Voile d'étai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voiles d'étai sur le brick La Grace déployées dans d'axe du navire par vent latéral : devant (focs), entre les 2 mâts (voiles d'étai) et derrière (brigantine).
Le Belem avec toutes ses voiles d'étai déployés.

Sur les navires à voile, une voile d'étai (Staysail en anglais) est une voile triangulaire ou aurique fixée dans l'axe du navire sur un étai, une drisse ou parfois une vergue. On peut rencontrer des voiles d'étais, à l'avant, à l'arrière ou entre deux mâts d'un navire.
Elle sert à augmenter la surface de voilure par vent latéral surtout sur les navires à voiles carrées, pénalisés par vent latéral. Comme les voiles d'étai sont très aérodynamiques et manœuvrables et qu'elles peuvent être bordées très plat, ces types de voiles constituent le gréement des voiliers modernes[1] aux dépens des voiles carrées.

Voile d'étai du SV Royal Clipper (Croatie)

Constitution[modifier | modifier le code]

Une voile d'étai est attachée soit sur un angle de la voile, soit tout le long d'une des bordures de voile. Il existe 3 attaches fixes ou mobiles par voile :

  • La drisse d'étai : Point mobile ou bordure de voile qui soutient la voile en son point le plus haut. C'est à partir de la drisse d'étai qu'on déploie ou que l'on referme la voile.
  • Point d'amure : Point fixe ou mobile qui tend la voile en son point le plus bas.
  • Point d'écoute : C'est le point mobile qui permet d'orienter la voile à l'aide d'un cordage (écoute)

Forme[modifier | modifier le code]

On distingue 3 sortes, suivant les types d'attaches :

  • Voile d'étai volant : Voile triangulaire libre à 3 points d'attache
  • Voile d'étai fixe : Voile triangulaire à 2 points d'attache et 1 ligne d'attache sur la toute longueur d'une drisse d'étai
  • Voile d'étai trapézoïdale : Voile en trapèze tendue entre le long d'un étai ou d'une vergue et un point d'armure sur un mât.

Noms des voiles d'étai[modifier | modifier le code]

Suivant leur position sur un navire, les noms des voiles sont différentes[2].

Voiles d'étai à corne (mât arrière principalement)[modifier | modifier le code]

Elles sont portées sur l'arrière d'un mât enverguée sur une bôme ou une corne dans l'axe du navire (mat d'artimon ou grand-mât) :

  • Le Flèche : voile haute aurique (mât à gréement aurique uniquement)
  • La Brigantine[3] : voile aurique soutenu par une bôme situ sur le mât arrière

Il existe plus rarement l'équivalent de brigantines (voiles auriques basses montées sur une bôme) sur les autres mâts que le mâts arrière. Elle porte alors le nom de voile goélette[4]. Sur un quatre mâts on parle de voile goélette avant sur le grand-mât avant et de voile goélette arrière pour le grand-mât arrière[4].

Voiles d'étai entre les mâts[modifier | modifier le code]

Le Stavros Niarchos, les focs et voiles d'étai entre les mats sont bien visibles ici

Les voiles d'étai entre les mâts ont une drisse d'étai au niveau des vergues et on généralement un point d'armure sur le mât opposé, à un niveau de vergue dessous (par exemple entre le perroquet d'un mât et le hunier du mât a coté).

Voiles d'étai entre les 2 mats arrières : mât d'artimon et grand-mât (cas d'un 3 mats), de la base au sommet :

Voiles d'étai entre les 2 mâts (cas d'un 2 mâts) ou les deux mâts avant (cas d'un 3 mâts), de la base au sommet :

Voile d'étai avant : les focs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Foc.

Les focs sur les gréements modernes sont reliés entre le sommet du mât et l'étrave du navire. Pour les gréements traditionnels, le point d'armure se situe à l'avant ou au milieu du beaupré. On compte entre 1 et 5 focs sur un navire[11] :

  • Clinfoc (ou Clin foc, voile la plus à l'avant)[3],[1] 
  • Grand foc (le plus grand)[3],[1]
  • Faux foc ou Second foc[1]
  • Petit foc (à l'arrière)[3],[1]
  • Trinquette (le plus à l'arrière)[1] parfois monté sur une bôme à l'avant d'un mât[1].

Le foc le plus à l'arrière est souvent appelée la trinquette indépendamment de la suite ci-dessus : On pourra parler par exemple pour un navire à trois focs de Clinfoc, Grand foc et trinquette[11].

Il existe aussi parfois le Foc en l'air, aussi appelé yankee[1] : foc rarement observé situé à l'avant en partie haute.

Petits voiliers modernes équipés de spins

Dans les navires modernes de grandes voiles souples appelées "spin" ou spinnaker et gennacker[1] permettent une augmentation de prise au vent par vent arrière.

Schéma du nom des focs sur les vieux gréements

Figure de synthèse[modifier | modifier le code]

Nom des voiles d'étais Noms
Voile d'étai

entre

les mâts

Staysails.svg
Focs
Staysails2.svg
  1. Trinquette
  2. Petit foc
  3. Faux foc
  4. Grand foc
  5. Clinfoc
  6. Foc en l'air

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Voiles : Focs et étais »
  2. « Cargos et Paquebots Fiches Belem »
  3. a, b, c, d et e Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers (Devilliers G., Editions Maritimes & d'Outre-Mer 1971), page 184
  4. a et b « Dictionnaire visuel : Voiles »
  5. Dictionnaire de la marine à voiles (Pâris et De Bonnefoux, réédition de 1999), page 328
  6. Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 68
  7. « CNRTL (Marquise) »
  8. Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 65
  9. « CNRTL (Diablotin) »
  10. « Cargos-paquebots.net (Noms des voiles du Belem) »
  11. a et b Guide des gréements, Le Chasse-Marée, page 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Éditions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du 19e siècle), 720 p.
  • Georges DEVILLERS, Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers, Éditions Maritimes et d'Outres-Mer (Paris), , 445 p.
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée, , 136 p. (ISBN 290370872X)
  • Collectif, Guide des gréements : Petite encyclopédie des voiliers anciens, Le Chasse Marée, , 127 p. (ISBN 2903708649)
  • Collectif, Guide de la manœuvre des petits voiliers traditionnels, Le Chasse Marée, (ISBN 2914208057)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]