Vladislav Branicki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vladislav[1] Ksavierovitch Branicki (Władysław Grzegorz Branicki)
Portrait de Vladislav Grigorievitch Branicki, extrait de l'ouvrage Portraits sur la Russie du XVIIIe et XIXe siècles, publication du grand-duc Nicolas Mikhaïlovitch de Russie, édité en 1905-1909.
Portrait de Vladislav Grigorievitch Branicki, extrait de l'ouvrage Portraits sur la Russie du XVIIIe et XIXe siècles, publication du grand-duc Nicolas Mikhaïlovitch de Russie, édité en 1905-1909.

Naissance
Saint-Pétersbourg
Décès (à 60 ans) (à 60 ans)
Varsovie
Allégeance Russie impériale
Arme Infanterie
Grade Major-général
Années de service 17971826
Conflits Guerre russo-turque (1806-1812), Guerre patriotique de 1812, Guerre de la Sixième Coalition, Campagne de France (1814), Campagne de France (1815)
Faits d'armes
Distinctions

Le comte Vladislav Ksavierovitch Branicki, (en polonais : Władysław Grzegorz Branicki, en russe : Vladislav Ksavierovitch Branitski - Владислав Ксавьерьeвич Браницкий), né le à Saint-Pétersbourg, décédé le à Varsovie, est un aristocrate d'origine polonaise, sujet de l'Empire russe. Il fut commandant de l'Armée impériale de Russie au cours des Guerres napoléoniennes, major-général, conseiller privé, sénateur.

Famille[modifier | modifier le code]

Herb Korczak.jpg

Fils de Franciszek Ksawery Branicki (1730-1819), Grand Hetman de la Couronne polonaise, et d'Alexandra von Engelhardt (1754-1838), nièce du prince Potemkine[2]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Vladislav Ksavierovitch Branicki épousa Rose Stanislavovna Potocka (1780-1862), sœur aînée du comte Stanislas Stanislavovitch Potocki.

Sept enfants naquirent de cette union :

  • Franciszek Ksawery Branicki : (1816-1879), un des éminents représentants de l'aile radicale de l'émigration polonaise à Paris, pendant la Guerre de Crimée, il tenta de lever une armée polonaise pour combattre les Russes;
  • Alexandre Branicki (1821-1877);
  • Konstanty Grzegorz Branicki (1824-1884), naturaliste et collectionneur ;
  • Władysław Michał Branicki (1826-1884), gentilhomme de la Chambre ;
  • Eliza Branicka (1820-1876), elle épousa le comte Zygmunt Krasinski, puis épousa le comte Ludwig Joseph Krasinski ;
  • Zofia Katarzyna Branicka (1821-1886), elle épousa le prince Odeskalki ;
  • Katarzyna Branicka (1825-1907), en 1847, elle épousa le comte Adam Józef Potocki[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Par le décret signé le , l'impératrice Catherine II de Russie lui accorda le grade d'enseigne dans le Régiment Préobrajensky. Le , âgé de neuf ans, le comte Branicki fut élevé au grade de lieutenant. En 1796, lors de son accession au trône, Paul Ier le renvoya de l'armée « pour défaut de comparution dans son régiment[4] ». Le , rappelé, le jeune lieutenant Branicki réintégra le Régiment Préobrajensky. En 1801, le comte accède à la fonction de Gentilhomme de la chambre[5].

En 1807, le lieutenant Branicki se porta volontaire pour servir dans l'Armée du Danube, où il prit part à la Guerre russo-turque (1806-1812)[6] Il y gagna les galons d'adjudant (). Le 1er août de l'année suivante, il fut élevé au grade de capitaine. Pendant la Guerre patriotique de 1812, le comte Branicki fut admis dans la suite de Sa Majesté impériale, en outre, il siégea au quartier-général de la 1re Armée de l'Ouest.

Le , il obtint le grade de colonel, puis il s'illustra dans les batailles Smolensk, de Borodino, Winkowo, Krasnoï. Pendant la Campagne militaire de Prusse, il se distingua aux batailles de Dresde, Kulm pour laquelle il reçut l'Ordre Pour le mérite prussien et la Croix de fer et Leipzig, pour lesquelles, il fut décoré de l'Ordre de Saint-Vladimir (3e classe), en outre, il reçut différents ordres militaires étrangers comme l'Ordre de l'Aigle rouge et l'empereur d'Autriche lui décerna l'Ordre de Léopold, ainsi que le roi de Bavière qui lui remit l'Ordre de Maximilien-Joseph. Il reçut également l'Ordre du Mérite militaire du Wurtemberg.

Le comte Vladislav Xavierovitch Branicki, assis aux côtés de son père, le Grand Hetman François-Xavier Branicki et son frère aîné, Alexandre, décédé très jeune, portrait du peintre Jean-Baptiste Lampi (1790)

Engagé dans la Campagne de France, il combattit successivement aux batailles La Rothière, d'Arcis-sur-Aube, et Paris. Au terme de cette campagne, il fut décoré de l'Ordre du Mérite militaire français. L'empereur Alexandre Ier lui accorda le grade de major-général en 1814. L'année d'après, il suivit l'empereur dans sa seconde Campagne de France.

Après le déclenchement de l'Insurrection de novembre 1830 en Pologne, le major-général ne se rangea pas aux côtés des Russes, mais ne soutint pas non plus les Polonais dans leur révolte. Le , il fut admis à siéger au Sénat et, en 1838, il fit son entrée au Conseil privé de l'Empire.

Après le décès de sa mère en 1838, il devint l'unique héritier de la propriété des Banicki à Bila Tserkva), (aujourd'hui dans l'oblast de Kiev en Ukraine), et donc l'une des personnalités les plus riches d'Europe. Sa mère lui légua le magnifique Palais Alexandra, aujourd'hui en ruines. En 1830, la comtesse Branicka, née Alexandra von Engelhardt, avait vendu pour 250 000 roubles le Palais Ioussoupov à la famille Ioussoupov[7].

Les ruines du palais Alexandra et le parc

En 1839, Vladislav Branicki fut titré comte d'Empire et il reçut en 1841 l'Ordre de l'Aigle blanc.

Il finit sa carrière comme Grand veneur de Sa Majesté impériale Nicolas Ier de Russie.

Décès[modifier | modifier le code]

Il mourut subitement le , à Varsovie au domicile de l'un de ses amis.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Distinctions militaires[modifier | modifier le code]

À noter[modifier | modifier le code]

Elżbieta Branicka, sœur cadette du major-général Vladislav Grigorievitch Branicki, épousa, malgré l'opposition de ses parents, le prince Mikhaïl Semionovitch Vorontsov. Cette ravissante jeune femme fut le grand amour du poète russe Alexandre Sergueïevitch Pouchkine, il immortalisa sa bien-aimée dans son roman Eugène Onéguine[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Dictionnaire des généraux russe ayant combattu contre l'armée de Napoléon Bonaparte, (1812-1815)www.museum.ru

Articles connexes[modifier | modifier le code]