Visant Seité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Visant Seité
Nom de naissance Vincent Seité
Alias
Visant Seite
Naissance
Cléder (Finistère)
Décès (à 85 ans)
Activité principale
Enseignant, Frère de Ploërmel
Auteur
Langue d’écriture Breton, français

Œuvres principales

  • Lexique breton-français et français-breton
    Geriadur Brezoneg-Galleg ha Galleg-Brezoneg
  • Le breton par l’image (méthode de langue, 1975)
  • Ar marh reiz. E Bro-Leon gwechall (1985)
  • O pourmen dre Vreiz Izel (1998)

Compléments

Visant Seité (1908-1993), né à Cléder dans le Nord-Finistère (Léon), était frère de Ploërmel et instituteur dans l'enseignement catholique. Professeur de breton, auteur de nombreux ouvrages d'enseignement du breton, fondateur du cours de breton par correspondance Ar Skol dre Lizer, il a été secrétaire général du Bleun-Brug de 1951 à 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Instituteur à l'école Saint-Germain de Pleyben en 1928, sous le nom de « frère Méloir », puis à l'école Saint-Joseph de Landerneau en 1933, il est nommé directeur de l'école Sainte-Barbe de Roscoff en 1938, avant d'assurer la direction de l'école Saint-Jean à Tréboul de 1947 à 1953.

Comme le note le frère L. Stéphan, « dès sa première année d'école, il [Visant Seité] a voulu donner sa place au breton dans son enseignement : d'abord pour faciliter l'apprentissage du français tout d'abord, et aussi, pour donner à ses élèves une connaissance de la langue de leur pays et la leur faire aimer. Il fallait du courage à cette époque pour s'affirmer partisan du breton. Visant ne trouve autour de lui à cet égard qu'indifférence ou mépris », la plupart des instituteurs pensant qu'il était impossible d'enseigner à la fois les deux langues[1]. En revanche, il bénéficie du soutien de François Vallée, personnage central des études linguistiques et du mouvement breton catholique naissant[2].

Très attaché à l'abbé Yann-Vari Perrot, « dont il était devenu comme le fils spirituel et qu'il avait fréquenté intimement à Scrignac, à Coatkéo et ailleurs »[3], il fut pendant une vingtaine d'années, de 1945 à 1964, la cheville ouvrière du mouvement Bleun-Brug (secrétaire administratif en 1945, secrétaire général en 1951)[4] ainsi que des revues Kroaz-Breiz puis Bleun-Brug qui avaient pris la suite de Feiz ha Breiz. Il y côtoie le chanoine Visant Favé, ainsi que les frères enseignants Corentin Riou, Laurent Stéphan, Hervé Danielou, qui opteront comme lui pour l'orthographe universitaire du breton ou skolveurieg, mise au point par le chanoine François Falc'hun.

Visant Seité rédigea plusieurs méthodes d'apprentissage du breton, et donna également de 1969 à 1982 des cours de breton à la radio (sur Radio Brest, devenue Radio Armorique), avec des cours d'accompagnement publiés dans le journal Le Télégramme de Brest.

Visant Seité dirigea le cours de breton par correspondance Ar Skol dre Lizer pendant une grande partie de sa vie, et permit ainsi à de nombreuses personnes d'apprendre la langue bretonne.

Son Lexique breton-français et français-breton rédigé avec Laurent Stéphan, édité chez Emgleo Breiz, a connu une grande diffusion, et vingt-neuf éditions.

Le frère Visant Seité a également publié des poèmes dans les revues Feiz ha Breiz, Bleun-Brug et Brud Nevez, traduit des psaumes et écrit des cantiques bretons mis en musique par son ami l'abbé Roger Abjean.

Publications[modifier | modifier le code]

Méthodes de breton[modifier | modifier le code]

  • Me a zesk brezoneg, avec C. Ugen, 1941, 1942.
  • Yéz hon Tadou, avec Laurent Stéphan, 1949.
  • Deskom brezoneg, avec Laurent Stéphan, illustrations de Pierre Péron, Édition F. C. B. Emgleo Breiz, Brest, 1957 ; Emgleo Breiz, 1996, (ISBN 2-900828-96-1).
  • Lexique breton-français et français-breton. Geriadurig brezoneg-galleg ha galleg-brezoneg, avec Laurent Stéphan,
    • 1re édition, F. C. B. Emgleo Breiz, 1956,
    • 29e édition, Emgleo Breiz, 2011, avec un nouveau titre : Dictionnaire Breton-Français, Français-Breton.
  • Le breton par l’image
  • Le breton par les ondes. Ar Brezoneg dre radio, méthode de breton pour les débutants, tome 1, Emgleo Breiz, 1975 (réédité par Emgleo Breiz en 2009 sous le titre : Brezoneg beo. Méthode de breton pour débutants, tome 1).
  • Le breton par les ondes. Ar brezoneg dre radio, tome 2, Emgleo Breiz, 1975.
  • Brezoneg beteg penn : ar hemmaduriou, les mutations, Emgleo Breiz, 1999.

Livres en breton[modifier | modifier le code]

  • Ar marh reiz. E Bro-Leon gwechall [« Le cheval docile. Dans le Léon autrefois »][5], illustrations de Joël-Jim Sévellec, Emgleo Breiz, 1985, (ISBN 2-900828-02-3).
  • Darvoudou brezel va Horn-Bro : 1944 - Rozko - Kastell-Paol - Santeg - Kleder [« Les événements de la guerre de mon pays de Roscoff, Saint-Pol-de-Léon, Santec, Cléder, en 1944 »], Emgleo Breiz, Ar Skol dre Lizer, 1987.
  • O pourmen dre Vreiz Izel [« En se promenant en Basse-Bretagne »]: Levrenn genta [« tome 1 »], Emgleo Breiz, 1998 (ISBN 2-911210-02-6), Eil levrenn [« tome 2 »], Emgleo Breiz, 1998 (ISBN 2-911210-03-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(br) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article de Wikipédia en breton intitulé « Visant Seite »

  1. « Frère Visant Seité », par Laurent Stéphan, Minihi Levenez no 23, décembre 1993, p. 29.
  2. Voir la dédicace du livre Notes de grammaire bretonne de François Vallée, Saint-Brieuc, Prud’homme, 1948.
  3. Marc Simon, Bleun-Brug : expression d'un idéal breton. Pages d'histoire, Association Abati Landevenneg, 1998, 122 p., ici p. 63.
  4. Sur Visant Seité et le Bleun-Brug, voir Marc Simon, Bleun-Brug, op. cit., p. 63, 74 et 80-81.
  5. Clin d’œil au livre Le Cheval d'orgueil de Pierre-Jakez Hélias (1975), et réponse au livre Le Cheval couché de Xavier Grall (1977).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvon Tranvouez, « Seité (Visant) », dans La Bretagne. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Éditions BeauchesneInstitut culturel de Bretagne, 1990, p. 381-382.
  • (br)« Da genver overenn lid-kanv Visant Seite, an 10 a viz kerzu 1993 », gand Laorañs Stephan, Minihi Levenez, no 23, kerzu 1993, p. 27-35.
  • « Frère Visant Seité », par Laurent Stéphan, Minihi Levenez, no 23, , p. 27-35.
  • « Au service de la culture bretonne : Frère Visant Seité », par Fr. Marc Simon, Chronique de Landévennec, no 78, , p. 65-70.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]