Vladimir Arseniev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arseniev.
Vladimir Arseniev
L'officier-topographe et explorateur Vladimir Arseniev (photo de 1917)
L'officier-topographe et explorateur Vladimir Arseniev (photo de 1917)

Nom de naissance Vladimir Klavdievič Arseniev
Naissance
Drapeau de l'Empire russe Saint-Pétersbourg (Empire russe)
Décès (à 58 ans)
Drapeau de l'URSS Vladivostok (URSS)
Nationalité russe

Découvertes principales Extrême-Orient russe
Pour le compte de Empire russe puis URSS
Dernière expédition 1929-1930
Hommage Arseniev (ville)
Autres activités Ethnographe, Topographe, Militaire, Écrivain

Vladimir Klavdievitch Arseniev (en russe : Владимир Клавдиевич Арсеньев, ISO 9 : Vladimir Klavdievič Arsen'ev), né à Saint-Pétersbourg, sous l'Empire russe, le [1] et mort le à Vladivostok, est un officier-topographe de l'armée russe, explorateur de la Sibérie orientale (appelée aussi « Extrême-Orient russe »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vladimir Arseniev et Dersou Ouzala en mission d'exploration (photo de 1906)

Il est surtout connu pour avoir écrit de nombreux ouvrages sur ses explorations : quelque soixante livres sur la géographie, la nature sauvage, et l'ethnographie des régions qu'il a visitées. L'auteur raconte ses voyages dans plusieurs livres, le plus connu étant La Taïga de l'Oussouri - Mes expéditions avec le chasseur golde Derzou (le titre sera plus tard abrégé en Dersou Ouzala) : ce sont les mémoires d'Arseniev concernant trois expéditions dans la taïga (forêt) du nord de l'Asie, le long de la mer du Japon et au nord de Vladivostok. Le livre a pour titre le nom du guide d'Arseniev, un autochtone oussurien de la tribu Nanaï (qu'on appelait, il y a peu, « Golde », d'où le titre du livre).

Dersou Ouzala a été adapté au cinéma par deux fois. La version la plus connue est celle réalisée en 1975 par Akira Kurosawa, qui a adapté pour ce film deux livres de la trilogie « Dersou Ouzala » : La Taïga de l'Oussouri - Mes expéditions avec le chasseur gold Derzou (По Уссурийскому Краю, 1921) et Dersou Ouzala : la Taïga de l'Oussouri (Дерсу Узала Из воспоминаний о путешествиях по Уссурийскому краю в 1907 г. Владивосток, 1923). Le film décrit les explorations d'Arseniev de la vallée de l'Oussouri, de 1902 à 1907, aux côtés du vieux trappeur Dersou Ouzala.

Arseniev a pris de nombreuses photos lors de ses expéditions. Il a été aussi un des premiers à décrire nombre d'espèces de la flore de Sibérie. Durant la Guerre civile (1918-1921), il est commissaire aux minorités ethniques de l'éphémère République d'Extrême-Orient.

Non seulement le régime communiste stalinien n'a témoigné d'aucune reconnaissance envers les travaux d'Arseniev, mais il a également été accusé d'intelligence avec l'ennemi, à savoir les Japonais. Il a été recherché et ses archives ont été saccagées. Il n'a échappé à ses poursuivants que parce qu'il se trouvait alors en expédition et parce qu'il n'est jamais revenu chez lui, terrassé sur le terrain par un ultime coup de froid mortel. Sa femme, Margarita Nikolaevna Arsenieva, est arrêtée et jugée sous le même chef d'inculpation en 1937. Elle a été exécutée, et sa fille, Natalia Vladimirovny Arseneva, a alors été placée en centre d'internement pendant au moins quinze ans.

Sa maison à Vladivostok est devenue un musée ; une ville des régions qu'il a explorées a pris son nom en son honneur : Arseniev.

À gauche sur le bac : le chef d'expédition Vladimir Arseniev (photo prise entre 1903 et 1930.

Etudes scientifiques[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Ethnographie : a étudié les modes de vie et l'origine des populations indigènes d'Extrême-Orient.
  • Hydrographie : a trouvé les sources jusque-là inconnues des plus grandes rivières de la région du Kraï du Primorie et a recueilli les premières informations sur leur profondeur, leur flux et leurs courants.
  • Biologie : a étudié les oiseaux, les poissons et les plantes du Kraï du Primorie.

