Voile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mot voile, en français, possède deux significations[1] que le genre grammatical permet de distinguer[2] :

  • au féminin, la voile est un élément propulsif qui utilise la force du vent.
  • au masculin, un voile est une pièce d'étoffe qui recouvre et dissimule, et par extension, une séparation fine entre deux parties.

On peut parler de deux substantifs homonymes[3] ; la question du genre et de l'étymologie a préoccupé les grammairiens[4].

Anatomie[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

En architecture un voile est un ouvrage de maçonnerie ou de charpente.

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

En peinture, le voile est l'altération de la transparence ou de l'éclat d'une couche de peinture. Un glacis léger pratiqué avec une peinture opaque très dispersée constitue une couche voilante, dite vélature[5]. En peinture murale, le voile blanc est la dégradation de l'ouvrage par des cristallisations à sa surface[6].

Astronomie[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Mécanique[modifier | modifier le code]

Le voile est la partie légère d'une roue qui relie le moyeu à la jante. En cyclisme, on parle du voile d'une roue lorsque celle-ci est déformée, et que la jante n'est plus dans un même plan.

Médecine[modifier | modifier le code]

Dans une radiographie pulmonaire, un voile est une diminution de la transparence d'une zone étendue.

Musique[modifier | modifier le code]

Philosophie[modifier | modifier le code]

Le voile désigne par métaphore une dissimulation, volontaire ou non. « Pour agir, il faut être enveloppé dans le voile de l'illusion » — Nietzsche[7].

Sport[modifier | modifier le code]

Textiles et habillement[modifier | modifier le code]

Un voile est une pièce d'étoffe qui recouvre et dissimule. Il peut notamment désigner :

On recouvre souvent les œuvres d'un voile avant leur inauguration.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la langue française.
  2. Nicole Pradalier, « Sexe et genre en français », La linguistique, vol. 46,‎ , p. 113-120 (DOI 10.3917/ling.461.0113, lire en ligne).
  3. Édouard Pichon et Jacques Damourette, Essai de grammaire de la langue française : des mots à la pensée, t. 1, Paris, J.-L.-L. d'Artrey, 1930-1956 (lire en ligne), p. 417-418.
  4. Pichon et Damourette 1930-1956, p. 418.
  5. André Béguin, Dictionnaire technique de la peinture, (1re éd. 1990), p. 766.
  6. Ségolène Bergeon-Langle et Pierre Curie, Peinture et dessin, Vocabulaire typologique et technique, Paris, Editions du patrimoine, (ISBN 978-2-7577-0065-5), p. 705
  7. Friedrich Nietzsche, La Naissance de la tragédie, Gallimard, coll. « Idées », , p. 56.
  8. « La Voile », sur osm (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]