Vive l'empereur !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Vive l'Empereur !.

Vive l’empereur ! est le septième tome de la série de bande dessinée Jour J. Il est écrit par Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Fred Blanchard, dessiné et mis en couleur par Gess. Cet album a été publié chez Delcourt en .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans cette ligne temporelle, la paix d'Amiens de 1802 entre la France et l’Angleterre n'a jamais été rompue, et les deux empires se sont partagé le monde. L'Empire français s'étend désormais sur tout le continent eurasien jusqu'aux frontières de la Chine, et le Royaume-Uni a acquis la maîtrise totale des mers et du continent américain. Les deux super-nations ont également suivi des voies technologiques différentes puisque la France a basé son avance sur la maîtrise de l'énergie électrique, alors que le Royaume-Uni a préféré miser sur le pétrole et l'acier.

L'histoire débute en 1925 lorsqu'à la frontière chinoise, un avant-poste de soldats français est brutalement attaqué par des soldats chinois. Aidés par leur armement électrique avancé, les soldats français parviennent à repousser l'attaque, mais seule une infime poignée d'entre eux s'en sort. L'incident aussi grave qu'il soit sur le plan diplomatique n’entraîne pourtant aucune représaille, car l'Empire français est bien plus occupé à préparer le couronnement de son nouvel empereur, le jeune Napoléon V. Une grande partie des souverains de ce monde est en effet conviée à l'évènement, et tout doit être fait pour impressionner ces hôtes distingués, et en particulier le roi britannique Georges.

Mis à pied par sa hiérarchie, un des survivants de l'attaque du poste frontière, le capitaine Nerval, est officieusement chargé par le colonel Ben Tabaz, chef des Mamelouks et du renseignement militaire, de surveiller et d'aider le grand ingénieur Nikola Tesla, dont la nouvelle invention doit montrer aux yeux du monde la toute puissance militaire de l'Empire. Mais Tesla n'arrive pas à trouver de source d'énergie suffisamment puissante pour faire fonctionner sa nouvelle invention, et compte sur les travaux de son jeune assistant pour disposer de la puissance de l'atome, seule énergie à même d'alimenter son invention.

Pendant ce temps, les comploteurs s'activent dans les bas-fonds parisiens, et mettent au point leur plan avec la complicité d'une espionne du nom de Mata Hari et d'une loge secrète d'Outre-Rhin, dont le représentant est un jeune caporal autrichien du nom d'Adolf Hitler. Leur plan consiste à s'approprier les « sphères à énergie » convoitées par Tesla, qui sont en fait deux blocs de matière fissible, et de provoquer un cataclysme nucléaire qui rasera Paris en tuant du même coup l'ensemble des dirigeants présents.

Après plusieurs péripéties, le capitaine Nerval et l'assistant de Tesla parviennent à récupérer les sphères des mains des terroristes, au moment même ou le nouvel empereur est couronné. Voyant leur plan initial échouer, les Chinois qui dirigeaient en réalité le complot pour provoquer une guerre entre les deux super-puissances s'en remettent à leur solution de secours. Manipulé par les comploteurs, le caporal Hitler représentant de la province d'Autriche à la cérémonie de couronnement abat froidement le roi britannique Georges avant d'être tué par les gardes. L'incident enflamme l'opinion britannique qui déclare alors la guerre à la France et la projette dans une guerre totale. Désormais, l'Empire du Milieu a les mains libres pour affirmer sa toute puissance en Extrême-Orient.

Éditions[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]