Vladimir Iourzinov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Iourzinov
Photo de Iourzinov
Iourzinov en 2010.
Nationalité Drapeau de la Russie Russie
Naissance ,
Moscou, RSFS de Russie
Union soviétique
Entraîneur retraité
A entraîné SM-sarja
Koovee Tampere
URSS/Russie
HK Dinamo Moscou
Dinamo Riga
Lokomotiv Iaroslavl
SM-liiga
TPS Turku
LNA
Kloten Flyers
International
Russie
Activité 1972-2007
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la gauche
A joué pour URSS
HK Dinamo Moscou
SM-sarja
Koovee Tampere
Carrière pro. 1957-1974

Temple de la renommée de l'IIHF : 2002

Temple de la renommée russe : 2014

Temple de la renommée finlandais : 2009

Vladimir Vladimirovitch Iourzinov — en russe Владимир Владимирович Юрзинов — (né le à Moscou en Union soviétique) est un joueur professionnel puis entraîneur de hockey sur glace russe. Il a été admis au Temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey sur glace en 2002 en tant que bâtisseur. Il est également membre des temples de la renommée du hockey russe et finlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Vladimir Iourzinov commence sa carrière en 1957 avec le HK Dinamo Moscou du championnat d'Union soviétique, un club avec lequel il évolue pendant 15 ans[1]. En 1961, il intègre la sélection nationale soviétique à l'occasion du Championnat du monde[2]. Bien que favoris, les joueurs au maillot frappé du CCCP se font surprendre par le Canada et la Tchécoslovaquie et doivent se contenter de la médaille de bronze[3]. Un an plus tard, Iourzinov devient capitaine du Dinamo, une responsabilité qu'il garde jusqu'en 1968[4].

Lors du Championnat du monde 1963, il remporte la médaille d'or et termine meilleur pointeur à égalité avec quatre autres joueurs mais est devancé au classement par Harold Jones et Sven « Tumba » Johansson en raison du nombre de buts marqués[5]. À son retour du tournoi, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey soviétique[6]. En championnat, cette même saison, il est nommé dans l'équipe d'étoiles[7]. Sélectionné dans l'équipe nationale en vue des Jeux olympiques d'hiver de 1964, il souffre d'une crise d'appendicite la veille du départ pour Innsbruck et est remplacé par Viktor Iakouchev[1]. En 1969, il remporte son second championnat du monde et fait ses dernières apparitions sous le maillot national. Il totalise alors 54 sélections et 23 buts[2].

En 1971-1972, il dispute sa dernière saison avec le Dinamo et remporte son premier titre en club avec la Coupe d'Union soviétique gagnée aux dépens du Khimik Voskressensk[8]. Il compte alors 490 matchs et 242 buts dans l'élite soviétique[9]. Iourzinov poursuit ensuite sa carrière en Finlande où il devient entraîneur-joueur du Koovee Tampere de la SM-sarja, l'élite nationale[1].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En 1974, avant la Série du siècle jouée face une sélection de joueurs canadiens de l'Association mondiale de hockey, Iourzinov devient l'assistant de Boris Koulaguine auprès de l'équipe d'URSS[1]. Il conserve cette position jusqu'en 1991[10], travaillant avec Viktor Tikhonov à partir de 1977[1]. Durant cette période, la sélection remporte neuf championnats du monde[11], trois titres olympiques[12] et une Coupe Canada[13].

En parallèle, Iourzinov devient entraîneur-chef du HK Dinamo Moscou de 1974 à 1980[1]. En 1976, il mène son club à la victoire en Coupe d'URSS[14]. Cette même année, il est de nouveau intronisé au Temple de la renommée du hockey soviétique mais cette fois-ci en tant qu'entraîneur[4]. En 1980, il est nommé à la tête du Dinamo Riga. Sous sa direction et avec un effectif comprenant entre autres Artūrs Irbe, le club letton réalise sa meilleure performance dans le Championnat soviétique en atteignant la finale mais s'incline face au HK CSKA Moscou[1],[15]. Un an plus tard, il retrouve le Dinamo Moscou et remporte avec lui les trois dernières éditions du championnats soviétiques[16],[17],[18].

