Vladimir Demikhov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vladimir Demikhov
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Raïon de Novonikolaïevsky (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Владимир Петрович ДемиховVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Faculté de biologie de l'université de Moscou (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Institut Sklifossovski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Moscow, St.Demetrios in Devichye Pole Demikhov surgeon memory plate.JPG
Plaque commémorative

Vladimir Petrovitch Demikhov (1916–1998) est un scientifique soviétique et l'un des pionniers de la transplantation d'organes. Il a effectué plusieurs transplantations dans les années 1940 et 1950, dont la transplantation d'un cœur dans un animal et un remplacement cœur-poumon chez un animal.

Il est également connu pour ses greffes de tête de chien, qu'il a menées pendant les années 1950, aboutissant à des chiens à deux têtes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le , dans une famille de paysans russes, il grandit dans une petite ferme dans la partie nord de la région russe de Volgograd.

En 1934, Vladimir Demikhov étudie à l'Université d'État de Voronej. En 1937, il créé le premier cœur artificiel du monde et l'a implanté avec succès dans un chien (qui a survécu pendant deux heures après l'opération). Cette expérience a été publiée en avril 1938 dans le journal étudiant de l'université et a été présentée aux autres étudiants lors d'une conférence scientifique le mois suivant. Il a poursuivi ses études à la faculté de biologie de l'Université d'État de Moscou, où il a obtenu son diplôme avec les honneurs en .

Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, Vladimir Demikhov devient un soldat en tant qu'expert médico-légal et pathologiste dans l'Armée rouge ; lors de la Seconde Guerre mondiale en . Après la guerre, il reprend son poste dans le département de physiologie humaine à l'Université de Moscou. De 1947 à 1955, Vladimir Demikhov mène ses premières expérimentations de transplantation.

En 1947, il a effectué la première greffe de poumon orthotopique. Plus tard, il effectue des transplantations cardiothoraciques complexes ainsi que des transplantations rénales et hépatiques[1].

Transplantation de tête de chien[modifier | modifier le code]

En , il transplante la tête d'un chien sur un autre chien au niveau du cou, en utilisant des connexions vasculaires au cœur du chien hôte. Les deux têtes peuvent manger et boire séparément mais n'a pas pu surmonter les problèmes de rejet jusqu'à 30 jours après l'opération[1]. Par la suite, cette expérience scientifique a inspiré le scientifique Robert J. White pour ses transplantations de tête sur les singes. Préalablement en 1908, une expérience scientifique similaire avait été menée par le chirurgien français Alexis Carrel et l’Américain Charles Guthrie qui ont greffé une seconde tête sur le corps d’un chien receveur. L’animal fut euthanasié quelques heures plus tard[2].

La dernière greffe de tête de chien réalisée par Vladimir Demikhov le 13 janvier 1959 en Allemagne de l'Est

Son travail de transplantation a été largement rapporté à l'intérieur de l'Union soviétique, où cette opération controversée a été continuellement critiqué pour être contraire à l'éthique scientifique. Dans les années 1950, un comité de révision du ministère soviétique de la Santé décide que le travail de Vladimir Demikhov était contraire à l'éthique et a reçu l'ordre de cesser ses projets de recherche. Cependant, le directeur de l'institut Alexandre Vassilievitch Vichnevski, chirurgien chargé des forces armées soviétiques bénéficiait d'une influence considérable pour contourner les décisions du ministère de la Santé et permettre les activités de recherche de Vladimir Demikhov[3].

La communication de cette expérience s'est propagée au monde extérieur qu'à la fin des années 1950[4]. En France, un extrait de l'opération est diffusé au journal "Les Actualités Françaises" avec des perspectives prometteuses selon Vladimir Demikhov pour le genre humain[5]. Cette expérimentation de transplantation spectaculaire a forgé la notoriété de Vladimir Demikhov tandis que ses réalisations chirurgicales thoraciques également pionnières ont été peu reconnues[4].

Références[modifier | modifier le code]

Sources internes[modifier | modifier le code]

Sources externes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) R. M. Langer, « Vladimir P. Demikhov, a Pioneer of Organ Transplantation », Transplantation Proceedings, vol. 43, no 4,‎ , p. 1221–1222 (ISSN 0041-1345, DOI 10.1016/j.transproceed.2011.03.070, lire en ligne, consulté le )
  2. « Chronologie de la controverse », sur Transplantation de tête (consulté le )
  3. Igor E. Konstantinov, « At the Cutting Edge of the Impossible », Texas Heart Institute Journal, vol. 36, no 5,‎ , p. 453–458 (ISSN 0730-2347, PMID 19876428, PMCID 2763473, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b (en) Simon Matskeplishvili, « Vladimir Petrovich Demikhov (1916–1998)A pioneer of transplantation ahead of his time, who lived out the end of his life as an unknown and in poor circumstances », European Heart Journal, vol. 38, no 46,‎ , p. 3406–3410 (ISSN 0195-668X, DOI 10.1093/eurheartj/ehx697, lire en ligne, consulté le )
  5. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Science et vie : expériences de greffes sur des chiens en URSS », sur Ina.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]