Voie des Finances (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La ligne 1 à la station Gare de Lyon. Le raccordement entre les lignes 1 et 5 se situe derrière les vitres à droite.
Tracteur à marche électrique sur le même raccordement.

La voie des finances est le nom donné à un ancien tronçon du métro de Paris. Il est constitué d'une voie unique à écartement étroit branchée à une voie de raccordement reliant la ligne 5 et la ligne 1, entre les stations Quai de la Rapée et Gare de Lyon[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le raccordement des ligne 5 et ligne 1 a été utilisé pour le service entre Place Mazas, actuellement Quai de la Rapée, et Gare de Lyon du au . Pendant les quinze premiers jours d'exploitation, une navette assure la liaison, puis elle est remplacée par les trains de la ligne 5 qui rebroussent à Place Mazas[2].

De 1937 à 1957, le train de finances approvisionne les stations du réseau en billets tandis qu'il collecte les boîtes à finances. Il est formé de deux tracteurs T 35 à 37 et parcourt chaque soir l'itinéraire Quai de la Rapée - Place d'Italie - Étoile - Gare de Lyon. Après cette dernière station, les finances sont déchargées dans le raccordement et transférées sur une ligne à voie étroite de soixante centimètres dite voie des finances, dont l'entrée est protégée par une porte blindée[3]. Des navettes électriques spécifiques y circulent jusqu'aux coffres forts situés dans les caves du bâtiment d'administration, quai de la Rapée.

Jusqu'au , la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP) puis la RATP ont collecté leurs recettes à l'aide de ces trains spéciaux[4].

Ce fonctionnement inspire le film La Grosse Caisse.

La voie de raccordement est désaffectée ; la voie étroite a été en grande partie détruite lors de la construction du nouveau siège de la RATP et de la construction de la ligne 14 (Météor).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Robert, Notre Métro, éd. Jean Robert, Paris, 1983.
  • Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor, Éditions La Vie du Rail [détail des éditions]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clive Lamming, Métro insolite, éd. 2001, p. 118
  2. Jean Robert, Notre Métro, p. 66
  3. Voir la carte détaillée du Métropolitain de Paris
  4. Jean Robert, op. cit., p. 355