Vladimir Iakounine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vladimir Yakounine)
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Iakounine
Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Iakounine en 2013

Naissance
Melenki (URSS)
Nationalité Drapeau : Russie Russe
Activité principale
Ancien président de la Compagnie des chemins de fer russes (2005-2015)
Autres activités
Président du conseil d’administration de l’Institut de recherche Dialogue des civilisations

Vladimir Iakounine (en russe : Владимир Иванович Якунин), né le 30 juin 1948 dans la ville de Melenki, dans l'oblast de Vladimir en Russie, est une personnalité publique russe. Ancien président de la compagnie des Chemins de fer russes (2005-2015), il est aujourd’hui président du conseil d’administration de l’Institut de recherche Dialogue des civilisations à Berlin et de la Fondation Saint André le Premier Appelé à Moscou. Il est également doyen du département des politiques publiques à la faculté des sciences politiques de l’Université d’Etat de Moscou. 

Carrière[modifier | modifier le code]

Ingénieur de formation, diplômé en 1972 de l’Institut de mécanique de Leningrad (actuelle Saint-Pétersbourg), Vladimir Iakounine commence sa carrière à Leningrad comme attaché de recherche à l’Institut national de chimie appliquée. Après avoir effectué son service militaire dans l’Armée soviétique en 1975-1977, il est ensuite ingénieur à la Direction du Comité d'Etat de l’URSS des relations économiques extérieures, puis chef de département à l’Institut physico-technique Ioffé de l’Académie des sciences de l’URSS.

De 1985 à 1991, Vladimir Iakounine est diplomate à New York, aux États-Unis, au sein de la mission permanente de l’URSS auprès de l'ONU, en assurant successivement les postes de second puis de premier secrétaire.

Il rentre en Russie en février 1991[1], quelques mois avant l’effondrement de l’URSS, et devient homme d’affaires. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Vladimir Poutine, alors responsable à la mairie de Saint-Pétersbourg, qui l’aide à réaliser un projet de création d’un tout premier centre d’affaires de la ville[1].

Il retourne dans la fonction publique en 1997 pour diriger le service d’inspection Nord-Ouest du Département du contrôle général du président de la Fédération de Russie.

En octobre 2000 Vladimir Iakounine est nommé vice-ministre des transports de la Fédération de Russie, un poste qui le fait s’installer à Moscou[1], en février 2002 – premier vice-ministre  des voies de communication.

En octobre 2003, il est nommé vice-président des Chemins de fer russes (RZD), une société par actions de type ouvert fondée par le gouvernement russe en septembre 2003 dans le cadre de la réforme du secteur ferroviaire. Il en prend la tête le 14 juin 2005 et dirige l'entreprise, premier employeur du pays, jusqu'en août 2015[2],[3],[4].

Vladimir Iakounine a été président de l’Union Internationale des Chemins de fer de 2012 à 2015[5].

En avril 2016 il crée une société de conseil Bridgens[6].

Autres activités publiques[modifier | modifier le code]

Vladimir Iakounine est président du conseil d’administration de la Fondation Saint André le Premier Appelé qui œuvre pour la promotion de la famille, des valeurs spirituelles et de la responsabilité citoyenne dans la société russe[7].

Depuis 2003, à la veille de Pâques orthodoxe, la Fondation Saint André organise une mission à Jérusalem pour ramener en Russie le « feu sacré » qui, selon les orthodoxes, jaillit du Saint-Sépulcre le samedi de Pâques. Iakounine dirige personnellement cette mission très médiatisée devenue une tradition incontournable de la fête de Pâques en Russie[8],[9].

Il chapeaute l’activité de la Fondation d’aide sociale à l’enfance «Déploie tes ailes !» qui soutient les enfants handicapés, malades et orphelins[10].

Il copréside depuis 2011 l’Association Dialogue Franco-Russe, créée à Paris en 2004 sous le patronage de Vladimir Poutine et de Jacques Chirac[11],[12].

Impliqué depuis 2003 dans la promotion du dialogue intercivilisationnel en tant que président-fondateur du Forum publique mondial Dialogue des civilisations, Iakounine annonce en octobre 2015 la prochaine création d'un think-tank international avec pour mission de contribuer, par l'analyse et la recherche, à réduire les tensions dans le monde[13].

En 2016, avec l'ancien secrétaire général du Conseil de l'Europe, coprésident du Forum public mondial Dialogue des civilisations Walter Schwimmer et le professeur de l'Université de Gottingen Peter Schultze, il fonde à Berlin le DOC Research Institute (l'Institut de recherche Dialogue des civilisations). Cet organisme non gouvernemental développe des projets de recherche et organise des événements visant à promouvoir le dialogue et à réduire les tensions dans le monde[14],[15]. Son principal évènement annuel est le Forum de Rhodes, en Grèce, qui réunit de 300 à 600 participants dont des chefs d’Etat, responsables politiques et économiques et experts du monde entier[16],[17]

Fonctions académiques[modifier | modifier le code]

Vladimir Iakounine est docteur ès sciences politiques (L’Université d’Etat de Moscou, 2007). Il a consacré sa thèse aux "Processus et mécanismes d’élaboration de la politique gouvernementale dans la société russe contemporaine"[18].