En 1992, Iourzinov retourne en Finlande où il prend la direction du TPS Turku[19]. Dès sa première saison, il mène son équipe au titre en SM-liiga et reçoit le Trophée Kalevi Numminen du meilleur entraîneur[20], une récompense qu'il gagne également les deux années qui suivent[21]. La saison suivante, le TPS crée la surprise en s'adjugeant la Coupe d'Europe aux dépens du Dinamo Moscou[22]. Avec Saku Koivu meilleur pointeur de la ligue, Iourzinov et le TPS remporte de nouveau la SM-liiga en 1995[23] puis la première édition de la Ligue européenne de hockey en 1997[24]. Suivant le décès d'Igor Dmitriev, Iourzinov est nommé à la tête de l'équipe de Russie pour les Jeux olympiques d'hiver de 1998, les premiers avec des joueurs de la Ligue nationale de hockey[1]. Vainqueurs de leurs cinq premières parties, les Russes retrouvent en finale la République tchèque de Dominik Hašek[25]. Aucune des deux équipes n'arrive à marquer jusqu'au but de Petr Svoboda, le seul de la rencontre, qui offre la médaille d'or aux Tchèques[26]. Iourzinov continue avec la sélection lors du Championnat du monde qui suit mais les Russes y sont éliminés au deuxième tour[27].

Avant le début de la saison 1998-1999, Iourzinov quitte le TPS pour la Suisse où il devient entraîneur-chef des Kloten Flyers de la Ligue nationale A[10]. Il reste six ans avec le club zurichois avant d'être démis de ses fonctions après un début de saison 2004-2005 catastrophique[28]. En 2002 la Fédération internationale de hockey sur glace l'honore en le faisant membre de son Temple de la renommée à titre de bâtisseur[29]. Il retourne diriger en Russie en 2005 avec le Lokomotiv Iaroslavl de la Superliga[6]. Pour le Match des étoiles 2006 du championnat russe, il est choisi avec Vladimir Krikounov pour être les entraîneurs de l'équipe de l'Ouest[30]. À l'issue de la saison 2006-2007, il met fin à sa carrière d'entraîneur[10]. Durant ces années, il continue son travail avec l'équipe de Russie en étant l'adjoint de Viatcheslav Fetissov lors des Jeux de 2002[4], de Tikhonov pour le Championnat du monde 2004[31], de Zinetoula Bilialetdinov pour la Coupe du monde 2004[32] et de Krikounov en 2005 et 2006[33],[34].

En 2009, il devient le premier président de la Molodiojnaïa Hokkeïnaïa Liga, la nouvelle ligue junior russe[35]. Cette même année, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey finlandais en tant qu'entraîneur[19]. En 2011, il s'engage pour trois ans avec le club suisse Lausanne HC en qualité de consultant auprès de l'encadrement[36].

Au cours de sa vie, Iourzinov a reçu plusieurs distinctions de la part des gouvernements soviétique et russe : la Médaille de la Vaillance du travail en 1975, l'Ordre du Drapeau rouge du Travail en 1978, l'Ordre de l'Insigne d'honneur en 1981, l'Ordre de l'Honneur en 1998 et l'Ordre du Mérite pour la Patrie (4e classe) en 2011[6].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir Statistiques du hockey sur glace.

En club[modifier | modifier le code]


Statistiques par saison[9]
Saison Équipe Ligue PJ  B   A  Pts Pun
1957-1958 HK Dinamo Moscou Klass A 26 4
1958-1959 HK Dinamo Moscou Klass A 27 11
1959-1960 HK Dinamo Moscou Klass A 36 18
1960-1961 HK Dinamo Moscou Klass A 27 17 4 21 8
1961-1962 HK Dinamo Moscou Klass A 31 27 4 31 24
1962-1963 HK Dinamo Moscou Klass A 27 16 7 23 6
1963-1964 HK Dinamo Moscou I gruppa 24 10
1964-1965 HK Dinamo Moscou I gruppa 32 10 6 16 4
1965-1966 HK Dinamo Moscou I gruppa 29 15 2 17 10
1966-1967 HK Dinamo Moscou I gruppa 39 25 5 30 26
1967-1968 HK Dinamo Moscou I gruppa 44 23 8 31 20
1968-1969 HK Dinamo Moscou Pervaya gruppa 40 25
1969-1970 HK Dinamo Moscou Pervaya podgruppa 42 19
1970-1971 HK Dinamo Moscou Vysshaya Liga 39 16 7 23 8
1971-1972 HK Dinamo Moscou Vysshaya Liga 28 6 6 12 12
1972-1973 Koovee Tampere SM-sarja 25 13 13 26 31
1973-1974 Koovee Tampere SM-sarja 35 24 18 42 16