Œuvre[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Trilogie Dersou Ouzala[modifier | modifier le code]

Vladimir Arseniev a écrit trois livres sur ses explorations en compagnie de Dersou Ouzala ; ils constituent une trilogie[2] :

  • 1921 : La Taïga de l'Oussouri - Mes expéditions avec le chasseur gold Derzou (По Уссурийскому Краю), 1er livre de la trilogie
    Première publication en France en 1939[3] - Traduit du russe par le prince Pierre P. Wolkonsky ; Paris : Éditions Payot, 313 p.
  • 1923 : Dersou Ouzala : la Taïga de l'Oussouri (Дерсу Узала Из воспоминаний о путешествиях по Уссурийскому краю в 1907 г. Владивосток)
    Première publication en France en 1977, traduit par Pierre P. Wolkonsky, Paris : Éditions Pygmalion, 313 p. Dernière réédition en 2007 (réédition de l'ouvrage de 1939), présentation, glossaire, bibliographie et cartographie par Michel Jan, Paris : Éditions Payot & Rivages, collection : Petite bibliothèque Payot : voyageurs no 624, 395 p. (ISBN 978-2-228-90177-2).
  • 1937 : Aux confins de l'Amour (В горах Сихотэ-Алиня), œuvre posthume, troisième livre de la trilogie Dersou Ouzala
    Première publication en France 1994[4], traduit par Antoine Garcia et Yves Gauthier ; Arles : Actes Sud, collection : Terres d'aventure, 231 p. (ISBN 2-7427-0230-X).

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1914 : Китайцы в Уссурийском крае (litt. Les Chinois de la province de l'Oussouri), inédit en France.
  • 1925 : В кратере вулкана (litt. Dans le cratère de volcan), inédit en France.
  • 1925 : Дорогой хищник : охота на соболя в Уссурийском крае (litt. Le Cher Prédateur : la chasse les ressorts dans la province de l'Oussouri), inédit en France.
  • 1926 : Лесные люди — удэхейцы (litt. Les Populations de la forêt), inédit en France.
  • 1927 : Тихоокеанский морж (litt. Le Morse du Pacifique), inédit en France.
  • 1930 : Сквозь тайгу (litt. Par la taïga), inédit en France.
  • 1937 : Мифы, легенды, предания и сказки народов Дальнего Востока (litt. Mythes, légendes, traditions et fables des peuples de l'Extrême-Orient russe), inédit en France.
  • Быт и характер народностей Уссурийского края (litt. Le Mode de vie et la nature des nationalités oussourianes), inédit en France.
  • Встречи в тайге (litt. Réunions dans la taïga), inédit en France.

Hommage[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Statue de Vladimir Arseniev dans la ville d'Arseniev
Timbre de 40 kopecks de la poste soviétique à l'effigie de Vladimir Arseniev, édité en 1956
  • Plusieurs sculptures ont été érigées à la mémoire de Vladimir Arseniev : une statue de Maxime Gorki dans le jardin public de l'avenue Gorki et, dans la ville d'Arseniev, un monument sur la colline Ouvalnaïa érigé en 1972 par les habitants, où figure également une sculpture en mémoire de son ami Dersou Ouzala.
  • Dans la ville de Khabarovsk, une plaque commémorative a été apposée sur le mur du musée de la ville de Khabarovsk que Vladimir Arseniev a dirigé pendant dix ans.
  • Un glacier porte son nom, situé sur la pente nord de l'Avachinskaya, montagne de la région Kraï du Primorie.
  • Le navire fluvial russe à quatre ponts, le « 30 лет ГДР », qui parcourt le fleuve Amour (1er fleuve de Sibérie), a été rebaptisé le « Vladimir Arseniev » en 1990.
  • Un timbre de la poste soviétique a été édité à sa mémoire en 1956.

Source[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le calendrier julien en vigueur en Russie.
  2. Cf. l'article Wikipedia en russe sur Vladimir Arseniev (section "livres" ("Книги")).
  3. Notice n°: FRBNF31734359 de la Bibliothèque nationale de France
  4. Notice n°: FRBNF35723947

Liens externes[modifier | modifier le code]