Virus Andes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Andes orthohantavirus Genus Sturcture.png

L' Orthohantavirus Andes ( ANDV ), une espèce d'Orthohantavirus, est un agent causal majeur du syndrome cardiopulmonaire à hantavirus (HCPS) et du syndrome pulmonaire à hantavirus (HPS) en Amérique du Sud[1]. Il doit son nom aux montagnes des Andes du Chili et de l'Argentine, où il a été découvert pour la première fois[2]. Provenant des rongeurs, l' orthohantavirus Andes est facilement transmis aux humains qui entrent en contact avec des rongeurs infectés ou leurs excréments[1],[2],[3]. Toutefois, les rongeurs infectés ne semblent pas malades, de sorte qu'il n'existe aucun indicateur permettant de déterminer si le rongeur est infecté ou non. En outre, l' orthohantavirus Andes, en particulier, est le seul hantavirus qui peut être transmis par contact humain à humain via des fluides corporels ou par contact prolongé d'une personne infectée à une personne saine[2],[3].

Découverte[modifier | modifier le code]

L' orthohantavirus Andes a été identifié pour la première fois lorsque des foyés de cette nouvelle infection se sont propagées au Chili et en Argentine. En 1995, il a finalement été décrit en Argentine sur la base de spécimens provenant d'un patient qui était mort de complications du SPH, une conséquence grave de l'infection par les virus Andes[4]. En tant que virus émergent, il est plus mortel que certains autres hantavirus ayant un taux de mortalité entre 40% et 50% en Amérique du Sud[2], [5]. Il est de loin responsable de la plupart des cas de SPH recensés en Argentine, au Chili et en Uruguay réunis[4],[6] et contribue à un grand nombre de cas d'insuffisance rénale[6]. Bien qu'il puisse être transporté par les humains et les rongeurs, l'orthohantavirus Andes se trouve le plus souvent chez l' Oligoryzomys longicaudatus, une espèce de rat pygmée originaire de la région chilo-Argentine[1], et dans d'autres cas, chez l'Abrothrix longipilis[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Hantavirus | virus », Encyclopedia Britannica (consulté le 7 mars 2019)
  2. a b c et d (en) « Andes Virus - an overview | ScienceDirect Topics », www.sciencedirect.com (consulté le 7 mars 2019)
  3. a et b (en) « Fact Sheet about Andes Virus | Hantavirus | DHCPP | CDC », sur www.cdc.gov, (consulté le 5 mars 2019)
  4. a et b (en) « Person-to-person transmission of Andes virus », Emerging Infectious Diseases, vol. 11, no 12,‎ , p. 1848–53 (PMID 16485469, PMCID 3367635, DOI 10.3201/eid1112.050501)
  5. (en) « What Do We Know about How Hantaviruses Interact with Their Different Hosts? », Viruses, vol. 8, no 8,‎ , p. 223 (PMID 27529272, PMCID 4997585, DOI 10.3390/v8080223)
  6. a et b (en) « Andes virus », sur TheFreeDictionary.com (consulté le 7 mars 2019)
  7. (en) « Ecology, genetic diversity, and phylogeographic structure of andes virus in humans and rodents in Chile », Journal of Virology, vol. 83, no 6,‎ , p. 2446–59 (PMID 19116256, PMCID 2648280, DOI 10.1128/JVI.01057-08)