Au niveau international[modifier | modifier le code]

Statistiques par compétition[9]
Année Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1961 Championnat du monde 3 0 2 2 0 Médaille de bronze Médaille de bronze
1963 Championnat du monde 7 5 7 12 0 Médaille d'or Médaille d'or
1969 Championnat du monde 2 3 1 4 0 Médaille d'or Médaille d'or

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (ru) « Владимир Юрзинов: динамовец навсегда », sur www.championat.com,‎ (consulté le 10 août 2013).
  2. a et b (en) Arthur R. Chidlovski, « Team CCCP Player Info: Vladimir Yurzinov », sur www.chidlovski.net (consulté le 10 août 2013).
  3. Marc Branchu, « Championnats du monde 1961 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2013).
  4. a, b et c (en) Arthur R. Chidlovski, « The Summit in 1974: Team USSR Roster — Vladimir Yurzinov », sur www.chidlovski.com (consulté le 10 août 2013).
  5. Marc Branchu, « Championnats du monde 1963 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2013).
  6. a, b et c (en) « One maitre of Russian Hockey, Vladimir Yurzinov is celebrating his 73rd birthday », sur mhl.khl.ru, (consulté le 10 août 2013).
  7. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1962/63 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2013).
  8. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1971/72 », sur www.passionhockey.com (consulté le 10 août 2013).
  9. a, b et c (en) « Vladimir Yurzinov », sur Eliteprospects.com (consulté le 10 août 2013)
  10. a, b et c (en) « Valdimir Yurzinov profile », sur Eurohockey.com (consulté le 11 août 2013)
  11. (en) « All Medallists — IIHF World Championships », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2013).
  12. (en) « All Medallists — Olympic Ice Hockey Tournaments, Men », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2013).
  13. Marc Branchu, « Coupe Canada 1981 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  14. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1975/76 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  15. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1987/88 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  16. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1989/90 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  17. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1990/91 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  18. Marc Branchu, « Championnat d'URSS 1991/92 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  19. a et b (fi) « Jääkiekkoleijonat — Vladimir Jurzinov », sur vapriikki.fi (consulté le 11 août 2013).
  20. Marc Branchu, « Championnat de Finlande 1992/93 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  21. (fi) « Kalevi Numminen -palkinto », sur www.sm-liiga.fi (consulté le 11 août 2013).
  22. Marc Branchu, « Coupe d'Europe des clubs champions 1993/94 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  23. Marc Branchu, « Championnat de Finlande 1994/95 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  24. Marc Branchu, « EHL 1996/97 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  25. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Nagano 1998 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  26. Marc Branchu, « Russie - République Tchèque (22 février 1998) », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  27. Marc Branchu, « Championnats du monde 1998 », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  28. Marc Branchu, « Suisse 2004/05 : présentation », sur www.passionhockey.com (consulté le 11 août 2013).
  29. (en) « IIHF Hall of Fame », sur www.iihf.com (consulté le 11 août 2013).
  30. (ru) « МАТЧ “ВСЕХ ЗВЕЗД РОССИИ” - 2006 », sur hockeyarchives.ru (consulté le 11 août 2013).
  31. (en) « СТАТИСТИКА ИГРОКОВ СБОРНОЙ РОССИИ - ЧЕМПИОНАТ МИРА 2004 », sur hockeyarchives.ru (consulté le 11 août 2013).
  32. (en) « СТАТИСТИКА ИГРОКОВ СБОРНОЙ РОССИИ - КУБОК МИРА 2004 », sur hockeyarchives.ru (consulté le 11 août 2013).
  33. (en) « СТАТИСТИКА ИГРОКОВ СБОРНОЙ РОССИИ - ЧЕМПИОНАТ МИРА 2005 », sur hockeyarchives.ru (consulté le 11 août 2013).
  34. (en) « СТАТИСТИКА ИГРОКОВ СБОРНОЙ РОССИИ - ЧЕМПИОНАТ МИРА 2006 », sur hockeyarchives.ru (consulté le 11 août 2013).
  35. « RUS: Jursinov dirigera la ligue junior », sur www.planetehockey.com, (consulté le 11 août 2013).
  36. « L’œil affûté de Vladimir Jursinov au service du Lausanne HC », sur journal.24heures.ch, (consulté le 11 août 2013).