.
    96. « Prime, micro-crédit, recharge : de nouvelles mesures pour booster la voiture électrique », automobile-propre.com, 12 octobre 2020.
    97. Voiture électrique : le bonus de 7 000 € prolongé jusqu’au 30 juin 2021, automobile-propre.com, 6 novembre 2020.
    98. Aides locales, prime et bonus : jusqu’à 18.000 € de remise sur votre voiture électrique !, automobile-propre.com, 11 juin 2020.
    99. Pourquoi PSA et Renault mettent le paquet sur l'électrique en ce début d'année, Les Échos, 12 février 2020.
    100. a et b Le véhicule électrique dans la transition écologique en France, Fondation pour la nature et l'homme, European Climate Foundation, ADEME, Avere, RTE, Réseau Action Climat, WWF Franceetc., , pages 12-18 [PDF].
    101. « Renault Z.E. Smart Charge : faites des économies en chargeant votre Zoé », automobile-propre, 10 octobre 2017.
    102. (en)Partners, Jedlix.
    103. « La Renault ZOE teste la charge bidirectionnelle », automobile-propre, 21 mars 2019.
    104. « Rouler gratuitement en voiture électrique, possible avec EDF en 2022 ? », automobile-propre.com, 20 mai 2019.
    105. Cette société pilote la recharge des voitures électriques pour diminuer la facture, automobile-propre.com, 13 janvier 2020.
    106. « Émissions de CO2 du puits à la roue », expert-ve.fr.
    107. a b c d e et f « Les voitures électriques sont-elles vraiment « propres » ? », Libération, (consulté le 22 décembre 2017).
    108. Voiture électrique : les constructeurs automobiles avouent que la voiture électrique est polluante, Observatoire du nucléaire, 19 septembre 2013.
    109. « La voiture électrique… l'automobile ! », sortirdunucleaire.org, (consulté le 19 février 2018).
    110. « Voiture électrique : « Comment faire face à l'arrivée massive d'un nouveau mode de consommation sinon par la centrale thermique ou nucléaire ? » », Le Monde, (consulté le 19 février 2017).
    111. « Les potentiels du véhicule électrique » [PDF], ADEME, (consulté le 14 janvier 2019).
    112. ADEME 2013.
    113. « Propulsion alternative – Un documentaire réhabilite la voiture électrique », sur 24 heures (consulté le 24 novembre 2020).
    114. Directive 2006/66/CE du Parlement européen et du Conseil du , relative aux piles et accumulateurs ainsi qu'aux déchets de piles et d'accumulateurs et abrogeant la directive 91/157/CEE [PDF].
    115. Renault répare plusieurs milliers de batteries électriques par an, Les Échos, 26 novembre 2019.
    116. « Veolia multiplie les innovations dans le recyclage », Les Échos, (consulté le 14 janvier 2019).
    117. « SNAM va fabriquer des batteries recyclées », Les Échos, (consulté le 14 janvier 2019).
    118. « Recyclage des batteries : notre visite au cœur d'une usine française », automobile-propre.com, (consulté le 14 janvier 2019).

    Annexes[modifier | modifier le code]

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

    Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

    • Comité de prospective de la CRE, Groupe de travail 1 « Bouquet énergétique, L'impact du développement des mobilités propres sur le mix énergétique, CRE, , 48 p. (lire en ligne [PDF]). 
    • Élaboration selon les principes des ACV des bilans énergétiques, des émissions de gaz à effet de serre et des autres impacts environnementaux induits par l’ensemble des filières de véhicules électriques et de véhicules thermiques, VP de segment B (citadine polyvalente) et VUL à l’horizon 2012 et 2020, ADEME, , 283 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), (résumé, 32 pages [PDF]) (communiqué de presse [PDF], 4 décembre 2013 [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]