Vitali Tchourkine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment ().

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent.

Par ailleurs, dans une rédaction encyclopédique, il vaut mieux parler de la « mort » de quelqu'un que de son « décès ». Cette page fait le point sur cette pratique.
 

Vitali Tchourkine
MFA Paolo Gentiloni with Amb Vitaly I. Churkin, PR of the Russian Federation to the UN (cropped).jpg

Vitali Tchourkine en 2015.

Fonctions
Représentant permanent de la Russie au conseil de sécurité de l'ONU (en)
-
Ambassadeur de Russie au Canada (d)
-
Alexander Belonogov (en)
Georgiy Mamedov (en)
Ambassadeur de Russie en Belgique (d)
-
Nikolay Afanasevsky (en)
Sergey Ivanovich Kislyak (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ManhattanVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Вита́лий Ива́нович Чу́ркинVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Soviétique (jusqu'au ), RusseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Distinctions
Ordre de l'Honneur
Ordre du Mérite pour la Patrie - 4e classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Vitali Ivanovitch Tchourkine (Вита́лий Ива́нович Чу́ркин), né le à Moscou et mort le à New York, est un diplomate russe, ambassadeur de la Fédération de Russie auprès de l'Organisation des Nations unies à New York de 2006 à sa mort.

Il était le représentant permanent de la Russie au Conseil de sécurité des Nations unies et avait le rang d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vitali Tchourkine naît à Moscou, fils unique d'un ingénieur en aéronautique[1]. Il poursuit ses études secondaires à l'école no 56 avec enseignement renforcé en anglais, langue qu'il maîtrise parfaitement depuis cette époque, ayant bénéficié en plus d'une répétitrice privée d'origine britannique. À l'âge de onze ans, il est choisi pour tourner dans le film Le Cahier bleu, puis en 1964 dans Zéro trois et surtout dans le film de Marc Donskoï, Le Cœur d'une mère[2], en 1965[3]. Il monte à cheval et fait partie d'équipes sportives équestres junior.

Il entre au prestigieux MGuIMO en 1969 dans la même promotion qu'Andreï Kozyrev et Andreï Denissov. Il sort diplômé de l'institut en 1974. Outre l'anglais qu'il parle parfaitement, il parle aussi le français et a pris des leçons de mongol.

De 1974 à 1979, il travaille comme interprète au ministère des Affaires étrangères. Il est interprète aux négociations sur la limitation des armements stratégiques de Genève. Ensuite il est nommé troisième secrétaire au département des États-Unis du ministère des Affaires étrangères. En 1982, il est à l'ambassade d'URSS à Washington en tant que deuxième, puis premier secrétaire, jusqu'en 1987. De 1987 à 1989, Vitali Tchourkine est référent du département international du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique. De 1989 à 1990, il est secrétaire de presse au ministère des Affaires étrangères.

Après l'écroulement de l'URSS, il devient chef du département de l'information du ministère des Affaires étrangères de la nouvelle fédération de Russie.

Il est nommé vice-ministre des Affaires étrangères en 1992. De 1994 à 1998, Vitali Tchourkine est ministre plénipotentiaire et extraordinaire de la Russie au royaume de Belgique et représentant permanent au siège de l'OTAN à Bruxelles. De 1998 à 2003, il est ministre plénipotentiaire et extraordinaire à l'ambassade de Russie à Ottawa.

De 2003 à 2006, Vitali Tchourkine est envoyé spécial du ministère des Affaires étrangères. Il est nommé le 8 avril 2006 représentant permanent de la Russie au conseil de sécurité des Nations unies et auprès de l'Organisation des Nations unies, succédant à Andreï Denissov.

Il jouit d'une grande liberté de parole et s'exprime sur les grands sujets comme le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Il innove en donnant régulièrement des conférences de presse ou des interviews à la presse étrangère, ce que ne faisaient pas ses prédécesseurs. Il s'exprime particulièrement en août 2008 pendant la crise russo-géorgienne en s'opposant aux points de vue des puissances occidentales et en effectuant une certaine pédagogie vis-à-vis des journalistes occidentaux.

Il a utilisé le droit de veto de la Russie au conseil de sécurité, le 4 février 2012 à propos du conflit syrien, en même temps que la Chine[4]. En 2015, la Russie, représentée à l'ONU par Tchourkine, a mis son veto à la proposition du Royaume-Uni de reconnaître « le crime de génocide commis à Srebrenica » par les Serbes[5].

Vitali Tchourkine était père d'un fils et d'une fille.

Les circonstances de sa mort dans les locaux de l'ambassade russe à l'ONU ne sont toujours pas détaillées[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Ivanovitch Tchourkine né dans l'oblast de Vladimir
  2. Film sur la vie de la famille Oulianov (parents de Lénine) où il joue le jeune Fedka
  3. (ru) Filmographie de Vitali Tchourkine
  4. (ru) Interfax, Veto sur la Syrie au conseil de sécurité
  5. Article du Figaro (11 juillet 2015).
  6. « L’ambassadeur russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, est mort », sur Le Monde,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]