Il est auteur et co-auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels «Politique des transports : dimension politique du développement des transports» (2006), «Élaboration de la politique gouvernementale dans la Russie actuelle : problèmes, théorie et pratique» (2006), « Le post-industrialisme : l’expérience de l’analyse critique » (2012)[19]

Iakounine est directeur scientifique et président du Conseil d’administration du Centre pour l’analyse des problèmes et la conception de la gestion publique de l’Académie des sciences de Russie depuis janvier 2006.

Depuis 2011 il est doyen du département des politiques publiques de la faculté des sciences politiques de l'Université d'Etat de Moscou Lomonossov[20].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vladimir Iakounine est titulaire de nombreuses décorations russes et étrangères. Il est notamment Officier de la Légion d'honneur, dont il a été décoré par Nicolas Sarkozy à Paris le 30 septembre 2010[21].

Opinions[modifier | modifier le code]

Vladimir Iakounine est notamment connu pour ses opinions conservatrices sur les questions de société. Sur le plan international, il prône à la fois le dialogue, tout en se montrant très critique envers les Etats-Unis, auxquels il attribue la volonté d’affaiblir la Russie[22]. Il est par ailleurs souvent considéré comme un porte-voix officieux de la Russie en Europe[23],[24],[25],[26].

Sanctions[modifier | modifier le code]

Le 20 mars 2014 Iakounine a été inscrit, parmi d'autres officiels russes et proches de Vladimir Poutine, à la liste des personnes sanctionnées par le gouvernement des États-Unis en réponse à l’action de la Russie en Ukraine[27]. Les sanctions comprennent l’interdiction d’entrée et le gel des avoirs aux Etats-Unis, ainsi que l’interdiction de toute activité commerciale avec les personnes physiques et les entités juridiques des Etats-Unis.

Iakounine a vivement critiqué la politique des sanctions[28],[29], tout en affirmant qu'il ne possède pas d'avoirs aux Etats-Unis[30].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (ru) « Vladimir Iakounine: Il faut arrêter de jouer les innocents », TASS,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Head of Russian Railways, Close to Putin, Resigns », New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. « Bio de Vladimir Iakounine sur le site du Dialogue Franco-Russe », sur dialoguefrancorusse.com
  4. (en) « Bio de Vladimir Iakounine sur le site de l’Institut de recherche Dialogue des civilisations », sur doc-research.org
  5. (en) « Yakunin reelected UIC chairman », International railway journal,‎ (lire en ligne)
  6. (ru) « Vladimir Iakounine se lance dans les affaires », RBK,‎ (lire en ligne)
  7. (ru) « A propos de la Fondation Saint André le Premier appelé », sur fap.ru
  8. « Pâques : le « feu sacré » ranime la flamme des orthodoxes russes », La Croix,‎ (lire en ligne)
  9. « La religion orthodoxe, partie intégrante de la nouvelle identité russe », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  10. (ru) « A propos de la Fondation "Déploie tes ailes!" », sur detskyfond.info
  11. « Iakounine et le rapprochement franco-russe », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  12. « A propos du Dialogue Franco-Russe », sur dialoguefrancorusse.com
  13. (en) « Vladimir Yakunin opens 13th annual Rhodes Forum and announces launch of think tank », sur dofc-foundation.org
  14. (en) « DOC Research Institute has been launched », sur doc-research.org,
  15. « Le soft power russe s’installe à Berlin », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « Rhodes gathering blames the world’s woes on the west », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  17. (ru) « Vladimir Iakounine invite à Rhodes des chefs d’Etat », Kommersant,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « Catalogue de thèses, The Scientific association of the CIS », sur disseng.com
  19. (ru) « Liste des ouvrages de Vladimir Iakounine », sur litres.ru
  20. (ru) « Fiche de Vladimir Iakounine sur le site de la faculté des sciences politiques de l’Université d’Etat de Moscou », sur polit.msu.ru
  21. (ru) « Le président des Chemins de fer russes Vladimir Iakounine est décoré de la Légion d’honneur », RZD,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « US accused of ‘trying to destroy Russia’ », The Financial Times,‎ (lire en ligne)
  23. « Vladimir Iakounine: "Les Russes ont changé le cours de la guerre en Syrie" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  24. « "Trump et Poutine peuvent s’entendre", selon Vladimir Iakounine, proche du n°1 russe », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  25. « Vladimir Iakounine : "Sur Poutine, l'Occident se contente de clichés" », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  26. « La Russie et les pays européennes sont unis par leurs racines chrétiennes », La Croix,‎ (lire en ligne)
  27. (en) « Treasury Sanctions: Russian Officials, Members Of The Russian Leadership’s Inner Circle, And An Entity For Involvement In The Situation In Ukraine », sur https://www.treasury.gov,
  28. (en) « For Putin Ally, U.S. Sanctions Only Add to Anti-Russia Conspiracy Theory », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  29. « Iakounine : «Les sanctions renforcent la cohésion russe et la popularité de Poutine» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « EU and US sanctions list: profiles of the targets », Financial Times,‎ (lire en ligne)

Liens[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]