Vladimir Arsenijević

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Vladimir Arsenijević
Vladimir Arsenijević at Krokodil 04 - cropped.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Distinction
Prix NIN ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Vladimir Arsenijević (en serbe cyrillique : Владимир Арсенијевић), né en 1965 à Pula, en Croatie, est un écrivain, un traducteur et un éditeur serbe. Il vit à Belgrade après un court exil en 1999 au Mexique, à l'invitation du Parlement des écrivains.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'écrivain, Vladimir Arsenijević a remporté le prix NIN pour son premier roman U potpalublju, paru en 1994, ce qui en a fait le plus jeune récipiendaire de ce prix ; c'était également la première fois qu'une première œuvre était récompensée par ce prix ; ce livre est considéré comme représentatif du néoréalisme serbe[1],[2]. U potpalublju, qui s'élève contre la guerre, a été traduit dans une vingtaine de langue, dont en français sous le titre À fond de cale, publié chez Plon[3]. L'ouvrage a été adapté pour le théâtre et présenté au Théâtre dramatique yougoslave de Belgrade dans une mise en scène de Nikita Milivojević. À fond de cale est le premier volet d'une tétralogie intitulée Cloaca Maxima.

Vladimir Arsenijević a créé la maison d'édition Rende, où il a travaillé jusqu'en 2007. Il dirige à Belgrade une section de la maison d'édition croate VBZ.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traductions

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Slobodan Vladušić, « Neorealism in Serbian Prose of the 1990s : its Development and Transformations », sur http://muse.jhu.edu, Site du Projet Muse (consulté le 18 janvier 2011)
  2. (en) Ken Kalfus, « Balkan Sorrows », sur https://www.nytimes.com, The New York Times, (consulté le 18 janvier 2011)
  3. (fr) Catherine Argand, « La littérature serbe change de camp », sur http://www.lexpress.fr, L'Express, (consulté le 18 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]