Vivaldi (navigateur web)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vivaldi
Description de l'image Vivaldi web browser logo.svg.
Description de l'image Vivaldi-3.3-rus-2.jpg.
Informations
Développé par Vivaldi Technologies (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Première version [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 3.8 (2259.37) ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dépôt vivaldi.com/sourceVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en C++Voir et modifier les données sur Wikidata
Système d'exploitation Microsoft Windows, macOS, Linux et AndroidVoir et modifier les données sur Wikidata
Environnement X86, x86_64 et architecture ARMVoir et modifier les données sur Wikidata
Type Navigateur webVoir et modifier les données sur Wikidata
Politique de distribution gratuit
Licence Licence propriétaire et licence BSDVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web vivaldi.com/fr

Vivaldi est un navigateur web propriétaire gratuit disponible sur Windows, MacOS et Android, développé depuis 2015 par l’entreprise norvégienne Vivaldi Technologies, fondée par le cocréateur historique et ex-PDG d'Opera, Jon Stephenson von Tetzchner. Le navigateur est basé sur Chromium. Il vise, à sa création, les utilisateurs du navigateur Opera mécontents des changements de ses dernières versions}[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vivaldi commence en tant que site web de type communauté en ligne pour remplacer My Opera (en), arrêté par Opera en [3]. Jon Stephenson von Tetzchner est alors mécontent de cette décision, estimant que cette communauté avait fortement aidé au succès du navigateur Opera. Tetzchner a ensuite lancé Vivaldi Community pour compenser la fermeture de My Opera. C'est une communauté virtuelle fournissant à ses utilisateurs enregistrés : forums de discussion, service de blogage, et plusieurs autres services web.

Jon Stephenson von Tetzchner fonde Vivaldi Technologies[4].

Le , Vivaldi Technologies lance le premier aperçu technique du navigateur web Vivaldi[5],[6]. Le second aperçu technique suit le [7]. Une première version bêta est disponible le et une version bêta 2 sort le [8]. Des versions de développement sont diffusées régulièrement pour tests sur le blog des développeurs.

Le navigateur vise les technophiles, les utilisateurs intensifs d'internet et les précédents utilisateurs du navigateur Opera en désaccord avec la transition vers Opera 15 ; ce qui a retiré de nombreuses fonctionnalités populaires[4],[9]. Vivaldi vise à raviver les anciennes fonctionnalités d'Opera 12 et à en introduire de nouvelles, plus innovantes[10]. Le navigateur est mis à jour régulièrement et a gagné en popularité depuis sa première préversion sortie le [11]. Publiée le , la version 2.0 du navigateur y apporte de nombreuses fonctionnalités, dont la synchronisation des données de l'utilisateur sur les serveurs de Vivaldi, chiffrés de bout en bout[12].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Animation dans les paramètres de Vivaldi pour ouvrir un nouvel onglet (Raccourci souris)

Vivaldi est constitué d'une interface graphique sobre (flat design) mais personnalisable, permettant de masquer ou déplacer la plupart des éléments (barres de menu, d’outils, d'état ou d'onglets, champ de recherche). Par défaut, l'interface est colorisée avec la couleur dominante du site visité[13]. L'interface utilise des technologies Web HTML5, Node.js, React.js, et est donc affichée à l'aide du moteur de rendu HTML Blink[14], qui sert aussi à l'affichage des pages Web. Vivaldi dispose d'un panneau latéral pour gérer les signets, les téléchargements, les notes (manuelles ou copiées depuis des pages visitées), les contacts, la messagerie (pas encore opérationnels sur les versions 1.0.*) et des pages web choisies par l'utilisateur. Les onglets peuvent être épinglés, empilés, juxtaposés et afficher des vignettes d'aperçu de la page Web. Des commandes rapides permettent l'accès à des recherches, à l'historique, aux onglets ouverts ou à certains réglages. Les raccourcis clavier sont configurables par l'utilisateur et des raccourcis gestuels à la souris disponibles. Le Speed Dial qui s'ouvre avec chaque nouvel onglet permet de gérer certains signets visuellement, dans des groupes pouvant aussi contenir des dossiers. Vivaldi supporte les extensions de Chrome et celles d'Opera. Un mode de navigation privée permet de ne pas laisser, localement, de traces de navigation. L'importation des données des navigateurs Internet Explorer, Firefox, Chrome et Opera est possible.

Extensions[modifier | modifier le code]

Vivaldi est compatible avec le Chrome Web Store.

Raccourcis souris[modifier | modifier le code]

Une des fonctionnalités de Vivaldi est les raccourcis programmables pour le clavier et également pour la souris. Par défaut un déplacement vers le bas de la souris avec le clic droit enfoncé ouvre un nouvel onglet. Il est également possible de revenir en arrière en maintenant le clic droit et cliquant avec le clic gauche et revenir en avant en faisant l'inverse (Pour plus d'informations sur les raccourcis souris voir dans la partie souris des paramètres du navigateur)

Autres[modifier | modifier le code]

Vivaldi partage les fonctionnalités de base du moteur Chromium. Autres fonctionnalités :

  • Choix de thème.
  • Possibilité d'avoir deux sites côte à côte.
  • La possibilité de programmer des thèmes en fonction de l'heure de la journée.
  • La restauration d'onglet fermé.
  • Assouplissement du système des mises à jour en ne téléchargeant que les données qui ont réellement changé, aussi appelé mise à jour incrémentielle[15].
  • mode « lecture ».
  • Associer un moteur de recherche à une lettre

Détails concernant les versions des composants utilisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Opera version 15 retire des fonctionnalités présente dans la version 12

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vivaldi Tech Preview 1 Just Arrived », (consulté le 26 novembre 2020)
  2. « Vivaldi crumbles cookie dialogs, raises the bar on privacy and design » (consulté le 29 avril 2021)
  3. Stephen Shankland, « Ex-CEO picks up where Opera left off, launching Vivaldi site », CNET, CBS Interactive,
  4. a et b Stephen Shankland, « Ex-Opera CEO composes Vivaldi, a new Web browser », CNET, CBS Interactive,
  5. « The Vivaldi Community is driving the Vivaldi browser development », sur Vivaldi.com, Twitter,
  6. « Vivaldi Feedback », sur Vivaldi.com, Vivaldi Technologies,
  7. Tatsuki Tomita, « Technical Preview 2 is here! », sur Vivaldi Blog, Vivaldi Technologies,
  8. Vivaldi Technologies, « Press Release - A Visit from Vivaldi – Vivaldi », sur Vivaldi (consulté le 22 janvier 2016)
  9. (en) Ivan Minic, « Jon S. von Tetzchner: We will (re)create a browser you love. », Medium,
  10. Scott Gilbertson, « Hands-on with Vivaldi, the new Web browser for power users », Ars Technica, Condé Nast,
  11. Joachim Dagenborg, « Vivaldi browser hits 500,000 downloads in first 10 days », Reuters, Reuters.com,
  12. « Le navigateur Vivaldi 2.0 est disponible : la synchronisation arrive enfin », Clubic.com,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2018)
  13. Frederic Lardinois, « Vivaldi Is Quickly Becoming The Alternative Browser To Beat », TechCrunch,
  14. Owen Williams, « Meet Vivaldi, a new browser from the former CEO of Opera », The Next Web,
  15. Vincent Hermann, « Vivaldi va réduire le poids de ses mises à jour », sur nextinpact.com, (consulté le 7 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]