Viviers-du-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viviers-du-Lac
La mairie et l'église de Viviers-du-Lac.
La mairie et l'église de Viviers-du-Lac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Motte-Servolex
Intercommunalité Grand Lac
Maire
Mandat
Robert Aguettaz
2014-2020
Code postal 73420
Code commune 73328
Démographie
Population
municipale
2 180 hab. (2014)
Densité 553 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 55″ nord, 5° 54′ 23″ est
Altitude Min. 228 m – Max. 389 m
Superficie 3,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Viviers-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Viviers-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viviers-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viviers-du-Lac
Liens
Site web viviersdulac.fr

Viviers-du-Lac est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Viviers-du-Lac (la commune en arrière-plan étant Méry).

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Viviers-du-Lac se situe en Savoie, entre Chambéry et Aix-les-Bains, en bordure de la rive sud-est du lac du Bourget.

Son territoire s'étend sur 3,94 km2 avec une partie située sur le lac du Bourget dénommée le hameau de Terre-Nue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Viviers-du-Lac sont Tresserve et Aix-les-Bains sur quelques mètres au nord (au niveau du golf, Drumettaz-Clarafond au nord-est, Méry à l'est, Sonnaz au sud-est, Voglans au sud-ouest et Le Bourget-du-Lac à l'ouest.

Communes limitrophes de Viviers-du-Lac
Le Bourget-du-Lac Tresserve / Aix-les-Bains Drumettaz-Clarafond
Le Bourget-du-Lac Viviers-du-Lac Méry
Voglans Voglans / Sonnaz Sonnaz

Transports et voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée à l'ouest par l'ancienne route nationale 201, aujourd'hui route départementale 1201, qui relie Chambéry à la frontière suisse et prolonge la voie rapide urbaine de Chambéry. À l'est, l'ancienne route nationale 491, aujourd'hui route départementale 991, longe la première mais dessert le chef-lieu de Viviers-du-Lac.

Sur le plan ferroviaire, la commune est traversée par la ligne de Culoz à Modane (frontière) et est desservie par la gare de Viviers-du-Lac, unique gare encore en service commercial entre Chambéry et Aix-les-Bains. La gare est desservie par les TER Rhône-Alpes assurant les liaisons entre Ambérieu-en-Bugey et Chambéry. Les autocars TER desservant la commune marquent leur arrêt non pas devant la gare mais devant l’église située à une centaine de mètres.

Viviers-du-Lac est par ailleurs desservie par les bus du réseau de bus urbains Ondéa. La ligne principale n°1 reliant Aix-les-Bains au Le Bourget-du-Lac dessert une grande partie du territoire de la commune. Les lignes de proximité 10 et 12 desservent également la commune en période et aux horaires scolaires.

La plus grande rue est la rue Antoine Montagnole en parallèle de la mairie, de l'école et de l'église.

Le hameau de Terre-Nue, au bord du lac, est traversé par la rue du Colonel Bachetta qui rejoint la route D1201.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Viviers prend sa forme définitive en 1956[1],[2]. Jusqu'à cette date, la forme d'usage était Le Viviers[2],[3]. On trouve la forme Viveria en 1488[2],[3].

Le nom Viviers trouve son origine dans le mot vivier, dérivant du latin vivarium, « garenne, vivier »[2],[3].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Le Vevyé, selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Robert Aguettaz ... ...
mars 2008 en cours Robert Aguettaz ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 180 habitants, en augmentation de 8,57 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
222 189 286 370 481 500 488 465 513
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
481 502 551 451 463 437 452 425 418
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
400 456 467 454 508 626 669 711 775
1982 1990 1999 2005 2010 2014 - - -
971 1 144 1 491 1 751 2 056 2 180 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l’église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice communale de Viviers-du-Lac sur le site de l'EHESS.
  2. a, b, c et d D'après Henry Suter, « Viviers », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 27 octobre 2016).
  3. a, b et c Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 505.
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .