Vittorio de Filippis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Filippis.
Vittorio de Filippis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Vittorio de Filippis, né le à Paris (18e arrondissement)[1], est un journaliste français.

Docteur en économie[Où ?][Quand ?], il entre en 1983 à Libération. Parce qu'il était président de la SCPL (société civile des personnels de Libération), il a été nommé président-directeur général[2] et directeur de la publication de ce journal pendant la transition July - Joffrin, de juin à décembre 2006[3]. Il est maintenant journaliste au service Economie de Libération.

Son interpellation, et la façon dont elle s'est déroulée[4], le vendredi 28 novembre 2008 à raison d'un mandat d'amener dans une affaire de diffamation concernant Xavier Niel, fondateur de Free, a provoqué des remous dans la presse et la classe politique[3],[5].

Louis-Marie Horeau, commentant cette affaire pour Le Canard enchaîné, souligne que « la technique qui consiste à faire enfermer quelques heures, dans une cellule puante, un citoyen qui vous a manqué de respect est utilisée avec bonheur par des milliers de policiers sans que cet exploit justifie le 20 heures de TF1 et encore moins un communiqué de l'Élysée »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Audience du 28 mars 2008 de la 17e Chambre du tribunal de grande instance de Paris.
  2. « Le journaliste Vittorio de Fillipis (sic) devient PDG de Libération », L'Expansion, 29 juin 2006.
  3. a et b Pascale Santi, « Journaliste et "pire que la racaille" », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Reportage de terrain », Maître Eolas, 29 novembre 2008.
  5. « Interpellation de Filippis: de nombreuses voix demandent une enquête », Agence France-Presse, 30 novembre 2008.
  6. Louis-Marie Horeau, « Mandale d'amener », Le Canard enchaîné, 3 décembre 2008, p. 1.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :