Vitsgrotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grotte de Saint-Vit

Vitsgrotte
Saverne ChapelleStVit 07.JPG
Intérieur de la Vitsgrotte.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Vallée
Vallée de la Zorn
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
385 m
Longueur connue
24 m
Période de formation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La Vitsgrotte, dont le nom francisé est grotte Saint-Vit, est une grotte-chapelle située dans la commune de Saverne, dans le massif des Vosges, département du Bas-Rhin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La grotte possède plusieurs noms liés à l'histoire de l'Alsace. Pour les Alsaciens elle est la Vitsgrotte, pour les Allemands elle est la Sankt Veitsgrotte et pour les Français elle est la grotte Saint-Vit.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] de cette grotte est de 24 m[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

La cavité s'ouvre dans les grès vosgiens du Trias inférieur (Buntsandstein).

Description[modifier | modifier le code]

La grotte s'ouvre par un porche qui domine la vallée de la Zorn. Elle est surmontée d'une chapelle dédiée à Saint Vite.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte est aménagée en chapelle[2] qui doit son nom à saint Guy dont Vit ou Vite est la traduction alsacienne[3]. Saint Guy est connu pour la danse qui animait certains malades. En 1493, Strasbourg a été prise de manie dansante, une épidémie qu'on attribuait à une origine divine. Pour calmer les malades qui dansaient parfois jusqu'à l'épuisement, les autorités les firent emmener de force à l'extérieur de la ville pour rallier Saverne, afin de calmer la colère de celui qu’elles pensaient être saint Guy. La grotte fait l'objet de pèlerinages qui remontent au milieu du XVe siècle. Une chapelle est attestée dans la grotte en 1542 : « St Trilgen Kapelle », puis devient « St Aurelien Kapelle » en 1604. Aux XVI et XVIIe siècles, les victimes de la danse de Saint-Guy sont conduites de Strasbourg à la grotte pour y subir des cérémonies d'exorcisme. L'épidémie de 1518 est à l'origine d'un grand pèlerinage[4]. La grotte connait une grande notoriété pour ses vertus « thérapeutiques » qui commencent à inquiéter l'Église. Les pratiques exorcistes conduisent les autorités religieuses à réagir au XVIIIe siècle. L'activité de la « St Aurelien Kapelle » est en déclin. En 1818, une partie du mobilier de la chapelle Saint-Vit, édifiée juste au-dessus de la grotte-chapelle, est installée dans la caverne[5]. Au cours de la cérémonie de transfert, la grotte est dédiée à saint Vit et ornée d'un autel. La restauration de l'ensemble du sanctuaire commence après la Seconde Guerre mondiale grâce à la société « Les Amis de la Grotte Saint Vite ». Une messe annuelle est célébrée dans la grotte à l'occasion de la Saint-Guy.

La grotte a été topographiée le 16 juin 1991 par Claude Chabert et Jean-Yves Bigot[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adam Alphonse (1897) - Sankt Veit bei Zabern oder der hohle Steineine historische Studie. Impr. Gilliot, Saverne, 71 p.
  • Chabert Claude & Bigot Jean-Yves (1993) – À travers les grès des Vosges. Matériaux pour servir à la connaissance du Bas-Rhin. Grottes & Gouffres, bull. S. C. Paris, n° 129, pp. 4-9.
  • Fischer Dagobert (1868) - Das alte Zabern, archeologisch und topographisch dargestellt. Zabern, Gilliot, 2 Bl. 228 S., 2 Bl. 21,5 x 14 cm.
  • Fischer Dagobert (1876) - Die Burg Greifenstein und der St-Veitsberg, nebst dem ehemaligen Burggebiete. Zabern.
  • Gauchon Christophe (1997) - Des cavernes et des hommes, géographie souterraine des montagnes françaises. Karstologia mémoires, n° 7, 248 p.
  • Klein Ch. G. (1849) - Saverne et ses environs. Strasbourg, 226 p.
  • Médard Barh (1960) - Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter. Société d'histoire de l'Église d'Alsace édit., Strasbourg. 2014 p.
  • Schweighaeuser J.-G. (1828) - Antiquités de l'Alsace, ou châteaux, églises et autres monuments des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Paris et Mulhouse, 2 vol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544).
  2. Bigot Jean-Yves & Chabert Claude (1992) – Les grandes cavités françaises dix ans après. Évolution des connaissances spéléologiques dans les départements français pauvres en cavités (1981-1991). Spelunca, n° 47, p. 25-37.
  3. a et b Chabert Claude & Bigot Jean-Yves (1993) – À travers les grès des Vosges. Matériaux pour servir à la connaissance du Bas-Rhin. Grottes & Gouffres, bull. S. C. Paris, n° 129, p. 4-9.
  4. Vonau Pierre (1979) - Un pèlerinage de la région de Saverne. La chapelle et la grotte de Saint Vite. Pays d'Alsace, Société d'Hist. et Archéol. de Saverne et Environs, IV, 109, p. 1-5.
  5. Heitz Henri (1979) - Le sculptures religieuses de la chapelle et de la grotte Saint Vite. Pays d'Alsace, Société d'Hist. et Archéol. de Saverne et Environs, IV, 109, p. 17-20.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]